Demoiselle à tirets bleus

Pomacentrus caeruleopunctatus | Allen, 2002

N° 4652

Ouest de l’océan Indien

Clé d'identification

Taille maximale : environ 9 cm
Corps gris jaunâtre avec une multitude de taches bleues
Deux à trois taches bleu électrique par écaille, le plus souvent en forme de tirets horizontaux
Bande noirâtre sur la marge postérieure des opercules
Pectorales et pelviennes jaune pâle, premier rayon des pelviennes bleu vif

Noms

Noms communs internationaux

Blue damsel (GB)

Distribution géographique

Ouest de l’océan Indien

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Espèce signalée à Madagascar (archipel des Mitsio), à Zanzibar (Mnemba atoll), aux Seychelles (Mahé et Praslin), au nord de l’Afrique du Sud (Sodwana Bay) et à La Réunion.
Cette distribution éparse suggère que l’espèce est sans doute présente dans d’autres sites de l’ouest de l’océan Indien.

Biotope

L’espèce vit en milieu corallien mixte (coraux vivants et substrat* sablo-détritique*) dans les lagons et sur les pentes externes. Sa distribution verticale actuellement documentée va de 1 à 16 mètres.

Description

Description sommaire : poisson-demoiselle gris à jaunâtre marqué par de très nombreuses petites taches bleues masquant la couleur de fond. La zone ventrale et le pédoncule caudal sont souvent jaunâtres du fait d’une moindre densité de des taches. La nageoire caudale est souvent jaunâtre. Les nageoires impaires portent un liseré et une bande submarginale bleu électrique. Les pectorales et les pelviennes sont jaunes.

Description détaillée :

Le corps est ovale, sa hauteur entre environ 2,3 fois dans la longueur standard (longueur sans la queue). Il est comprimé latéralement. La longueur totale (longueur avec la queue) maximale est d’environ 9 cm (longueur standard 7,5 cm).

Chez l'adulte, la couleur de fond est un gris plus ou moins jaunissant marqué d’une multitude de taches bleues du fait que la majorité des écailles porte deux à trois taches bleu électrique, le plus souvent en forme de tirets horizontaux. Certaines écailles de la tête, celles du bas de l'abdomen et du pédoncule* caudal ne portent qu’une seule tache. Toutes les écailles ont une bordure foncée. Le pédoncule caudal et la zone abdominale peuvent être légèrement jaunâtres.

La tête est relativement petite. Ses écailles ne portent généralement qu’une ou deux taches bleues. La bouche, de petite taille, est terminale et oblique. Les yeux sont grands et globuleux. On observe une ligne horizontale bleu électrique au-dessus et en-dessous de l’iris*, qui est doré. On trouve une fine ligne noirâtre sur la marge postérieure du préopercule* et une bande plus large de même couleur dans la partie supérieure de la marge des opercules*.

Les nageoires dorsale, anale et caudale sont grisâtres à jaunissantes avec une bande marginale et une à deux bandes submarginales bleues. Elles portent des écailles bleues entre les rayons. La base des nageoires dorsale et anale est prise dans un fourreau d’écailles. La nageoire caudale est échancrée à lobes arrondis, ses rayons extérieurs sont bleus. Les nageoires pectorales sont jaune pâle, cette couleur étant parfois fumée. Les pelviennes sont de la même couleur, le premier rayon, plus court que les autres, étant bleu vif et le second, plus long que les autres, s’achevant sur un filament.

Les juvéniles sont entièrement bleus à l’exception des nageoires pelviennes, jaune vif, et des pectorales, discrètement jaunissantes.
Les grands juvéniles ont un aspect similaire à celui des adultes à quelques exceptions près : la partie abdominale, la nageoire anale, le pédoncule caudal et la nageoire caudale sont jaunissants, les pelviennes sont jaune vif et un point bleu intense marque la marge supérieure des opercules

Espèces ressemblantes

Pomacentrus caeruleus : largement répandue dans l’ouest de l’océan Indien, des Maldives à l’Afrique du Sud, c’est la seule espèce susceptible d’être confondue avec P. caeruleopunctatus dans sa zone de distribution connue. La majeure partie du corps est bleu électrique, le reste étant jaune vif (partie inférieure de la gorge et de l’abdomen, nageoire anale, partie postérieure de la nageoire dorsale, pédoncule caudal et nageoire caudale). Le descripteur, G. Allen, comparant les deux espèces, écrit qu’elles se distinguent notamment par le patron de couleur, la hauteur du corps (P. caeruleus est plus élancée) et la plus grande taille maximale de P. caeruleopunctatus. Concernant le patron de couleur, G.Allen précise notamment que P. caeruleopunctatus présente deux ou trois marques bleu intense sur la majorité des écailles, cette caractéristique étant visible sur l’ensemble du corps, alors que P. caeruleus n’en présente qu’une, invisible dans la partie bleue de son corps.

