Mirabelle de mer

Stolonica socialis | Hartmeyer, 1903

N° 889

Manche, océan Atlantique Nord

Clé d'identification

Couleur orange caractéristique, 2 cm de haut maximum
Forme régulière, globuleuse, profil à peu près ovale
Tunique translucide, fine, lisse et luisante, pas d'épibiose
Siphons apicaux, courts, très rapprochés, de section circulaire
Ascidie sociale en tapis ou en bouquets plus ou moins denses

Noms

Autres noms communs français

Ascidie mirabelle, mirabelle, ascidie orange, stolonique sociale

Noms communs internationaux

Orange sea-squirt (GB), Ascidia anaranjada (E), Orangenfarbige Seescheide (D), Oranje zakpijp (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Thylacium aggregatum Alder & Hancock, 1907

Distribution géographique

Manche, océan Atlantique Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La distribution de Stolonica socialis est apparemment restreinte à la Manche et au nord de l'Atlantique : côtes ouest et sud des îles Britanniques et, pour la France, de la Normandie au sud de la Bretagne. Des observations récentes font état de sa présence jusqu'au Maroc et au détroit de Gibraltar.

Biotope

La mirabelle de mer affectionne exclusivement les substrats durs rocheux (rochers, blocs, surplombs, tombants...) ombragés et souvent légèrement envasés ou ensablés. On la trouvera en zones infra et circalittorale*, depuis 5 mètres jusqu'à environ 60 mètres de profondeur. Localement, et assez fréquemment, les mirabelles de mer forment de vastes populations.
Lors des grandes marées, il est possible de les observer sous les surplombs rocheux de l'estran*.

Description

Stolonica socialis est une petite ascidie sociale dont la hauteur atteint deux centimètres. Deux fois plus haute que large, sa forme est régulière, globuleuse, son profil grossièrement ovale voire rectangulaire. Ses deux siphons sont apicaux*, très rapprochés et légèrement divergents. Ils sont courts et de section à peu près circulaire, le diamètre du siphon buccal étant légèrement supérieur.
La mirabelle de mer porte bien son nom : en plus de sa forme, elle arbore une couleur orange caractéristique, qui peut cependant, mais plus rarement, tendre vers le jaune ou le brun.
La tunique* est translucide, fine, lisse et brillante et par endroits, piquetée de rouge. Elle est dépourvue d'épibiontes*, mais parfois recouverte de vase ou de sable.
Un stolon* rampant sur le substrat*, peu visible, permet à cette espèce de coloniser et de recouvrir de vastes surfaces rocheuses. On observera toujours des tapis ou des bouquets de mirabelles, les individus étant plus ou moins rapprochés les uns des autres. En hiver, on pourra observer de petits bourgeons orangés le long des stolons.

Espèces ressemblantes

On pourra confondre Stolonica socialis avec :

- l'ascidie groseille (ou groseille de mer), Dendrodoa grossularia, qui est la copie quasi conforme de l'ascidie mirabelle, mais toujours de couleur rouge.

- l'ascidie varioleuse, Distomus variolosus, elle aussi de couleur rouge, mais sa taille est inférieure (1 cm maximum), son profil beaucoup plus ramassé, plus large que haut, et sa tunique est bien plus coriace.

Alimentation

Comme toutes les ascidies, Stolonica socialis a un régime filtreur* suspensivore* et se nourrit de particules organiques et de micro-organismes planctoniques*. L'eau est aspirée par le siphon* buccal (ou inhalant), équipé de tentacules* qui empêchent le passage des trop grosses particules. Elle est ensuite filtrée au niveau d'une grille pharyngienne qui accumule les particules nutritives et dirigée vers l'atrium* : une vaste cavité péribranchiale, puis elle est rejetée par le siphon cloacal (ou exhalant).
Le bol alimentaire retenu au niveau du pharynx est ensuite aggloméré dans du mucus produit par l'endostyle*, une gouttière glandulaire, puis le tout est dirigé vers le raphé* dorsal cilié qui permet le transfert des aliments dans l'estomac, via un très court œsophage. Les particules non digérées sont rejetées par un anus qui débouche dans le siphon cloacal.

