Polydore

Polydora hoplura | Claparède, 1869

N° 210

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Ver tubicole de grande taille
2 longs palpes avec points blancs (le plus souvent)
Branchies présentes à partir du septième sétigère

Noms

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Mer du Nord, Manche (région de Dinard, Cancale) et Atlantique (Morbihan, île de Ré), Méditerranée (Sète, Marseille).

Biotope

Espèce rencontrée dans les dragages, dans les bancs d'huîtres et à marée basse dans le sable et dans la vase. On la rencontre aussi fréquemment dans les ports où l'eau stagne.

Description

Cette annélide polychète tubicole de grande taille possède plus de 200 sétigères*. Sa longueur est comprise entre 50 et 60 mm pour une largeur de 1 à 2 mm. Les branchies sont présentes à partir du septième sétigère* et absentes sur les 10-20 derniers segments. Présence de 2 longs palpes mobiles dans la région antérieure, seuls organes du ver visibles en plongée. Ceux-ci portent le plus souvent des points blancs. Pygidium* avec une ventouse anale en entonnoir avec une profonde échancrure dorsale et, parfois, une ventrale. Coloration rougeâtre ou jaunâtre. Le tube émerge de la vase ou du sable et est lui-même recouvert de sédiments.

Alimentation

Cette espèce se nourrit de particules en suspension (suspensivore) ou de dépôts (déposivore ou dépositivore) en l'absence de particules. Les longs palpes sont utilisés afin d'entrer en contact avec la nourriture. Les particules sont ensuite triées en fonction de leur taille, les trop grosses étant rejetées. Elles sont alors transportées jusqu'à la bouche grâce à la gouttière ciliée garnie de mucus dont est équipé chaque palpe. Enfin, les particules sont ingérées ou utilisées pour la construction du tube.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, la reproduction est uniquement sexuée. La maturation des gamètes (spermatozoïdes pour le mâle, ovules pour la femelle) a lieu dans la cavité coelomique*. Le sperme est évacué dans la galerie via les néphridies* dans des spermatophores*. Les œufs fécondés sont pondus dans des sacs attachés par 2 pédoncules à un grand cordon qui tapisse la paroi de la femelle. Il y a environ 50 paquets contenant chacun 60 œufs par cordon. La femelle pond donc environ 3 000 œufs.

Vie associée

Cette espèce infeste parfois le bryozoaire Schizoporella auriculata. On la rencontre parmi les serpules et surtout les huîtres dont elle perfore la coquille.

Divers biologie

Cette espèce tubicole* se construit un tube mince membraneux avec de fines particules de vase agglutinées par du mucus. Espèce perforatrice qui creuse dans les coquilles d'huîtres une galerie qui abrite son tube en forme de U à branches rapprochées comme les canons d'un fusil de chasse.

Informations complémentaires

Cette espèce n'a pas été répertoriée au niveau de la remise à jour des espèces présentes sur le littoral Nord-Pas de Calais où les photographies ont été prises.

Origine des noms

Origine du nom français

Polydore est directement dérivé du nom de genre Polydora.

Origine du nom scientifique

Polydora: du grec [polydoros] = nom mythologique créé par Bosc en 1801. Dans la mythologie les Polydores (celui qui à plusieurs talents) sont nombreux. Il s'agit ici certainement du fils de Téthys et d'Océan.
hoplura: du grec [hoplo] = arme, lance, et [oura] = queue donc queue armée, pour les grosses soies dorsales jaunes recourbées en crocs sur les 10-20 derniers sétigères.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Sedentaria - Canalipalpata Annélides polychètes sédentaires - Canalipalpata

Annélides polychètes sédentaires vivant dans des tubes ou des terriers semi-permanents, avec une paire de palpes creusés d'un sillon longitudinal cilié.

Ordre Spionida Spionides

Métamérie plus ou moins altérée, parapodes peu développés à soies simples, prostomium réduit, présence dans la partie antérieure soit de deux groupes ou d'une seule paire de longs cirres tentaculaires (palpes) attachés ventralement, trompe souvent bien développée mais sans mâchoires, animaux galéricoles ou tubicoles.

Famille Spionidae Spionidés

Corps relativement allongé, non divisé en deux parties distincts. Pas d'antennes mais deux palpes très longs et mobiles, s'enroulant en spirale lors de perturbations.

Genre Polydora
Espèce hoplura

Nos partenaires