Anémone-nénuphar

Phymanthus pulcher | (Andrès, 1883)

N° 1517

Méditerranée

Clé d'identification

Anémone de 20 cm de diamètre, souvent vue étalée sur le substrat
Disque basal peu développé, avec de nombreux tentacules périphériques
Tentacules centraux lisses et tentacules extérieurs verruqueux
Colonne portant des verrues blanches mais souvent enfouie dans le sédiment
Couleurs variées, adaptées selon l'environnement

Noms

Noms communs internationaux

Flower anemoon (GB), Attina della sabbia (I), Korkenziehrer-Anemone, Körnerseerose (D), Wrattige anemoon (NL)

Synonymes du nom scientifique actuel

Ragactis pulchra Andrès, 1883
Phymanthus pulchra Carlgren, 1949
Phymanthus pulcher Schmidt, 1972

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française]

Espèce considérée comme endémique* de Méditerranée. Elle est présente notamment en Méditerranée occidentale et dans la mer Adriatique. Des individus ont également été découverts dans la partie est de la Méditerranée, en mer Egée.

Biotope

Organisme solitaire, il est typique des fonds sableux et détritiques*. Mais on peut également retrouver cette espèce dans la biocénose* coralligène* et dans les herbiers de posidonies.
On peut l'observer entre 15 et 70 mètres de fond et elle est normalement fixée sur une pierre enfouie : on ne voit donc généralement sur le substrat* que le disque oral et les tentacules.
Cette anémone semble supporter aussi bien les eaux très claires que turbides* et à faible taux d'oxygène.

Description

Phymanthus pulcher est un actiniaire pouvant atteindre 20 cm de diamètre. La sole pédieuse* peu adhérente est de diamètre similaire à la colonne. La zone supérieure de cette dernière, orange et jaune, porte 48 séries de petites verrues adhésives blanc jaunâtre, séparées par autant de rainures verticales. Mais cette anémone peut enfoncer complètement sa colonne dans le substrat et l'on a l'impression alors d'observer une anémone "ronde, plate et posée à plat" sur le sol.
Elle possède un disque basal peu développé et, occupant les 2/3 de ce disque, de 90 à 120 tentacules* de 2 cm de long, répartis tout autour de l'ouverture buccale en quatre ou cinq cercles. Les 24 tentacules centraux sont plats tandis que les tentacules extérieurs possèdent des verrues.

Si la couleur généralement constatée est le vert pour le disque basal et les tentacules, dont la base est néanmoins grise, l'anémone-nénuphar peut faire preuve de mimétisme* avec son environnement. En effet, sa coloration peut être différente suivant le milieu dans lequel elle se développe et ainsi se confondre avec lui.

Espèces ressemblantes

En Méditerranée, plusieurs anémones présentent un disque large bordé de tentacules et sont observées "posées sur le substrat".
Citons par exemple :

  • Capnea sanguinea (Forbes, 1841) qui a une coloration également variable (blanche, orange, rouge...) mais parfois unicolore, souvent marbrée ou bicolore. Elle possède environ 150 tentacules plus courts en forme de verrues ;
  • Cereus pedunculatus (Pennant, 1777) peut être de couleur variable (verte, jaune, orange...) et montre en périphérie des tentacules courts, très nombreux (de 750 à 1000) ;
  • Condylactis aurantiaca (Delle Chiaje, 1825) peut être distinguée de Phymanthus pulcher par la coloration violette de la pointe des tentacules digitiformes. Elle est généralement pâle (jaune, verte à grisâtre). Endémique de Méditerranée ;
  • Sagartia elegans (Dalyell, 1848), de taille proche, bicolore mais dont le pied se distingue par la présence de verrues blanches arborant la colonne dont la teinte est plus sombre. Couleurs diverses et tentacules pointus ;
  • Urticina felina (Linnaeus, 1761) est une espèce atlantique et ne peut être source de confusion avec Phymanthus pulcher, méditerranéenne.

Phymanthus pulcher est par ailleurs très proche d'espèces tropicales d'Indo-Pacifique du genre Heteractis (notamment et sous réserve de comparaison plus poussée H. aurora).

Alimentation

Cette anémone se nourrit de proies tels que des petits crustacés vivant sur le sable et du plancton* qui vient à la portée de ses tentacules urticants.

Reproduction - Multiplication

La reproduction n'a pas encore été scientifiquement étudiée chez cette espèce.
Elle se reproduit sexuellement par émission de gamètes* dans le milieu. La publication de [Vatova 1928] situe au mois d'octobre cette reproduction dans la région de Rovinj, en Croatie.
Par ailleurs et contrairement au standard des actiniaires, des études et descriptions scientifiques (ex : [Conan 1970]) semblent exclure chez cette espèce la multiplication végétative par scissiparité longitudinale ou lacération* pédieuse. Ceci à cause de la structure physiologique de l'animal et une disposition morphologique hexamère extrêmement rigoureuses, qui laissent à penser à l'improbabilité de cette forme de reproduction asexuée de l'espèce.

Vie associée

Des ophiures (Echinodermes) du genre Ophiothrix, comme O. fragilis, sont parfois rencontrées en association avec Phymanthus pulcher (associations principalement signalées dans le golfe de Trieste, à l'extrémité septentrionale de la mer Adriatique).
D'autres associations sont signalées dans la littérature ([Vatova 1935], [Conan 1970]), sans en préciser la nature mais en situant encore les faits dans l'Adriatique, en baie de Rovinj, et notamment avec le Spatangoïdes Ova canaliferus (ex Schizaster canaliferus), l'ophiurides Amphiura chiajei, les bivalves Moerella distorta (ex Tellina distorda) et Chione verrucosa.

Divers biologie

On peut trouver chez Phymanthus pulcher trois types de nématocystes* différents (plus de 30 types ont été décrits) : des spirocystes*, des basitriches et des mastigophores. Ces nématocystes se distribuent au niveau des tentacules, du pharynx et des filaments mésentériques*.
L'espèce ne délivre pas d'aconties*.

Phymanthus pulcher possède des zooxanthelles* situées dans les tentacules, le capitulum* et le haut des mésentères*.

Origine des noms

Origine du nom français

Anémone-nénuphar : eu égard à la manière dont on la voit généralement, colonne enterrée avec le seul disque basal "posé sur le substrat". C'est une francisation du Körnerseerose allemand et une proposition de l'équipe DORIS.

Origine du nom scientifique

Phymanthus : du grec [phyma] = excroissance, tumeur ; et [anth-] = fleur. Ce nom peu gracieux désigne une "fleur à verrues", sans doute à cause des verrues sur les tentacules extérieurs ou sur la colonne. Ce nom de genre, décrit par Henri Milne Edwards et Jules Haime en 1857, est masculin.

pulcher : du latin [pulcher] = beau, magnifique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria
Famille Phymanthidae Phymanthidés Actinies pourvues de 2 types de tentacules : des tentacules marginaux répartis en plusieurs couronnes ; et des tentacules internes plus courts, en forme de papilles ou de boutons.
Genre Phymanthus
Espèce pulcher

Nos partenaires