Poisson-papillon de Madagascar

Chaetodon madagaskariensis | Ahl, 1923

N° 1070

Océan Indien

Clé d'identification

Corps ovale à museau allongé
Coloration blanche avec des chevrons noirs
Bande verticale noire sur l'œil et tache noire sur le front
Arrière du corps orange
Pédoncule caudal orange et blanc

Noms

Autres noms communs français
Poisson-papillon à damiers, poisson-papillon malgache, chétodon à damiers, chétodon malgache
Noms communs internationaux
Seychelles butterflyfish, Madagascar butterflyfish, Indian ocean chevron butterflyfish, pearlscale butterflyfish, pearly butterflyfish (GB), Madagaskar-Winkelfalterfisch, Indischer Winkelfalterfisch (D), Pêrel-vlindervis (Afrique du Sud)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Chaetodon miliaris (non Quoy & Gaimard, 1825)
Chaetodon chrysurus Dejardins, 1834
Chaetodon xanthurus (non Bleeker, 1857)
Chaetodon chrysurus madagaskariensis Ahl, 1923
Chaetodon madagascariensis Ahl, 1923

Distribution géographique

Océan Indien

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Chaetodon madagaskariensis se distribue dans tout l'océan Indien, de la Somalie à l'Afrique du Sud, à l'Indonésie (Sumatra) en passant par toutes les îles de l'océan Indien tropical (dont Mayotte et La Réunion).

Biotope

Le poisson-papillon de Madagascar se rencontre dans les récifs coralliens sur les pentes externes, depuis les premières profondeurs jusqu'à 30-40 m.

Description

Le corps de ce poisson-papillon est ovale de profil et peut atteindre 13 cm.
Chaetodon madagaskariensis montre une livrée blanche, avec 5 ou 6 lignes formant des chevrons noirs qui se délitent en zigzags ou pointillés à leurs extrémités. Ces chevrons disparaissent dans le dernier tiers du corps qui porte une bande blanche verticale parsemée de petits points noirs. L'arrière du corps est couvert par une bande orange qui part de la nageoire dorsale et s’achève en pointe à l’extrémité de l’anale.

La tête est longue, le museau pointu et la bouche protractile*. Une petite selle noire bordée de blanc marque le front. Une bande verticale noire, bordée de blanc dans sa partie supérieure, traverse l’œil. Elle s’achève en traces noirâtres des deux côtés.

La nageoire dorsale est blanche et porte des traces grises plus ou moins diffuses dans le prolongement des chevrons, sa partie postérieure est orange avec une ligne noire à son extrémité et un liseré blanc.
La nageoire anale est blanche sur les deux premiers tiers, orange sur le dernier. Elle porte un liseré d’abord orange, puis blanc en partie postérieure.
Les pectorales sont transparentes, les pelviennes sont blanches.
La queue est d’abord blanche, puis vient une bande verticale orange bordée par une fine ligne blanche à liseré translucide.

Les juvéniles ressemblent aux adultes, en un peu plus ramassés, mais avec un pédoncule caudal transparent.

Espèces ressemblantes

Les Chaetodontidés (130 espèces), de par leur forme et leur couleur se reconnaissent facilement, ils peuvent être cependant confondus avec les poissons-anges (Pomacanthidés) qui ont un corps plus épais et une épine à la base de leurs opercules.

Le genre Chaetodon compte environ 90 espèces. Les différentes espèces se ressemblent beaucoup. Elles ont en général le corps plus ou moins rond et un museau pointu. La coloration la plus fréquente est blanche avec des nageoires jaunes, ou entièrement jaune. Le corps est parcouru de lignes sombres verticales, obliques, en chevrons ou plus rarement horizontales. Il y a également pratiquement toujours une barre noire verticale passant sur l'œil.

