Ascidie plissée

Styela plicata | (Lesueur, 1823)

N° 890

Cosmopolite (zones tempérées des deux hémisphères)

Clé d'identification

Tunique avec de nombreux replis marqués
Souvent recouverte d'organismes
Siphons clairs à 4 lignes doubles violacées
Siphon exhalant proche du siphon inhalant
Siphons formés de 4 lobes

Noms

Autres noms communs français

Le nom d'ascidie plissée est aussi utilisé pour désigner l'ascidie japonaise, Styela clava.
"Vioulé dei blau" (vieux marseillais)

Noms communs internationaux

Pleated sea squirt (GB), Striped tunicate (USA)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Ascidia plicata Lesueur, 1823
Tethyum plicata (Lesueur, 1823)

Distribution géographique

Cosmopolite (zones tempérées des deux hémisphères)

Zones DORIS : 4 Indo-Pacifique, 5 Caraïbes, 3 Atlantique Nord-Ouest, 1 Europe (côtes françaises), 1.2 [Méditerranée française]

L'origine supposée de cette espèce est la zone du Pacifique Nord-Ouest : Japon et Corée. Mais une hypothèse, à vérifier, semble indiquer une origine plus vaste : Pacifique Nord-Ouest et Nord-Est.
Elle est répertoriée aujourd'hui dans les eaux tempérées chaudes du globe (dispersion avérée via les coques de bateaux), où elle est parfois considérée comme une espèce invasive (côtes est de l'Amérique du Nord, par exemple).
Elle est présente depuis longtemps en Méditerranée (dans le port de Marseille et l'étang de Thau par exemple), bien que ce ne soit pas une espèce commune.
Elle est aussi présente dans toutes les Caraïbes et le golfe du Mexique, sur toutes les côtes du Brésil, au sud de l'Australie et en Nouvelle-Zélande, et plus sporadiquement au sud de la Californie (Pacifique), au Sénégal, en Afrique du Sud (côte est), au nord de la mer Rouge ...

Biotope

Cette ascidie, bien que solitaire, vit fixée, très souvent en groupe à faible profondeur (depuis la surface jusqu'à 10 m). On la trouve presque exclusivement dans les sites portuaires et les lagunes.
Elle est capable de supporter de grandes variations de température et de salinité.
Elle peut partager un même site avec d'autres ascidies du genre Ciona, Phallusia et Pyura, souvent parmi les algues rouges.

Description

L'ascidie plissée mesure de 6 à 8 cm de haut. Sa tunique* ovoïde allongée forme de nombreux replis marqués, souvent recouverts d'autres organismes, tels que algues, vers à tube calcaire ou mollusques. Elle est de couleur beige à brun clair, rigide et cartilagineuse mais peu épaisse. On distingue parfois par transparence un gros tube digestif.
Les siphons* inhalant et exhalant sont blanc jaunâtre, marqués de quatre doubles lignes longitudinales foncées, violacées. Le siphon exhalant, sub-terminal, est proche du précédent. Chacun d'eux est formé de quatre lobes.
A l'occasion de la dissection d'un animal, on remarquera que le manteau est jaune orangé.

Espèces ressemblantes

Styela canopus (ex. Styela partita) que l'on rencontre plus profondément, souvent sur des zones d'éboulis, est une espèce très semblable.

Styela clava, l'ascidie japonaise, est une espèce invasive reconnaissable à sa forme pédonculée* et à ses siphons rayés de pourpre.

Phallusia mamillata, l'ascidie blanche partage les mêmes biotopes. Sa tunique bosselée et sa coloration parfois assez semblabe à celle de Styela plicata peuvent être sources de confusion.

Alimentation

Cette ascidie est un consommateur microphage*, suspensivore*.
Comme les autres tuniciers, c'est un animal filtreur*. L’eau chargée d'éléments nutritifs pénètre le siphon* buccal. Ce dernier est muni d’une couronne de tentacules* sensoriels qui sont capables, par contraction, d'empêcher l’entrée de particules de trop grande taille. L'eau aspirée par l'animal débouche à l’intérieur d’un sac branchial*, puis est acheminée au niveau de fentes que l'on appelle trémas. Elle passe ensuite dans la cavité péribranchiale, puis est expulsée par le siphon cloacal*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée et a lieu après l'hiver. L'ascidie plissée est hermaphrodite* et ovipare*. Les œufs sont libérés et fécondés en pleine eau.

Vie associée

La tunique de l'ascidie plissée sert de support à de nombreuses espèces fixées : étoiles de mer, chitons, moules, éponges, vers polychètes, diatomées, pontes diverses,...

Divers biologie

Cymatium cutaceum (Syn: Linatella caudata) est un gros mollusque prosobranche, prédateur de cette ascidie.

Les organes génitaux orangés sont disposés régulièrement en boudins sinueux chez les représentants du genre Styela.

Informations complémentaires

L'ascidie plissée est consommée au Japon et en Corée.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie : du grec [ascid] = petite outre,
plissée : du fait des replis que forme sa tunique.

Origine du nom scientifique

Styela : du grec [styl-] = objet en forme de tige pointue, ou en forme de colonne ici,
plicata : du latin [plicatus] = plié, plissée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Stolidobranchia Stolidobranches Ascidies pleurogones sans division du corps en thorax et abdomen.
Famille Styelidae Styélidés Stolidobranches avec un maximum de 4 fentes allongées de chaque côté du sac branchial. Pour les styélidés composés, zoïdes* en une seule partie.
Genre Styela
Espèce plicata

Nos partenaires