Bryozoaire pelote de crin

Savignyella lafontii | (Audouin, 1826)

N° 1706

Cosmopolite des mers chaudes

Clé d'identification

Bryozoaire filandreux et dressé formant des pelotes touffues
Rameaux fins car formés d'une seule série de zoïdes allongés
Coloration brun rougeâtre
Division (le plus souvent) dichotome des rameaux

Noms

Autres noms communs français

Caténaire

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Eucratea lafontii Audouin, 1826
Alysidium lafontii Busk, 1852
Catenaria lafontii Harmer, 1902

Dans la littérature et sur le web il est parfois retrouvé "lafontii" orthographié avec un seul "i" (lafonti) ou trois "i" (lafontiii).

Distribution géographique

Cosmopolite des mers chaudes

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes

Savignyella lafontii est une espèce cosmopolite des mers tropicales à tempérées-chaudes. Savignyella lafontii est présent sur tout le pourtour méditerranéen. Il est également retrouvé sur les côtes atlantiques espagnoles, à Madère, en mer Rouge, dans l'océan Indien et dans le nord-est de l'Australie.
Sur la côte est américaine, ce bryozoaire est présent des Bermudes au Brésil en passant par les Caraïbes et le golfe du Mexique. Il est aussi présent sur les côtes pacifiques centrales américaines (observé entre autres aux îles Galápagos) où il semble montrer une coloration plus rouge. L'espèce est introduite à Hawaï où elle est considérée comme invasive.

Biotope

Présent de 0 à 40 mètres de profondeur ce bryozoaire touffu est souvent rencontré dans les grottes, sur les fonds coralligènes, sur diverses algues, invertébrés et supports artificiels. Il s'agit d'une espèce souvent discrète mais très commune, particulièrement en Méditerranée où elle est très présente au niveau de la strate la plus basse recouvrant les substrats* durs.

Description

Les grandes colonies de ce bryozoaire dressé, filandreux et touffu ressemblent à s'y méprendre à de petits buissons d'algues rouges ou brunes en forme de pelote. La hauteur des colonies peut atteindre plusieurs centimètres, la largeur plusieurs dizaines de centimètres.
La couleur générale de la colonie ou zoarium* est beige rougeâtre avec de nombreuses ponctuations rougeâtre foncé qui correspondent aux polypides* ou à des embryons placés à l'intérieur de l'extrémité élargie de chaque individu ou zoïde* claviforme (en forme de clou très étiré).
La colonie se compose de rameaux unisériés, c'est-à-dire qu'ils sont formés d'une série de zoïdes alignés. Chaque rameau se divise régulièrement en deux, plus rarement en trois rameaux unisériés nouveaux : la ramification est dite dichotome* (ou trichotome*).
Les individus ou zoïdes sont plus ou moins calcifiés suivant le milieu, leur longueur varie de 0,7 à 2 mm. Le bourgeonnement dorsal donne naissance à deux ou trois nouveaux zoïdes articulés entre eux par des joints chitineux* (souples).
L'ouverture (aperture*) subsemi-circulaire est armée de six épines orales courtes et relativement constantes. Un aviculaire* à mandibule triangulaire et saillant s'observe facilement en position suborale (juste sous l'aperture). La portion frontale renflée (area frontale) du zoïde est percée de nombreux pores. Les lophophores* discrets portent de 17 à 19 tentacules* ciliés*. On peut occasionnellement voir au-dessus de la bouche une ovicelle* globuleuse et poreuse saillante, son orifice est indépendant et non clos par l'opercule*.

Espèces ressemblantes

Il s'agit d'une espèce de bryozoaire unique en son genre qui ne peut être confondue avec aucune autre. De prime abord la confusion pourra se faire in situ, pour l'ensemble de la colonie touffue, avec une algue brune ou rouge. Une observation détaillée de la structure lèvera rapidement le doute.

Alimentation

Comme les autres bryozoaires, le bryozoaire algue pelote filtre activement l'eau de mer afin d'y puiser les particules nutritives, et l'oxygène dont il a besoin pour vivre.
Seuls certains individus appelés autozoïdes* disposent d'un système digestif complet. Ils possèdent une couronne de tentacules ciliés, le lophophore*, qui crée un courant d'eau dirigé vers la bouche.
Ces tentacules ciliés, recouverts de mucus, piègent les particules nutritives, micro-organismes planctoniques* (en particulier les diatomées) et particules organiques, qui sont ensuite amenées jusqu'à la bouche.

Reproduction - Multiplication

Chez les bryozoaires, les deux types de reproduction, sexuée et asexuée, concourent au développement.
Au sein d'une même colonie, des zoïdes mâles et femelles existent, mais on connaît aussi des zoïdes hermaphrodites*.
La fécondation (reproduction sexuée) conduit à la formation d'œufs incubés dans les ovicelles*. Les œufs et les larves*, de couleur rose-orangé forment des petites bandes parfois visibles. Ils donnent ensuite des larves libres nageuses, assurant la dissémination spatiale de l'espèce. Puis, ces larves se fixent sur un substrat dur et libre, cailloutis et débris coquilliers, et se transforment en zoïdes primaires isolés appelés ancestrules*.
Chaque ancestrule forme une nouvelle colonie (reproduction asexuée) par bourgeonnement*, qui assure la croissance de la colonie. Cela s'accompagne d'une spécialisation de certains individus au sein de la colonie : on parle de polymorphisme* des zoïdes.
Chez Savignyella lafontii les ovicelles sont observées toute l'année en Floride, en juillet en mer Rouge et Méditerranée orientale.

Vie associée

Diaphorodoris papillata est une petite limace qui se nourrit de bryozoaires et en particulier de Savignyella lafontii.

Divers biologie

L'ouverture ou aperture subsemi-circulaire sans sinus, c'est-à-dire qu'elle ne possède pas d'encoche mésiale, est armée de six épines orales courtes et relativement constantes.

Origine des noms

Origine du nom français

Bryozoaire pelote de crin est une proposition du site DORIS.

Caténaire est le nom vernaculaire employé pour la première fois par le naturaliste français Savigny puis d'Orbigny, il exprime le fait que la colonie est constituée d'individus en chaîne.

Origine du nom scientifique

Savignyella : en hommage au savant Jules César Lelorgne de Savigny (1777-1851), zoologiste français, spécialiste des invertébrés.

lafontii : en l'honneur d'un certain A. Lafont.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Neocheilostomatina/Ascophora Ascophores Paroi frontale calcifiée sous laquelle un sac flexible invaginé s'ouvre sur l’extérieur par un pore médian situé derrière le péristome et nommé ascopore.
Famille Savignyellidae Savignyellidés
Genre Savignyella
Espèce lafontii

Nos partenaires