Couteau-gousse

Pharus legumen | (Linnaeus, 1758)

N° 4581

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerrannée

Clé d'identification

Coquille équilatérale et équivalve
Coquille lisse, mince et fragile
Couleur blanche, rosée ou brun clair
Fin périostracum brunâtre et brillant
Charnière pratiquement médiane
Siphons assez longs, séparés et divergents

Noms

Autres noms communs français

Cératisole-gousse, solen-gousse, pharus-gousse, gousse

Noms communs internationaux

Bean solen, bean razor clam, legume pharus (GB), Baccello (I), Navallón (E), Taschenmessermuschel, Hülsenmuschel (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Solen legumen Linnaeus, 1758
Ceratisolen legumiformis
Locard, 1886
Ceratisolen legumen
Step 1927

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerrannée

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française], ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

Ce couteau est présent en Manche, en Atlantique Nord-Est de l’Irlande au nord jusqu’aux côtes méridionales du Maroc au sud. Il vit également en Méditerranée.
Sa présence en mer du Nord est signalée par certains auteurs (en Norvège notamment), bien qu’il soit absent des inventaires belges, néerlandais (présent comme fossile) et français pour cette région.

Biotope

Cette espèce, assez commune, vit sur les fonds de sable fin et propre de l’infralittoral* et du circalittoral* jusqu’à 80 mètres de profondeur environ.

Ce mollusque fouisseur vit profondément dans des substrats* meubles en position verticale, creusant un puits dans lequel il se déplace comme un ascenseur hydraulique. A la moindre alerte il s’enfouit très rapidement grâce à son puissant pied musculeux et échappe ainsi aux éventuels prédateurs.

Description

La coquille de ce bivalve est équilatérale* et équivalve*. Elle est assez longue et peut atteindre une dizaine de centimètres (13 cm au maximum). Elle est lisse, mince et fragile ; de couleur blanche, rosée ou brun clair, sa sculpture montre de nombreuses stries concentriques très fines. Elle est recouverte en grande partie d’un fin périostracum* brunâtre et brillant. Les marges dorsales et ventrales sont parallèles. Le bord postérieur, côté siphons, est relativement droit alors que le bord antérieur (côté pied) est nettement convexe. Ces deux extrémités sont largement bâillantes. La charnière, située du côté dorsal de la coquille, est pratiquement médiane.

Chez ce mollusque hétérodonte*, la valve* droite possède une dent cardinale* et deux dents latérales, une antérieure assez longue et une postérieure courte. La valve gauche possède deux dents cardinales longues et deux dents latérales, une antérieure et une postérieure aussi longues que les cardinales. L'empreinte des muscles adducteurs* est bien visible ainsi que la ligne palléale* et le sinus* qui est court.

Les siphons* sont assez longs, séparés et divergents. Le siphon buccal, ou inhalant, est frangé par une série de 8 grands et 16 petits tentacules. Ces derniers sont arrangés par paires entre les grands. On observe à la surface de ce siphon 8 lignes pigmentées rougeâtres qui partent de chaque paire de petits tentacules*.

Le siphon anal, ou exhalant, est plus petit et ne porte pas de tentacules marginaux. Il possède un repli membraneux très mince, ou membrane valvulaire, qui empêche les déchets de refluer. On remarque, à l’intérieur, un rang de très petits tentacules*.

Espèces ressemblantes

Solen marginatus : le bord des 2 valves est rectiligne. Il vit sur des fonds de sable plus ou moins vaseux.

Ensis magnus : sa coquille est légèrement courbée. Le ligament externe est situé sur le bord antéro-dorsal.

Phaxas pellucidus : sa coquille est beaucoup plus petite (40 mm au maximun) et très inéquilatérale. Le bord ventral est nettement convexe et la charnière très près du bord antérieur.

Alimentation

Le régime alimentaire de ce mollusque suspensivore* est composé de phytoplancton* et de matières organiques en suspension. L'absorption de la nourriture se fait grâce au siphon inhalant qui affleure à la surface du sédiment. Celui-ci permet l’entrée d’eau dans la cavité palléale* ; cette eau est filtrée par le mollusque qui en retient les particules alimentaires puis est expulsée vers l’extérieur par l’autre siphon exhalant.

Reproduction - Multiplication

La reproduction des couteaux se fait dans l’eau de mer. Ce sont des espèces gonochoriques* sans dimorphisme* sexuel. Les cellules reproductrices ou gamètes*, mâles et femelles, sont libérées dans l’eau de mer par le siphon exhalant. Elles fusionnent pour donner naissance à un œuf qui va se développer et grandir puis se métamorphoser* en une larve* capable de nager grâce à une couronne ciliée, le velum*. Ces larves sont transportées par les courants dès le printemps ; après une courte vie planctonique* (2 à 3 semaines) elles se posent sur le fond et adoptent une vie benthique*.

Divers biologie

Le principal prédateur de ce couteau est un poisson Pleuronectiforme, le flet Platichthys flesus, qui le chasse à marée montante quand il remonte à la surface.

Informations complémentaires

D’un intérêt culinaire moyen, le couteau-gousse est surtout utilisé comme esche pour la pêche au bar, au maigre ou à la dorade grise.

Réglementation

Cette réglementation est valable pour tous les couteaux : Pharus legumen, Ensis spp. et Solen spp.

Selon l’Annexe I de l’arrêté du 26 octobre 2012 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture des poissons et autres organismes marins (pour une espèce donnée ou pour une zone géographique donnée) effectuée dans le cadre de la pêche maritime de loisir, la taille minimale de récolte est de 10 cm en mer du Nord, Manche et Atlantique.
La récolte est autorisée toute l’année avec divers engins de pêche agréés : griffe à dents, croc, pelle triangulaire, baleine de parapluie, fourche, gouge à couteaux. Selon les régions, la quantité par personne et par marée est : non limitée en Manche, limitée à 100 pièces ou 3 kg en Bretagne, 5 kg en Charente-Maritime, 60 pièces ou 3 kg en Vendée.
Il n'existe pas de taille minimale de capture du couteau en Méditerranée. Il n’y a pas de quantités non plus à respecter sauf dans les Bouches-du-Rhône où le quota est fixé à 1 kg par jour et par personne.
Quand la quantité n’est pas contingentée, la réglementation précise qu’elle est toujours limitée à la consommation familiale du pêcheur (les volumes devant rester « raisonnables »).

Origine des noms

Origine du nom français

Couteau : la forme droite de ce bivalve fait penser au manche d'un couteau.

gousse : par analogie avec la forme de l’enveloppe de certaines plantes légumineuses.

Origine du nom scientifique

Pharus : du grec [pharos] = manteau, enveloppe. Ce nom de genre a été donné par le zoologiste britannique J.E. Gray (1800-1875) qui n’en a pas donné d’explication. Ce dernier ne commentait jamais les noms qu’il créait !

legumen : nom latin = légume à cosse, à gousse.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Heterodonta Hétérodontes Charnière à dents dissociées. Siphon bien développé permettant aux organismes de se nourrir et de respirer tout en restant enfouis.
Ordre Adapedonta Adapédontes
Famille Pharidae Pharidés
Genre Pharus
Espèce legumen

Nos partenaires