Poisson-coffre pintade

Ostracion meleagris | Shaw, 1796

N° 2182

Domaine indo-pacifique

Clé d'identification

Forme de coffre allongé de faible hauteur à section trapézoïdale
Mâle à dos noir parsemé de nombreuses taches blanches, flancs bleus couverts de taches jaune orangé cerclées de noir
Tête bleu violacé avec une tache beige à rosâtre sous les yeux
Femelle et juvénile uniformément noirs avec multitude de petites taches blanches rondes
Pas de nageoires pelviennes

Noms

Autres noms communs français
Coffre à taches blanches, coffre pintade
Il était appelé coffre pointillé ou ostracion pointillé par les auteurs des XVIIIème et XIXème siècles.
Noms communs internationaux
Spotted boxfish, whitespotted boxfish, black boxfish, blue-spotted boxfish (GB), Kofferfich, Weisstüpfel-Kofferfisch (D), Cofre manchado, cofre moteado, pez caja del Pacifico (E), Ng’ombe maji (Kenya), Thombu (Inde), Gonu (Maldives), Witspikkel-koffervis (Afrique du Sud), Kaban-kaban, obuluk, tabayong, takba (Philippines), Buntal batu, buntal kotak, buntal peti (Malaisie), Tutuke (Tuamotu), Momoa (Tahiti), Gugu (Fidji), Pupukea (Hawaï)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Ostracion meleagris meleagris Shaw, 1796
Ostracion punctatus Bloch et Schneider, 1801
Ostracion lentiginosus Bloch et Schneider, 1801
Ostracion sebae Bleeker, 1851
Ostracion camurum Jenkins, 1901
Ostracion clippertonense Snodgrass et Heller, 1905

Distribution géographique

Domaine indo-pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Ostracion meleagris est présent dans tout l’océan Indien. Il est également présent dans le Pacifique, jusqu’à Hawaï pour la limite orientale et, du nord au sud, depuis le sud du Japon jusqu'à l’Australie, la Nouvelle-Calédonie et l’île de Pâques.
Son signalement dans l'est du Pacifique fait débat.
Il n’est pas présent en mer Rouge, où il est remplacé par Ostracion cyanurus.

Biotope

On le rencontre dans les lagons, sur les pentes externes et les fonds coralliens mixtes jusqu’à 30 mètres de profondeur. Le poisson-coffre pintade recherche les eaux claires.

Description

Le corps d'Ostracion meleagris a approximativement la forme d’un coffre allongé de faible hauteur, à section trapézoïdale. Vu de profil, la hauteur rétrécit régulièrement de la zone orbitale au pédoncule* caudal. Cette forme est due à un exosquelette* composé d’écailles modifiées en plaques osseuses hexagonales parfaitement juxtaposées et constituant une carapace rigide sous la peau de l’animal. Des ouvertures couvertes par la peau y sont ménagées pour la bouche, les yeux, les ouïes, les nageoires, l’anus et le pédoncule caudal. Cette armure ne porte pas d’épines (contrairement à ce qui peut être observé dans d’autres genres d’Ostraciidés). La ligne latérale n’est pas discernable. L’espèce peut atteindre 20 cm de long.

Il y a un dichromatisme* sexuel important.
Le mâle a le dos noir parsemé de nombreuses taches blanches, de forme ronde et généralement de taille identique. Ses flancs sont bleus et couverts de taches jaune orangé cerclées de noir de tailles et de formes différentes, dont la répartition est plus dense et très irrégulière. La face ventrale est rosâtre en partie antérieure, puis gris violacé, et peut porter près de ses bords quelques taches identiques à celles des flancs. On peut également rencontrer le mâle avec une couleur de fond identiquement brunâtre sur le dos et les flancs, la couleur des taches restant inchangée.
Un liseré jaune ocre assez épais au tracé irrégulier et parfois discontinu borde l’ensemble du dos et le sépare des flancs et de la tête ; il peut se résumer à quelques taches sur le front. Il s’achève sur le pédoncule caudal. Celui-ci porte, en partie supérieure, les mêmes couleurs et taches que le dos et, sous le liseré, les couleurs et taches des flancs. Il peut arriver que le liseré forme une boucle complète sur la face supérieure du poisson en dessinant une selle sur le pédoncule.
La femelle et le juvénile sont uniformément noirs avec une multitude de petites taches blanches le plus souvent rondes ou s’allongeant en ovale ou en tirets aux extrémités arrondies. La densité des taches est la même sur la face ventrale que sur le reste du corps. Ce patron se poursuit sur l'œil.

