Gobie trigloïde

Speleogobius trigloides | Zander & Jelinek, 1976

N° 3557

Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Petit gobie de 2,3 cm max
Couleur rouge orangé
Taches blanches alignées sur le dos et sur le ventre
Caudale jaune
Museau pointu et gros yeux saillants

Noms

Autres noms communs français

Gobie cavernicole trigloïde, gobie cavernicole (mais il existe également d'autres gobies cavernicoles et le nom ne caractérise finalement pas le gobie trigloïde)

Noms communs internationaux

Grotto goby (GB) Ghiozzo di grotta (I), Gobio de cueva (E), Adriatische Höhlengrundel (D) Grot grondel (NL)

Distribution géographique

Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

C'est une espèce endémique* de Méditerranée qui reste encore peu connue. Elle a été observée en Espagne (îles Medes), en France (Banyuls, Port Cros, Ajaccio) et en Croatie. Sa distribution pourrait être plus vaste mais sa très petite taille explique le peu d'observations de cette espèce. N'hésitez pas à nous communiquer toutes vos rencontres avec ce gobie.

Biotope

Le gobie trigloïde se rencontre sur les fonds rocheux pré-coralligènes* et coralligènes entre 8 et 30 m de profondeur.

L'holotype*, c'est-à-dire le premier individu décrit par Zander & Jelinek en 1976, a été trouvé à l'entrée d'une grotte, d'où le nom donné à ce gobie (spéléo = caverne). Cependant, toutes les observations suivantes, de même que les 6 illustrant cette fiche, montrent ce gobie sur la roche bien exposée et riche en algues.

Description

Speleogobius trigloides est un petit poisson dont le plus grand individu observé mesurait 2,3 cm de longueur. Le corps est plutôt cylindrique, de couleur rouge orangé avec quelques taches blanches en forme de selle le long du dos et quelques taches blanches le long du ventre.
La tête est relativement pointue, avec une petite bouche terminale et des yeux assez gros et saillants. La mâchoire inférieure est légèrement plus longue que la mâchoire supérieure.

Chez le mâle, les nageoires caudale et anale sont jaune orangé, de même que les deux nageoires dorsales qui possèdent en plus une bande rose en leur milieu et une zone rose à leur base. L'anale et les deux dorsales sont en plus bordées d'un liseré noir plus ou moins intense.
Chez la femelle, ces nageoires sont transparentes, seule la caudale peut parfois être plus ou moins jaune. Les dorsales ne présentent pas de bande mais parfois simplement quelques taches roses.

Espèces ressemblantes

Speleogobius llorisi : une nouvelle espèce décrite en 2016, observée uniquement aux Baléares mais à des profondeurs plus importantes que S. trigloides (46 à 69 m). Les différences morphologiques sont discrètes : un museau plus allongé, des pores préoperculaires* différents, un nombre différent d'écailles le long de la ligne latérale*, une mâchoire inférieure plus longue que la supérieure (c'est l'inverse chez S. trigloides). La plus grande différence entre ces deux espèces tient de la livrée : chez S. llorisi, la moitié antérieure du corps est rouge orangé et la partie postérieure est blanchâtre à transparente.

Avec son museau pointu, S. trigloides a une allure qui pourrait faire penser à un triptérygion (Tripterygion tripteronotus, Tripterygion delaisi). Mais les triptérygions ont 3 nageoires dorsales alors que les gobies n'en ont que 2.

Alimentation

Ce gobie est probablement carnivore mais il n'y a pas encore d'information à ce sujet.

Reproduction - Multiplication

Aucune information n'est disponible pour l'instant concernant la reproduction de cette espèce.
Il existe un dimorphisme sexuel peu visible du fait de la petite taille de cette espèce. Les mâles sont un peu plus colorés avec les 2 dorsales plus développées et aux couleurs plus vives. Ainsi, chez les mâles, les 2 dorsales se touchent alors que chez la femelle, les rayons de la première dorsale sont plus courts. Les 2 dorsales apparaissent alors bien séparées.

Divers biologie

La première nageoire dorsale est composée 6 rayons épineux, la deuxième dorsale de 1 rayon épineux et 6 à 7 rayons mous, et l'anale de 1 rayon épineux et 5 à 7 rayons mous.

Le genre Speleogobius se différencie des autres genres dans la famille des Gobiidés par des nageoires pelviennes fusionnées en un disque sans membrane antérieure, des écailles sur la nuque et des pores particuliers sur la tête.

Informations complémentaires

Speleogobius trigloides était le seul représentant de ce genre jusqu'il y a peu. En effet, en 2016 une espèce très proche, S. llorisi a été décrite. Ces 2 espèces se rencontrent à découvert, sur les roches riches en algues. Le nom de gobie cavernicole (Speleo - gobius) pour ce genre semble donc inapproprié.

A taille adulte, S. trigloides est le plus petit poisson méditerranéen.

Le gobie trigloïde est classé sous le statut "peu préoccupant" (soit LC pour Least Concern, depuis 2011) dans la liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom commun est la transcription du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Speleogobius : du grec [spelelaion] = caverne et du grec [kobios], pour Aristote = goujon ; ce nom était largement utilisé à l'époque pour les petits poissons. Linné, en 1758, crée le genre Gobius pour le distinguer de Gobio, celui du goujon précisément.

trigloides : du grec [trigla] = mulet, mais ce nom a été également donné au grondin et [-oides] = qui ressemble. En effet, sa tête avec son museau pointu ressemble un peu à celle d'un trigle (autre nom des grondins).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Gobioidei Gobioïdes
Famille Gobiidae Gobiidés
Genre Speleogobius
Espèce trigloides

Nos partenaires