Eponge rouge à cratères

Phorbas topsenti | Vacelet & Perez, 2008

N° 1893

Méditerranée

Clé d'identification

Espèce épaisse et encroûtante
Surface lisse recouverte de cratères
Consistance charnue
Couleur rouge vif

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Anchinoe paupertas Topsent, 1934
Phorbas paupertas Boury-Esnault, 1971
Ce nom vient en remplacement pour les spécimens de Méditerranée identifiés de façon erronée comme Hymedesmia paupertas (Bowerbank, 1866) qui est une espèce des côtes nord européennes, signalée aussi sous les noms de Phorbas ou Anchinoe paupertas par Topsent, 1934 et les auteurs postérieurs.

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce est présente dans tout le bassin méditerranéen occidental. Elle a été recensée également sur les côtes libanaises.

Biotope

Cette éponge vit sur des fonds rocheux entre 2 et 50 m de profondeur. Elle est commune dans des secteurs bien éclairés ou légèrement ombragés.

Description

Espèce encroûtante épaisse voire massive. Son épaisseur varie entre quelques millimètres et 25 mm. Elle peut couvrir des superficies supérieures à 100 cm². Sa surface est lisse et entièrement recouverte de cratères plats de tailles diverses (1,5 à 2 mm). Les pores inhalants, microscopiques, sont regroupés en cribles à l'intérieur de ces cratères. Les oscules, d'un diamètre de 2 à 3 mm, sont surélevés et dispersés sur toute l'étendue de l'éponge. Elle est de consistance charnue plutôt douce au toucher. Sa couleur est rouge vif.

Espèces ressemblantes

Hamigera hamigera : comme il est extrêmement difficile de distinguer ces deux espèces in situ, seule une étude des spicules au microscope permettra de les différencier. On notera l'absence d'acanthostyles* chez Hamigera.
Phorbas fictitius : on pourra faire la même remarque pour cette espèce avec la présence de tornotes* à la place de strongyles*. On peut préciser également une variabilté dans la couleur de Phorbas fictitius qui peut aller du rouge profond au rose pâle.
Ces trois espèces ont la même distribution écologique (faciès à Lithophyllum incrustans) mais on ne les trouve pas, généralement, dans les mêmes régions : par exemple P. topsenti est commune à Marseille et à l'ouest de cette zone, P. fictitius est plus commune dans les îles d'Hyères, en Algérie, à Gibraltar et H. hamigera est présente sur la Côte Vermeille.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas en général 3 microns. Le courant d'eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.

  • Sexuée : par production de gamètes* mâles (spermatozoïdes*) et femelles (ovules*). Après la fécondation l'œuf se développe et aboutit à la naissance d'une larve* ciliée* nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont généralement hermaphrodites*, l'émission des gamètes mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observé.
  • Asexuée : par bourgeonnement* ou bouturage de fragments qui se détachent de l'éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu'existante, cette reproduction est relativement secondaire.
  • Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Vie associée

Cette éponge est couramment associée avec le petit crustacé amphipode Tritaeta gibbosa.

Divers biologie

Les spicules de l'ectosome* sont des strongyles* dispersés et tangentiels avec la surface de l'éponge. Ils forment une palissade dense autour des cratères. Le squelette de l'endoderme est composé de fibres de spongine d'aspect plumeux, épaisses de 80 µm, et de spicules mégasclères soit en forme de bâtonnets, des strongyles*, soit en forme de petites massues épineuses droites ou légèrement incurvées, des acanthostyles*. Des spicules microsclères en forme de mors, des isochèles*, sont présents un peu partout mais plus nombreux dans la membrane dermique.

Informations complémentaires

Sa couleur devient crème quand elle est conservée dans l'alcool.

Origine des noms

Origine du nom français

Eponge rouge : couleur de cette espèce,
à cratères : les pores inhahants sont disposés en cribles au sein d'ouvertures en forme de cratères (proposition DORIS).

Origine du nom scientifique

Phorbas : du grec [Phorbās] = nom de divers personnages de la mythologie grecque (un Phorbas fut un petit fils d'un roi d'Argos, un autre Phorbas délivra les Rhodiens d'un dragon qui ravageait leur île).
topsenti : en l'honneur d'Emile Topsent (1862-1952), biologiste marin français, spécialiste des éponges et le premier à avoir identifié cette espèce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Poecilosclerida Poécilosclérides « Eponges à spicules variés ». Charpente de spicules siliceux (styles ou acanthostyles) renforcée de spongine. Plusieurs types de mégasclères et de microsclères (chèles, sigmas...).
Famille Hymedesmiidae Hymédesmiidés
Genre Phorbas
Espèce topsenti

Nos partenaires