Poisson-scorpion à antennes

Pterois antennata | (Bloch, 1787)

N° 2246

Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Corps massif
Bandes verticales étroites brun rouge encadrées de lignes blanches
Épines de la nageoire dorsale et des pectorales blanches et très longues
Rayons des pectorales reliés par une membrane sur au moins la moitié inférieure
Long appendice lamellé dressé au-dessus de chaque œil

Noms

Autres noms communs français

Poisson-diable, pterois à antennes, laffe volant

Noms communs internationaux

Broadbarred firefish, banded lionfish, ragged-finned firefish, spotfin lionfish (GB), Pesce leone pinna macchiata (I), Pez escorpión manchado (E), Antennen-Feuerfisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pseudomonopetrus antennatus (Bloch, 1787)
Pteropterus antennata (Bloch, 1787)
Scorpaena antennata Bloch, 1787

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Le poisson-scorpion à antennes est présent dans l'océan Indien, de l'Afrique de l'Est à la Polynésie française dans le Pacifique et du sud du Japon au nord de l'Australie, la Nouvelle-Calédonie et les îles Australes.

Biotope

Pterois antennata se rencontre dans les lagons et les pentes externes, entre 2 et 50 m de profondeur. La journée, on retrouve ces poissons sous les surplombs et les endroits sombres, où ils restent contre la paroi verticale ou à l'envers, contre le plafond. La nuit, ils sortent pour chasser.

Description

Le poisson-scorpion à antennes peut atteindre 20 cm. Le corps est massif avec des lignes verticales blanches encadrant des bandes rouges à brun foncé étroites. Les écailles sont de forme cycloïde*. La bouche est large et le museau, pourvu de petits lambeaux cutanés, est toujours plus clair que le reste du corps. Les yeux sont surmontés d'un appendice dressé lamellé.
La partie épineuse de la nageoire dorsale (13 épines) et les pectorales sont constituées d'épines libres très longues de couleur blanche. Les rayons des pectorales sont reliés par une membrane sur au moins la moitié inférieure. De nombreux ocelles bleutés sont présents sur cette membrane. Le reste de la nageoire dorsale (11-12 rayons mous) ainsi que la caudale et l'anale sont transparents ponctués de brun le long des rayons mous.

Espèces ressemblantes

Il existe d'autres espèces dans le genre Pterois qui pourraient être confondues avec P. antennata :

P. volitans et P. miles ont les rayons épineux de la dorsale et des pectorales longs. Ils sont reliés à un voile sur toute leur longueur.
P. radiata est la seule à arborer des lignes blanches horizontales sur le pédoncule caudal.
P. sphex est très semblable mais n'a pas de taches bleues sur la membrane des pectorales et ne se rencontre qu'à Hawaï.

Enfin le genre Dendrochirus est assez proche lui aussi mais les rayons des nageoires sont plus courts et les rayons des pectorales sont reliés par une membrane jusqu'à leur extrémité. De plus, les espèces de ce genre ne se tiennent pas dans les trous ou anfractuosités.

Alimentation

Le poisson-scorpion à antennes se nourrit de crabes et de crevettes qu'il chasse la nuit.

Reproduction - Multiplication

Peu de données sont disponibles concernant la reproduction du poisson-scorpion à antennes. Cependant, comme les autres espèces du genre Pterois, les sexes sont séparés. La fécondation est externe et a lieu en pleine eau. Cette espèce est ovulipare*. Une femelle peut pondre plusieurs dizaines de milliers d'œufs. Les larves* éclosent au bout de quelques jours et dérivent durant quelques semaines dans le courant. Les juvéniles pélagiques* peuvent donc essaimer sur de très grandes distances.

Divers biologie

C'est une espèce plutôt solitaire, mais qui peut être aperçue formant de petits groupes.

Informations complémentaires

Comme la plupart des rascasses, le poisson-scorpion à antennes possède une paire de glandes à venin en relation avec chaque rayon épineux de ses nageoires dorsale, anale et pelviennes. La piqûre est très douloureuse voire mortelle dans de rares cas. Le venin est thermosensible et peut être détruit par une source de chaleur. L'application de corticoïdes permet de diminuer la réaction inflammatoire liée à la toxine.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-scorpion à antennes : du fait de ses rayons épineux venimeux et de ses appendices au-dessus de chaque œil.

Origine du nom scientifique

Pterois : du grec [pteroeis] = ailé,

antennata
: du latin [antenna] = antenne.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Sous-ordre Scorpaenoidei Scorpénoïdes
Famille Scorpaenidae Scorpénidés
Genre Pterois
Espèce antennata

Nos partenaires