Ver plat marron tacheté

Pseudoceros maximus | Lang, 1884

N° 732

Méditerranée et Atlantique oriental tempéré

Clé d'identification

Ver plat de forme ovale de 8 cm au maximum
Coloration marron plus ou moins foncé chiné de blanc
Deux tentacules céphaliques
Bon nageur et agile sur le fond

Noms

Autres noms communs français

Planaire brune, grande planaire

Noms communs internationaux

Large horned flatworm (GB), Platelminta maggiore (I), Gusano plano marrón (E), Plattwurm (D), Platworm (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pseudoceros maximum, sans doute une erreur typographique (ERMS...)

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique oriental tempéré

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Décrit initialement de Naples, Pseudoceros maximus est présent en Méditerranée (surtout occidentale) et en Atlantique oriental tempéré. A Madère ce ver plat est très commun, il est fréquent en Adriatique.

Biotope

Cette espèce se rencontre sur les fonds rocheux de la surface jusqu'à environ 60 m de profondeur. C'est par petit fond (0-15 m) et sous les pierres que l'on trouvera Pseudoceros maximus le plus souvent.

Description

Ver plat foliacé pouvant atteindre 8 cm de longueur (4-5 cm le plus souvent) et 5 mm d'épaisseur, de forme ovale aux bords plissés. La surface dorsale est lisse et parcourue sur toute la longueur du corps par une crête centrale créée par le pharynx. La coloration est variable, marron ou brun plus ou moins foncé, chinée de blanc.
Dans sa partie antérieure, l'animal présente deux petits tentacules sensitifs très mobiles.
La face ventrale du corps est de couleur plus claire, presque blanchâtre. Cette face ventrale présente une ventouse centrale formée de l'orifice unique "bouche-anus" prolongé par un pharynx qui lui permet de se maintenir sur le fond en cas de nécessité (courant...). Le corps est recouvert de minuscules cils (invisibles à l'œil nu) qui permettent à l'animal de se déplacer en "glissant" sur le substrat*. L'animal peut également se déplacer en nageant par des mouvements d'ondulation lorsqu'il se retrouve en pleine eau.

Espèces ressemblantes

Impossible à confondre avec une autre espèce voisine dans sa zone géographique. Ce ver plat est localement relativement commun.

De par sa forme, les vers plats peuvent être confondus avec des mollusques nudibranches (limaces de mer). Cependant, les planaires ne présentent jamais de panache branchial externe et ils ont un corps mou et flasque, alors que les nudibranches sont plus épais et se contractent au toucher et deviennent plus durs.

Alimentation

Pseudoceros maximus se nourrit d'ascidies, bryozoaires et autres petits animaux.
Comme tous les Turbellariés, le tube digestif incomplet est formé d'un pharynx qui s'ouvre sur une seule ouverture sur la face ventrale, la bouche, qui sert également d'anus. Les aliments ingérés et les aliments non digérés sont régurgités par cette même ouverture.
Pour se nourrir, l'animal dévagine une partie de son pharynx, formant une trompe sécrétant un mucus et permettant de "sucer" ses proies.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est principalement sexuée, les individus étant hermaphrodites*. Les planaires n'ayant pas de cavité vaginale, l'insémination est hypodermique par l'intermédiaire d'un stylet mâle introduit n'importe où dans le corps. Les spermatozoïdes migrent alors directement dans le corps à la recherche des ovules. Les œufs fécondés sont déposés directement sur le substrat*.
Dans certains cas, il peut y avoir une reproduction asexuée par scissiparité*. De même, en cas de blessure, les parties manquantes peuvent être régénérées. Ce pouvoir de régénération est tel, qu'à partir d'un simple morceau, un individu peut entièrement se reconstituer.

Divers biologie

Métazoaire*, triploblastique* acœlomate*, ce ver plat, comme tous les Turbellariés, n'a pas de système circulatoire ni d'organes respiratoires car les échanges gazeux se font par toute la surface du corps.
Les planaires utilisent 2 modes de déplacement. D'une part la reptation, qui est due à l'agitation des cils qui tapissent le corps mais aussi à la contraction des muscles (longitudinaux, circulaires et transversaux). D'autre part la nage qui est rendue possible par des ondulations de la périphérie du corps réalisées par des contractions musculaires. Notez que tous ces mouvements ne sont pas liés à un système nerveux central, il n'y a pas un "cerveau" donneur d'ordre, mais plusieurs ganglions nerveux.

Origine des noms

Origine du nom français

Planaire : nom féminin, du latin scientifique planarius, plat. Ver plathelminthe (Turbellarié triclade) non annelé, libre, aquatique. Ce terme ne doit pas être utilisé pour cette espèce qui appartient à l'Ordre des Polycladides. Même si dans la pratique ce nom vernaculaire* est utilisé pour nombre de vers plats de la Classe des Turbellariés.

Origine du nom scientifique

Pseudoceros : vient du latin [pseudo] = faux et de [ceras] = cornes. Ceci vient du fait qu'on a l'impression qu'il a des cornes à l'avant de son corps.

maximus : en référence à sa taille, même si ce n'est pas le plus grand des vers plats visibles en plongée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Platyhelminthes Plathelminthes Vers plats à symétrie bilatérale, portant des organes des sens simples sur la tête, tube digestif à une seule ouverture ventrale. Nombreuses espèces libres ou parasites.
Classe Turbellaria Turbellariés Vers plats libres (non parasites) mus par une ciliature ventrale. Tube digestif ramifié qui possède une seule ouverture au centre de la face ventrale.
Sous-classe Archoophora Archoophores
Ordre Polycladida Polyclades Turbellariés à intestin très ramifié. Espèces de grande taille. Planaires marines.
Sous-ordre Cotylea Cotylés Polyclades caractérisés par la présence d’une ventouse ventrale permettant aux vers de se maintenir sur le fond.
Famille Pseudocerotidae Pseudocérotidés Corps ovale, lisse ou à papilles. Tentacules proéminents formés à partir de la marge.
Genre Pseudoceros
Espèce maximus

Nos partenaires