La tête du mâle est de couleur bleu violacé, la teinte tirant parfois sur le rose ; elle peut porter quelques taches éparses jaunes cerclées de noir, et plus fréquemment des motifs réticulés noirâtres. Elle est large et massive. Le front tombe brusquement suivant un angle à 45° dès la zone interorbitale et dessine une ligne presque droite jusqu’à la bouche, qui se situe en position subterminale (au niveau de la face ventrale). L’ouverture de la carapace destinée à la bouche est large et taillée en biseau vers la face ventrale, permettant ainsi à une bonne partie du museau d’être autonome. Le menton est convexe. Les lèvres sont épaisses et ourlées, les dents sont assez petites et coniques.
Les yeux, proéminents et indépendants, sont très haut placés ; la zone interorbitale est creuse dans sa partie supérieure. On trouve une tache beige à rosâtre sous les yeux qui s’étend sur les joues jusqu’à la hauteur des ouïes. L’opercule* étant soudé à la carapace, celles-ci se réduisent à une fente verticale juste devant la base des pectorales.

Comme chez tous les poissons-coffre, les pelviennes sont absentes et les nageoires n’ont pas de rayons durs. La dorsale et l’anale comprennent chacune 9 rayons mous, les pectorales et la caudale en comprennent 10. Tous ces rayons sont ramifiés et portent des marques brun clair alternées avec des espaces blanchâtres, les membranes étant translucides. La dorsale et l’anale sont situées très en arrière du corps, l’anale étant plus proche du pédoncule caudal. La base des pectorales est de la même couleur et porte les mêmes taches que les flancs. La caudale est légèrement arrondie mais elle est rarement déployée. La première partie de ses rayons porte la même couleur et les mêmes taches que les flancs, puis les rayons deviennent blanchâtres. En position de stress le pédoncule caudal est orienté sur le côté et la caudale est rabattue vers les flancs.

Espèces ressemblantes

La livrée spectaculaire du mâle Ostracion meleagris empêche de le confondre avec un autre poisson-coffre. La femelle est quant à elle la seule du genre à présenter de petites taches blanches sur fond noir sur la totalité de la carapace.

Ce qui est encore parfois considéré comme une sous-espèce endémique* d’Hawaï (Ostracium meleagris camurum) porte des ocelles* bleu nuit à noirs sur les flancs. Chez certains individus il y a des ocelles à centre jaune, mais ils n’apparaissent que par endroits.
Il en va de même pour l’autre sous-espèce parfois encore admise, Ostracion meleagris clippertonense, devenue espèce à part entière sous le nom d’Ostracion clippertonense, qu’on trouve dans l’est du Pacifique. Les deux peuvent de surcroît avoir des motifs blancs en tirets ou en labyrinthe sur la face dorsale.

Ostracion cyanurus
: cette espèce est présente en mer Rouge, dans le golfe d'Aden et le golfe Persique uniquement. Femelles et juvéniles sont jaunes à ponctuations noires et les mâles bleus ponctués de noir sur les flancs montrent un dos kaki.

Alimentation

Cette espèce se nourrit d’éponges, d’algues et de divers invertébrés benthiques* (tuniciers, vers polychètes, mollusques, crustacés copépodes).

Reproduction - Multiplication

L’espèce est hermaphrodite* protogyne*.Le mâle contrôle un territoire qui se situe au plus près du substrat*. Il a un harem de plusieurs femelles.Ostracion meleagris se reproduit en couple (et non pas en groupe).

Les accouplements sont généralement observés au soleil couchant, la cour a lieu juste au-dessus du substrat.
Le mâle suit assidûment la femelle, puis tourne autour d’elle et la heurte plus ou moins délicatement de temps à autres sur le dos ou les côtés, la femelle présentant généralement le flanc quand elle le voit venir. Le bleu de la livrée du mâle pâlit légèrement et les taches ocre de ses flancs perdent leur anneau foncé peu avant et au moment des contacts.

Quand la femelle est disposée, le couple fait plusieurs ascensions d’environ 3 m au-dessus du substrat, cette distance pouvant augmenter en cas de compétition sexuelle. Il y a de fréquents combats entre le mâle et des mâles sans femelle tentant de mêler leurs gamètes* à ceux du couple. Le mâle tourne alors autour de l’intrus en produisant un son bourdonnant et le charge plusieurs fois en quelques secondes en le heurtant comme un bélier, le bruit du choc étant audible, pendant que la femelle redescend vers le substrat sans avoir pondu. Les tricheurs peuvent cependant parvenir à leurs fins quand la femelle pond effectivement. On a pu observer jusqu’à quatre mâles émettant leurs gamètes en même temps qu’un couple, chacun s’efforçant de placer l’arrière de son corps au plus près de l’arrière de celui de la femelle, le spectacle formant ainsi une sorte de rosace. Le taux de réussite des intrus peut avoisiner les 40%.
Les femelles interrompues peuvent refaire une ascension avec un autre mâle que le premier. Pendant l’ascension, le mâle suit la femelle, son museau au contact de l’arrière de sa carapace, et la heurte parfois : ce comportement pourrait lui permettre de contrôler la hauteur de l’ascension en fonction de la présence de mâles concurrents proches du substrat dans les alentours. La vitesse des ascensions est relativement lente par rapport à celle des autres espèces pratiquant ce type de comportement.