Reproduction - Multiplication

Selon les conditions environnementales, l'ascidie mirabelle peut pratiquer les deux types de reproduction :

asexuée : quand les conditions sont bonnes, l'ascidie pratique une reproduction asexuée en développant un stolon rampant à la surface de la roche, et le long duquel vont "bourgeonner" et s'élever un grand nombre de zoïdes* génétiquement identiques. Ce type de reproduction, rapide et ne nécessitant qu'une faible dépense énergétique, permet à l'ascidie de coloniser de vastes surfaces, allant jusqu'à plusieurs mètres carrés.
Stolonica socialis utilise une troisième voie pour sa survie. Les bourgeons présents sur les stolons peuvent se transformer, non pas en nouvel individu adulte mais en sphérules* de couleur orangée de quelques mm de diamètre. Ces sphérules représentent une forme de dormance hivernale et peuvent survivre plusieurs mois. A partir du retour de bonne condition (élévation de la température) ces sphérules peuvent développer un nouveau zoïde* fonctionnel qui pourra être à l'origine d'une nouvelle colonie estivale.

sexuée : quand les conditions deviennent difficiles, elle pratique une reproduction sexuée. La mirabelle de mer est, comme l'ensemble des ascidies, hermaphrodite*. Cet hermaphrodisme n'est pas simultané, ce qui empêche toute autofécondation. L'ascidie est alors ovipare*.

En été, les spermatozoïdes* des ascidies en phase mâle sont émis en pleine eau, puis captés par les ascidies en phase femelle au sein de la cavité péribranchiale (fécondation croisée). C'est à ce niveau qu'a lieu la fécondation. Les œufs sont incubés un temps puis émis en pleine eau par le siphon cloacal.
La larve* qui s'en échappe mène une courte vie pélagique* au sein du plancton* (quelques jours). Elle a la forme d'un minuscule têtard, muni d'une queue mobile que soutient une chorde mésodermique*. Cette chorde, qui chez les Ascidiacés n'est visible qu'à l'état larvaire, témoigne de la proximité des Tuniciers et des Vertébrés, d'ailleurs récemment regroupés au sein d'un embranchement commun, celui des Chordés.
La larve finit par tomber et se fixer sur un substrat dur puis la larve subit une importante métamorphose*, au cours de laquelle chorde et queue régressent, pour finalement donner un jeune individu adulte en forme d'outre.
Ce type de reproduction est plus lent, nécessite une importante dépense énergétique ; son résultat est aléatoire et fortement dépendant des conditions du milieu.

Divers biologie

Au toucher, la mirabelle de mer réagit et se contracte, et ses siphons se referment.

La mirabelle de mer synthétise des molécules appelées stolonoxides qui sont testées en recherche pour leurs propriétés hautement cytotoxiques. Les scientifiques espèrent pouvoir les utiliser pour combattre certaines tumeurs. C'est peut-être pour cette raison que, contrairement à bon nombre d'ascidies, la tunique de la mirabelle de mer est propre, l'épibiose est quasi inexistante.

Origine des noms

Origine du nom français

Mirabelle de mer, ascidie mirabelle, ascidie orange : la couleur et la forme globuleuse de cette ascidie évoquent le fruit du même nom.

Origine du nom scientifique

Stolonica : du latin [stolo] = stolon, surgeon, racine,
socialis : du latin [socialis] = sociale.
Stolonica socialis est une ascidie sociale, c'est-à-dire que les zoïdes* sont reliés entre eux, et qui se reproduit et colonise l'espace grâce à un stolon adhérant au substrat.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Stolidobranchia Stolidobranches Ascidies pleurogones sans division du corps en thorax et abdomen.
Famille Styelidae Styélidés Stolidobranches avec un maximum de 4 fentes allongées de chaque côté du sac branchial. Pour les styélidés composés, zoïdes* en une seule partie.
Genre Stolonica
Espèce socialis

Nos partenaires