P. caeruleopunctatus fait partie d’un complexe de sept espèces assez ressemblantes nommé le « complexe Pomacentrus coelestis », dont fait aussi partie P. caeruleus (voir dans la section Divers biologie). Toutefois, la distribution des autres espèces du complexe permet d’éviter toute confusion : la distribution de P. alleni le cantonne de la Thaïlande à l’ouest de l’Indonésie, et celle de P. similis va du Sri Lanka à l’Indonésie. Quant à P. micronesicus, P. auriventris et P. coelestis, ils ne se rencontrent que dans l’océan Pacifique.

Alimentation

Le régime alimentaire de cette espèce n’est pas documenté. Son descripteur suggère que l'espèce pourrait être planctonophage*, du fait que la plupart des individus qu’il a observés se trouvaient largement au-dessus du substrat*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction n’est pas documentée pour cette espèce à la date de publication de cette fiche (septembre 2020). Toutefois, les Pomacentridés sont tous des pondeurs démersaux* dont les œufs adhèrent au substrat et sont gardés et ventilés par les mâles. La reproduction se fait en couples (vs en groupes). La durée de vie larvaire moyenne calculée pour 11 espèces dans cette famille va de 21 à 24 jours. Les larves* sont pélagiques* et apparemment incapables, contrairement à celles de nombreuses autres familles, de retarder leur métamorphose* en juvénile après le dernier stade larvaire. Il est donc impératif qu’elles aient trouvé un récif adapté à leurs besoins pendant cette période. Cette impossibilité limite donc la capacité de dispersion de ces espèces.

Divers biologie

Cette espèce est rarement observée et est considérée comme peu commune dans toutes les parties de sa distribution. Elle vit généralement en petits groupes.

Pomacentrus caeruleopunctatus fait partie du « complexe d’espèces Pomacentrus coelestis », qui comprend P. alleni, P. similis et P. caeruleus dans l’océan Indien, et P. micronesicus, P. auriventris et P. coelestis dans l’océan Pacifique. Une étude de 2014 montre qu’il est difficile, et peut-être impossible, de distinguer génétiquement P. caeruleopunctatus de P. caeruleus. Les auteurs suggèrent donc que la première pourrait être un simple morphe de couleur de la seconde, ou que P. caeruleopunctatus pourrait être une espèce naissante. Cette seconde hypothèse est basée sur l’arbre phylogénétique établi par ces auteurs, qui montre une date de divergence très récente pour P. caeruleus (493.000 ans). Dans l’hypothèse d’un processus de spéciation* ultérieur au sein de l’espèce, les différences morphologiques en cours de formation n’auraient pas eu le temps de se fixer génétiquement.

La nageoire dorsale comprend 13 rayons durs et 13 rayons mous, l’anale deux rayons durs et 15 rayons mous. La ligne latérale* comprend de 17 à 19 écailles perforées.

Informations complémentaires

Un inventaire des poissons de Madagascar fait en 2018 présente encore P. caeruleopunctatus comme endémique du nord-ouest de la Grande Ile. FishBase y ajoute Mnemba atoll (Zanzibar, Tanzanie) d’après une photo dont l’identification a été validée par G. Allen. Des photos de naturalistes de haut niveau (Sally et Denis Pollack, FishWise Professionnal), qui attestent que l'espèce se trouve aussi à Sodwana Bay (Afrique du Sud), de même qu’une récente extension de cette distribution à La Réunion, suggèrent que l’espèce est probablement plus répandue qu’on ne le pensait dans l’océan Indien.

Origine des noms

Origine du nom français

Demoiselle : ce nom donné à l’ensemble des Pomacentridés est aussi employé pour des poissons-anges. Il semble associé aux assemblages de couleurs vives qui constituent la livrée de la plupart des espèces de ces groupes, peut-être en référence à une coquetterie vestimentaire présumée chez les jeunes filles.

A tirets bleus : cette précision, conforme au sens de l’épithète spécifique du nom scientifique, se fonde sur la présence de trois taches bleues en forme de tirets sur la majorité des écailles. Cette présence a été définie par le descripteur comme caractéristique de l’espèce dans la comparaison qu’il fait avec son plus proche parent, Pomacentrus caeruleus.

En l’absence de tout nom vernaculaire, français ou étranger, « demoiselle à tirets bleus » est une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Pomacentrus : des mots grecs [poma], qui renvoie à ce qui couvre et par extension à l'opercule, et [kentron], aiguillon, piquant. Lacépède a créé ce genre en 1802 en y regroupant des poissons dont les opercules étaient dentelés. Cuvier révise le genre en 1830 et précise qu’il s’agit des préopercules. Le genre contient actuellement 78 espèces acceptées.

caeruleopunctatus : des mots latins [caeruleus], qui signifie bleu, ou bleu sombre, et [punctus], qui désigne un point. Le mot « punctatus » signifie ponctué, tacheté. G. Allen décrit l’espèce en 2002 dans Descriptions of two new species of damselfishes (Pomacentridae: Pomacentrus) from Madagascar. Il précise qu’il a forgé cette épithète spécifique en référence aux trois taches bleues ornant les écailles de l’espèce.
La localité du type* est l’archipel des Mitsio, au nord-ouest de Madagascar.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Pomacentridae Pomacentridés
Genre Pomacentrus
Espèce caeruleopunctatus

Nos partenaires