Le couple libère ses gamètes côte à côte, les caudales étant en contact et les têtes légèrement séparées vers l’extérieur. Le mâle produit un son assez long (jusqu’à plus de 6 secondes) lors de l’émission des gamètes, qu’il module avec un sommet d’intensité au milieu de sa durée, puis un déclin. Ce son est supposé rendre l’émission synchrone en vue de maximiser les chances de fertilisation des œufs, mais il peut aussi attirer les prédateurs.
Le mâle redescend ensuite courtiser une autre femelle.

Les gamètes sont objets de prédation pour des espèces planctonophages* et des balistes (notamment Melichthys niger et M. vidua).
Les œufs sont pélagiques* ; ils mesurent un peu moins de 2 mm et sont incolores et ovoïdes. Le vitellus* contient plusieurs gouttelettes d’huile. Ils éclosent au bout de trois jours. Les larves* mesurent autour de 2 mm à la naissance et sont rapidement pigmentées ; leur forme est celle d’une bille aux contours irréguliers tout au long de leur croissance. La carapace est constituée à 4 mm, la fin du dernier stade larvaire est estimée à 6 mm.
Le petit juvénile est pélagique (au contraire des espèces qui s’installent* en milieu récifal au dernier stade larvaire). Ce petit juvénile est fortement convexe sur les faces dorsale et ventrale, et concave sur les flancs, les plaques osseuses hexagonales sont apparentes. Des taches claires commencent à apparaître autour de 12,5 mm, et le corps s’allonge peu à peu jusqu’à prendre le profil approximativement rectangulaire de l’adulte. Les juvéniles continuent à grandir en poursuivant leur vie pélagique jusqu’à un âge maximum qui n’est pas déterminé mais dont on sait qu’il n’est pas constant (des installations* de juvéniles de 28 mm ont été observées, et des juvéniles pélagiques de 30 mm aussi). Les juvéniles installés se trouvent toujours au plus près des coraux ou des roches, pour pouvoir se cacher dans une anfractuosité à la moindre alerte.

Vie associée

Ostracion meleagris peut être infesté par des vers trématodes (vers plats de l’embranchement des Plathelminthes) comme Paradiscogaster ostracii, Paradiscogaster macrostomus ou Haliotrema trochaderoi, qui parasitent son système digestif.

Des gastéropodes à coquille de forme conique ont été observés sur sa carapace, de nuit (voir photo). Ils n’ont pas été identifiés.

Divers biologie

La progression du changement de livrée chez l’intermédiaire (individu en cours de changement de sexe) paraît aléatoire : elle peut commencer par un bleuissement de la face ventrale avec disparition progressive des taches blanches, ou un bleuissement des flancs, le patron de taches blanches de la femelle restant inchangé, ou un jaunissement du pédoncule caudal, ou plus fréquemment des nuances ocre sur le museau.

L’espèce n’est pas rare, et elle n’est pas farouche. Ce poisson-coffre se laisse approcher assez facilement par un observateur lent et se met souvent alors en position pour l’observer à l’occasion d’un arrêt proche d'un abri. Les mâles sont plus aventureux que les femelles, qui comme les juvéniles ne s’éloignent jamais d’une anfractuosité quelconque dans laquelle se cacher. Ils sont solitaires, chaque élément d’un harem allant de son côté sur le territoire du mâle en dehors des périodes de reproduction.

Cette assurance est probablement liée à son adaptation contre les prédateurs : son exosquelette* rigide, mais surtout les sécrétions toxiques qu’il produit en situation de stress en font une proie difficile et dangereuse. La composition de la toxine, nommée ostracitoxine, est proche de celle de l’holothurine, la toxine qui protége les holothuries. Elle est soluble dans l’eau. Produite par des glandes épidermiques et présente dans le mucus, elle se répand dans l’entourage immédiat du poisson en situation de stress. L’ostracitoxine est stable à la chaleur et ne contient pas de protéines, contrairement aux toxines produites par les autres poisons marins. Elle est notamment hémolytique* (elle détruit les globules rouges). La toxicité de ce poison est variable selon les espèces (quantité de sécrétions et composition des toxines). Les poissons exposés à ces sécrétions souffrent de suffocation, d’apathie, d’une diminution du mouvement operculaire, d’une perte de l’équilibre et de la locomotion, et de convulsions... avant de mourir. Il est notable que les poissons-coffres ne sont pas immunisés contre leur propre toxine : dans un espace limité, ils peuvent en mourir eux-mêmes !

