Corail-champignon taupe

Polyphyllia talpina | (Lamarck, 1801)

N° 3339

Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Corail-champignon colonial et libre
Forme généralement allongée, pouvant être en T, X ou Y
Sillon axial peu ou pas visible
Tentacules longs, aux extrémités blanches, toujours épanouis
Septes* primaires courts, en forme de pétale ou d'ellipse

Noms

Autres noms communs français

Corail-champignon pantoufle, corail-champignon langue

Noms communs internationaux

Feather coral, slipper coral, joker's boomerang coral, sea mole coral, tongue coral (GB), Seezunge (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Madrepora pileus Pallas, 1766
Madrepora limax Houttuyn, 1772
Madrepora talpa Houttuyn, 1772
Fungia talpina Lamarck, 1801
Polyphyllia substellatade Blainville, 1830
Lithactinia novaehiberniae Lesson, 1832
Polyphyllia leptophylla Ehrenberg, 1832
Polyphyllia sigmoides Ehrenberg, 1832
Polyphyllia pelvis Quoy and Gaimard, 1833
Polyphyllia fungia Dana, 1846
Polyphyllia galeriformis Dana, 1846
Polyphyllia pileiformis Dana, 1846
Cryptobacia leptophylla Milne-Edwards and Haime, 1851
Polyphyllia producta Folkeson, 1919

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Polyphyllia talpina est présente de l'Afrique de l'Est jusqu'à Wallis et Futuna (limite est) et la Nouvelle-Calédonie (limite sud). Sa limite nord est au Japon.
Dans les zones DORIS de l'océan Indien, elle est présente à Mayotte et La Réunion.

Biotope

Cette espèce est commune, on la trouve sur les pentes récifales ou les platiers entre 1 et 30 m de profondeur.

Description

Le corail-champignon taupe est une espèce coloniale libre, non fixée au substrat. La longueur maximale est de 75 cm (bien qu'un individu de 1,2 m ait été observé en Nouvelle-Calédonie).
Il est de forme allongée (rapport longueur/largeur égal à 3,6) et peut adopter une forme en X, Y ou T.
Le sillon axial peut ne pas être visible. Les bouches sont réparties uniformément sur la surface supérieure. Les septes* primaires sont courts, en forme de pétale* ou d'ellipse.

Les colonies sont généralement de couleur grise, verte, marron clair ou marron foncé. La face inférieure peut être plate mais est généralement nettement concave. Elle est couverte de nombreuses petites épines émoussées ou longues et granuleuses. Les tentacules* sont longs et épanouis de jour comme de nuit. Leur extrémité est colorée de blanc.

Espèces ressemblantes

Le genre Polyphyllia comporte une autre espèce, P. novaehiberniae. Elle est de forme irrégulière et de couleur brune. Les tentacules ne sont épanouis que de jour. Cette espèce se rencontre au niveau des pentes récifales et les lagons protégés. Elle n'est présente que dans le Pacifique central, de l'Indonésie aux Samoa. Dans les zones DORIS, on peut la rencontrer en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna.

Le corail-boomerang, Herpolitha limax, est très proche dans le classement phylogénique. Il est de forme allongée et incurvée avec un sillon axial bien visible et des extrémités arrondies, et peut adopter une forme en X, Y ou T. Les septes ont des bords arrondis et peu denticulés, n'atteignant pas le bord de la colonie. Les tentacules sont uniquement épanouis de nuit. Son aire de répartition va de la mer Rouge à la Polynésie française.

Herpolitha weberi est aussi une espèce coloniale, dont les bouches ne sont localisées que dans le sillon central. Elle a des extrémités pointues et des septes qui vont du sillon central au bord de la colonie. Son aire de répartition est plus limitée, et elle n'est pas présente à La Réunion, en Polynésie, ni en Nouvelle-Calédonie.

Ctenactis echinata a une forme allongée avec un sillon central qui porte une bouche unique en son centre. Les septes sont fortement denticulés (dents triangulaires) et partent du sillon central jusqu'au bord du corail. Elle n'est pas présente à l'est de l'océan Indien, on la rencontre en Nouvelle-Calédonie.

Ctenactis crassa a une forme allongée avec un sillon central qui porte plusieurs bouches. Le sillon central traverse le polype sur presque toute sa longueur. Elle a des dents septales un peu plus arrondies que C. echinata et a la même aire de répartition.

Ctenactis albitentaculata, se distingue des deux autres espèces de Ctenactis par ses tentacules de couleur blanche épanouis aussi de jour. Le sillon central porte plusieurs bouches. Son aire de répartition est plus restreinte (du Vietnam aux îles Fidji).

Alimentation

Comme tous les coraux hermatypiques*, Polyphyllia talpina se nourrit grâce aux algues symbiotiques* contenues dans ses tissus et qui fabriquent des sucres par photosynthèse*. Les polypes*, munis de cellules urticantes, les cnidocytes*, peuvent aussi capturer de petits organismes planctoniques*.

Reproduction - Multiplication

Ce corail se reproduit de manière sexuée et asexuée. Lors de la reproduction sexuée, les gamètes* mâles et femelles sont lâchés dans l'eau et donnent naissance à des larves* planulas* qui se posent sur le substrat. Comme la plupart des coraux-champignons, les juvéniles sont attachés au substrat* puis s'en séparent.
Les brisures de corail peuvent donner naissance à de nouveaux individus par reproduction asexuée.

Vie associée

Des algues symbiotiques* zooxanthelles* vivent dans ses tissus où elles fabriquent des sucres qui assurent une partie de la nourriture à la colonie.
Le corail-champignon taupe est un des rares coraux-champignons sur lequel on n'a pas encore trouvé de gastéropode parasite.

Informations complémentaires

Cette espèce est appréciée en aquariophillie.
Elle a fait l'objet d'études en tant que substitut d'une céramique pour les implants osseux (test de longue durée sur des moutons).

Réglementation

Polyphyllia talpina est inscrit sur la liste rouge UICN 2008 (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) sous le statut LC (Least Concern, soit peu préoccupante). L'UICN a motivé sa décision en considérant la dégradation de son habitat. Une nouvelle évaluation du statut est prévue en 2018.

Il est aussi présent sur la liste CITES appendice 2 depuis 1985 (référence aux annexes de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), soumise à quotas d'exportation : 1000 individus sauvages pour les îles Fidji et 9700 pour l'Indonésie sont autorisés à l'export chaque année (quotas 2009-2012).

La cueillette de ce corail est interdite à Mayotte par arrêté préfectoral.

Origine des noms

Origine du nom français

Les noms français existants, corail-champignon pantoufle et langue, sont des traductions des noms anglais slipper et tongue coral. Ces noms sont en référence à la forme allongée et pointue de cette espèce, et sont utilisés pour d'autres coraux qui ont la même allure générale tels que Herpolitha limax.
DORIS suggère corail-champignon taupe qui est la traduction du nom d'espèce.

Origine du nom scientifique

Polyphyllia : du grec [poly] = nombreux et [phullon] = feuille.

talpina : du latin [talpinus] = de taupe, relatif à la taupe. Est-ce son aspect d'animal velu de couleur proche de celle de la taupe qui lui a valu ce nom ?

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Scleractinia Scléractiniaires / Madréporaires Hexacoralliaires coloniaux (quelques espèces solitaires) produisant un exosquelette calcaire abritant de petits polypes.
Sous-ordre Fungiina
Famille Fungiidae Fungiidés Coraux-champignons.
Genre Polyphyllia
Espèce talpina

Nos partenaires