Poisson-comète à grandes nageoires

Calloplesiops altivelis | (Steindachner, 1903)

N° 2428

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical ouest

Clé d'identification

Poisson aux larges nageoires d'allure générale ovale
Coloration brun foncé avec de nombreux points blancs
Large ocelle noir entouré de blanc sur la nageoire dorsale
Très timide et craintif

Noms

Autres noms communs français
Poisson-miracle, betta marin, comète
Noms communs internationaux
Comet, marine betta (GB), Pesce cometa (I), Beta marino, pez cometa (E), Mirakelfisch (D) Komeetvis rifwachter (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Plesiops altivelis Steindachner, 1903
Barrosia barrosi Smith, 1952

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Le poisson-comète est présent en mer Rouge, dans l'océan Indien jusqu'au Mozambique, les Seychelles et Mayotte, et dans le Pacifique, de l'Indonésie aux îles Line, et du sud du Japon à l'Australie, la Nouvelle-Calédonie et les Tonga.

C'est une espèce très craintive, rarement observée par les plongeurs. Sa répartition géographique pourrait donc être plus étendue.

Biotope

Calloplesiops altivelis se rencontre dans les crevasses, failles et anfractuosités des pentes externes de 3 à 50 m de profondeur.

Description

Le poisson-comète à grandes nageoires est un poisson au corps comprimé latéralement. Les nageoires sont très développées et doublent ainsi la surface du corps, qui au total peut atteindre 20 cm de long. L'ensemble corps et nageoires est uniformément marron foncé avec, sur chaque écaille, un gros point blanc ou bleu. Un liseré bleu parcourt la marge des nageoires, sauf celle des pectorales. Une zone jaunâtre est parfois présente sous ce liseré. La tête, relativement petite, porte un œil noir pratiquement indiscernable, et une large bouche oblique vers le bas, surmontée de deux petites narines tubulaires.

Les nageoires dorsale (11 épines et 8-9 rayons mous), caudale et anale (3 épines et 9 rayons mous) sont toujours déployées et se rejoignent, donnant ainsi une forme ovale à cette espèce. La nageoire caudale lancéolée a une longueur à peu près égale à celle du corps. Les nageoires pelviennes, allongées et pointues, sont généralement plaquées le long du corps pour parfaire la forme ovale de cette espèce.
Les nageoires sont de la même couleur que le corps. Seules les nageoires pectorales sont transparentes, légèrement jaunâtres. Enfin, on peut observer sur les 3 derniers rayons mous de la nageoire dorsale, juste au dessus du pédoncule caudal, un gros ocelle noir bordé de blanc, surmontant une tache jaune.

La ligne latérale est discontinue. Les écailles sont cycloïdes* dans la partie antérieure du corps puis deviennent cténoïdes*. Les mâchoires portent de petites dents coniques et l'intérieur de la bouche est blanc, avec quelques dents sur le palais et le vomer*.

De nuit, le dessus de la tête devient gris clair.

Espèces ressemblantes

Il existe un autre poisson-comète, Calloplesiops argus, qui a un corps de couleur brune à ardoise, des taches blanches plus petites et alignées plus régulièrement, des lignes bleues sur les nageoires dorsale et anale, et des nageoires pelviennes plus longues. Sa distribution serait restreinte à l'Indonésie et aux Philippines. C. argus et C. altivelis ont été longtemps considérés comme synonymes, et le sont toujours pour certains auteurs, mais aujourd'hui on parle de deux espèces distinctes.

Alimentation

Le poisson-comète à grandes nageoires se nourrit de petits poissons et crustacés.

Reproduction - Multiplication

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel et peu de données sur la reproduction de Calloplesiops altivelis sont disponibles. Par contre, la ponte et le développement des larves sont connus. Ce serait une espèce hermaphrodite* protogyne* (d'abord femelle puis mâle). La parade amoureuse est violente, et la femelle se retrouve souvent avec les nageoires déchirées mais la cicatrisation est très rapide. La fécondation est externe. Les femelles pondent de 300 à 400 œufs de 1 mm de diamètre. Ces œufs sont gris puis deviennent noirs. Il sont reliés au substrat par un petit filament et sont regroupés en une masse gélatineuse, collée sur la paroi ou au plafond d'une anfractuosité. Après la ponte, ce sont les mâles qui gardent les œufs jusqu'à l'éclosion, qui se produit vers le cinquième jour. Les larves mesurent alors 4-5 mm et sont noires avec une grande queue et de gros yeux. A 4 semaines elles atteignent environ 10 mm. Les post-larves ont déjà la forme de l'adulte mais avec une coloration blanche ponctuée de marron. Les juvéniles commencent à prendre la coloration des adultes vers 7 mois. Au bout de 26 mois, ils sont matures et peuvent à leur tour se reproduire.

Divers biologie

Avec l'âge, les points blancs sur le corps deviennent plus petits et nombreux.

Cette espèce a une espérance de vie de 3-4 ans et jusqu'à 10 ans en aquarium.

Le poisson-comète appartient à la famille des Plesiopidés, qui est proche des Serranidés (mérous).

Informations complémentaires

C'est une espèce solitaire, timide, qui reste cachée dans les trous la journée pour ne sortir que la nuit.

En cas de danger, le poisson-comète enfonce la tête dans un trou, ne laissant dépasser que l'arrière de son corps, qui, de par sa forme ovale et la présence de l'ocelle noir, ressemble alors à la tête de la murène ponctuée (Gymnothorax meleagris). Ce mimétisme est dit batésien*. Si cet aspect effrayant ne dissuade pas un quelconque prédateur, les dommages que celui-ci pourrait infliger au poisson-comète seraient limités, puisque la moitié postérieure de son corps n'est constituée que des rayons de sa nageoire caudale.

Il existe des élevages de ce poisson-comète, qui maîtrisent le cycle de reproduction, pour l'aquariophilie. Le seul problème est d'obtenir des couples car rien ne différencie les mâles des femelles.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-comète à grandes nageoires : ce poisson ne ressemble pas réellement à une comète, mais son corps très sombre ponctué de blanc rappelle un ciel étoilé.

Origine du nom scientifique

Calloplesiops : du grec [callo] = beau, [plesio] = proche, voisin et [ops] = qui ressemble. Plesiops étant un nom de genre dans la famille de Plesiopidés, Calloplesiops signifierait alors : un beau Plesiops

altivelis : du latin [altus] = haut et [velum] = voile, dans le sens de grande nageoire.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Plesiopidae Plésiopidés
Genre Calloplesiops
Espèce altivelis

Nos partenaires