Il existe 3 autres espèces extrêmement ressemblantes à Chaetodon madagaskariensis.
- C. paucifasciatus n'est présent qu'en mer Rouge et dans le golfe d'Aden. Il se différencie par une coloration rouge foncé au lieu de orange et par une ligne orange (et non noire) sur l'œil.
- C. mertensii (souvent confondu avec C. madagaskariensis par les auteurs) est une espèce du Pacifique et se différencie par un nombre de chevrons très légèrement inférieur et surtout par l'absence de la tache noire sur le front, remplacée par une zone noirâtre diffuse et plus large.
- Enfin, C. xanthurus se différencie par des motifs réticulés, des lignes en formes de mailles de filet au lieu de chevrons. Cette espèce est également une espèce du Pacifique mais peut cohabiter avec C. madagaskariensis au niveau de Sumatra.

Alimentation

Chaetodon madagaskariensis se nourrit de petits invertébrés benthiques et d'algues filamenteuses.

Reproduction - Multiplication

La reproduction des poissons-papillons est saisonnière, et correspond souvent aux variations de la saison des pluies et donc varie suivant les zones géographiques. Elle peut également dépendre de la lune et des marées, et notamment avoir lieu lors d'une pleine lune et des 5 jours suivants. Beaucoup d'espèces pondent à une heure précise. La maturité sexuelle est atteinte vers 2 ans. Les sexes sont séparés et ne varient pas au cours de la vie. Les individus forment des couples, souvent pour toute leur vie, qui remontent près de la surface en libérant leurs gamètes simultanément. D'autres mâles peuvent également en profiter pour venir émettre leur sperme.

Les œufs et les larves des Chaetodontidés sont pélagiques. Les œufs éclosent au bout d'une journée et 2 mois plus tard, les post-larves s'installent dans les récifs quand elles atteignent généralement 12 à 15 mm. Elles peuvent être beaucoup plus grandes, en particulier si elles tardent à trouver un récif où s'installer. Le stade larvaire est caractérisé par la présence de plaques osseuses recouvrant la tête et la partie antérieure du corps. Du fait du long stade larvaire, les larves dérivent sur de longues distances au gré des courants. Les juvéniles peuvent se retrouver alors dans les zones subtropicales où ils peuvent se développer temporairement mais, à moins d’une migration vers des eaux plus clémentes, ceux-là n’ont que peu de chances de survivre au premier hiver qui ralentira leur développement et les rendra vulnérables face à la prédation.

Divers biologie

Les adultes vivent généralement en couples.

Chaetodon madagaskariensis pourrait former des hybrides avec C. xanthurus à Sumatra, où les deux espèces cohabitent.

Informations complémentaires

La nageoire dorsale des poissons-papillons est continue avec de robustes épines dans sa partie antérieure. Ils l'utilisent pour se défendre en dirigeant les épines vers le danger potentiel. La nageoire dorsale comporte 13 à 14 épines et 20 à 22 rayons mous. La nageoire anale se compose de 3 épines et 20 à 22 rayons mous.

Il n'est pas rare de rencontrer des chaetodons avec des formes singulières, par exemple une échancrure sur le dos à la place de la nageoire dorsale, celle-ci étant totalement ou en partie absente. Il s'agit d'individus ayant survécu à une morsure d'un prédateur, aucun organe vital n'ayant été touché, et dont le dos a cicatrisé selon la forme de la morsure.
On peut également rencontrer des individus dont les dessins comportent des anomalies par rapport au patron de coloration de base.

Suivant certains auteurs le genre Chaetodon pourrait être divisé en 14 sous-genres. De nouvelles études pourraient aboutir à transformer ces sous-genres en genres à part entière.
Chaetodon madagaskariensis appartiendrait au sous-genre Rhombochaetodon.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-papillon : du fait de sa forme ovale et très colorée ainsi que de l'attitude "virevoltante" au dessus du corail.

De Madagascar : francisation littérale du nom scientifique d'espèce.

Origine du nom scientifique

Chaetodon : du latin [chaete] = soie et [odont] = dent. Les chaetodons ont les dents fines et serrées comme les poils (soies) d'une brosse.

madagaskariensis : de Madagascar, dans l'océan Indien ; en référence au lieu où fut prélevé l'individu type.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Chaetodontidae Chaetodontidés

Poissons ronds à ovales, bouche protractile, dents fines en brosse, une seule nageoire dorsale continue sur tout le dos, écailles cténoïdes*.

Genre Chaetodon
Espèce madagaskariensis

Nos partenaires