Si les gamètes sont la proie d'espèces planctonophages, les adultes courent très peu de risques du côté des espèces piscivores* du fait de leur carapace et de leur toxicité. Ils sont donc rarement trouvés dans les contenus stomacaux ou intestinaux des piscivores récifaux, mais ont été observés dans ceux de grands individus chez certains Carangidés (Caranx melampygus) et chez le vivaneau Aphareus furca.

Sa carapace rigide rend ce poisson relativement lent dans ses manœuvres habituelles. Les rotations, qui peuvent se faire sur place, comme la progression ordinaire ou la marche arrière, sont assurées par une oscillation-ondulation combinée des nageoires pectorales, dorsale et anale dont le travail doit compenser l’absence de flexibilité du corps. Il peut toutefois atteindre une vitesse surprenante en ligne droite quand il est pourchassé et utilise alors sa nageoire caudale, mais les pointes de vitesse ne durent jamais longtemps. Une étude ayant prouvé son endurance et l’absence de différence en matière de coût énergétique dans la nage rapide avec les poissons à corps flexible, cela peut être expliqué par l’assurance fournie à l’animal par sa toxicité : il maintient une certaine distance mais n’a pas besoin de disparaître de la vue d’un intrus. Il est par ailleurs remarquablement précis pour ce qui concerne les manœuvres dans un espace restreint et encombré, comme les anfractuosités rocheuses ou coralliennes.

De surcroît, comme l’a montré une recherche biotechnologique en vue de la création d’une voiture « bionique » à partir du modèle fourni par Ostracion cubicus, sa morphologie est remarquablement hydrodynamique, comme l'enseigne aussi son aisance inattendue dans les courants.

La flexibilité du corps étant nulle, une partie des vertèbres est soudée.

Informations complémentaires

Sa capacité de résilience* est forte : le temps requis pour le doublement d’une population est inférieur à 15 mois. Sa vulnérabilité est faible. Il n’est pas évalué par la Liste Rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Les poissons-coffres sont considérés comme un mets de choix en Chine et au Japon notamment, où les intoxications souvent mortelles liées à l’ostracitoxine ne sont pourtant pas rares. La préparation de ce plat est réservée à des cuisiniers compétents.
En effet, l’ingestion de la chair des poissons-coffres, et notamment d’Ostracion meleagris, peut provoquer de graves problèmes de santé chez un être humain (détresse respiratoire sévère et problèmes cardio-vasculaires, notamment), elle constitue une urgence médicale.

On peut déplorer que leur carapace, séchée, soit vendue comme souvenir ou décoration dans de nombreux endroits du monde.

Les aquariophiles estiment que les poissons-coffres sont réservés aux experts. Ces espèces font en effet courir un risque de mort pour les autres pensionnaires et elles-mêmes dès leur introduction et au moindre stress. Il leur faut donc un bac volumineux et des compagnons sans agressivité. Son espérance de vie en aquarium est de 8 à 10 ans.

Des fossiles de poissons-coffres datant de l’Oligocène (-34 à -23 millions d’années) ont été trouvés en Europe.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-coffre : l’image du coffre est justifiée par la rigidité et la forme de la carapace qui protège ce poisson.

pintade : la comparaison vient des taches blanches sur fond noir qui couvrent le dos du mâle et tout le corps de la femelle ainsi que du juvénile. Ce patron évoque le motif des plumes du volatile du même nom (par exemple Numida meleagris).

Origine du nom scientifique

Ostracion : du mot grec [ostrakon], qui signifie coquille et d’où vient aussi le nom de l’huître. La comparaison avec une coquille provient à nouveau de la dureté de la carapace qui couvre les poissons-coffres. Le genre a été décrit par Linné en 1758. Il comprend actuellement 9 espèces.

meleagris : du mot latin [meleagris] qui désigne la méléagride, autrement dit une poule, et par extension une pintade. Le mot est issu de la mythologie grecque : les Méléagrides sont les sœurs du héros Méléagre qui, dans le mythe de la chasse au sanglier de Calydon tel qu’il est mis en vers par Ovide dans Les Métamorphoses (Livre VIII), furent transformées en oiseaux, et pour d’autres en pintades, par la déesse de la chasse, Artémis.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Famille Ostraciidae Ostraciidés Poissons-coffres.
Genre Ostracion
Espèce meleagris

Nos partenaires