Petit sycon

Sycon raphanus | Schmidt, 1862

N° 232

Méditerranée, océan Atlantique

Clé d'identification

Minuscule outre sphérique (1 cm habituellement, 5 cm maximum)
Surface grossièrement hérissée de spicules (aspect poilu)
Oscule entouré d'une collerette de longs spicules rayonnants
Couleur crème à brun
Petit pédoncule pour la fixation

Noms

Noms communs internationaux
Ciliated sponge (GB), Sicon (E), Kronenkalkschwamm (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Spongia inflata Della Chiaje, 1828
Scypha raphanus (Schmidt, 1862)
Sycandra raphanus (Schmidt, 1862)
Sycum raphanus (Schmidt, 1862)
Sycarium vesica Haeckel, 1870
Sycodendron procumbens Haeckel, 1870
Sycandra tergestina Haeckel, 1872

Distribution géographique

Méditerranée, océan Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette éponge est fréquente en Méditerranée. Elle est également présente plus sporadiquement sur les côtes atlantiques, où les populations de S. raphanus sont mêlées à celles de S. ciliatum.

Biotope

Sycon raphanus affectionne les substrats durs (roches, algues calcaires) et les surplombs. Elle se fixe aussi sur les crampons d'algues et sur les zostères grâce à son petit pédoncule. On la trouvera toujours en eau peu profonde jusqu'à une centaine de mètres. Elle est particulièrement fréquente dans les eaux riches en détritus.

Description

Sycon raphanus est une minuscule éponge calcaire globuleuse, d'aspect sphérique. Sa taille ne dépasse guère le centimètre (5 cm au maximum). Sa surface hérissée de longs spicules* calcaires présente un aspect velu, hirsute. Autour de l'unique oscule apical rayonne une couronne de longs spicules calcaires. Elle est fixée au substrat par un court pédoncule. Sa couleur varie du crème au brun.

Espèces ressemblantes

Sycon ciliatum (Fabricius, 1780), qui est d'ordinaire plus allongée (jusqu'à 9 cm), et dont la surface est nettement moins hérissée, et n'a pas cet aspect velu. La collerette de spicules* est légèrement plus petite. On la trouve également sur toute la côte atlantique.

Sycon elegans (Bowerbank, 1866), est un peu plus grande (jusqu'à 3 cm), souvent en petit groupe elle se distingue également de Sycon raphanus par la présence d'une double couronne de spicules. Sa distribution est irrégulière en Méditerranée (absente à commune suivant les zones).

Leuconia fistulosa (Johnston, 1842), qui a également l'aspect d'outre velue, mais dont la taille peut dépasser 10 cm.

Leuconia aspera (Schmidt, 1862), petite (0,5 - 1 cm) éponge au corps ovale, à l'oscule terminal également bordé d'une couronne de spicules et à la surface d'aspect rugueux (d'où son nom) moins hirsute que chez S. raphanus.

Alimentation

Comme toutes les éponges, il s'agit d'un organisme filtreur*. L'eau est aspirée par pompage à l'intérieur grâce aux pores inhalants qui parsèment la surface de l'éponge, est filtrée par les choanocytes* qui tapissent la cavité intérieure (ou atrium*) et qui génèrent ce phénomène de pompage, puis rejetée par l'unique oscule terminal. Au passage les choanocytes retiennent les unicellulaires et les particules alimentaires contenues dans l'eau.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée, et fait intervenir des gamètes mâles et femelles. Cette espèce est vivipare* : après la fécondation qui se produit à l'intérieur de l'éponge, une larve ciliée est libérée, l'amphiblastula, qui après quelques heures de vie pélagique, se pose sur le fond et génère une nouvelle petite éponge.

Un fragment de Sycon raphanus est par ailleurs capable de régénérer une nouvelle éponge.

Divers biologie

Il est rare de trouver des individus de Sycon raphanus réunis en bouquets comme c'est la cas pour Sycon ciliatum. Il s'agit d'une espèce dont les individus sont pratiquement toujours solitaires. Ceci peut être un autre critère de distinction.

Les spicules* de cette espèce sont fort semblables à ceux de Sycon ciliatum: de fines baguettes et des spicules triradiés (triactines) en forme de symbole Mercedes.

Informations complémentaires

Les gènes et les ARN de Sycon raphanus sont aujourd'hui énormément étudiés, comme le gène Hsp70, et sont utilisés afin d'élaborer une phylogénie moléculaire chez les spongiaires : Sycon raphanus a révélé, selon certains chercheurs, que les éponges calcaires seraient en fait plus récentes que les démosponges, et non plus primitives ! A suivre...

Le petit croquis qui illustre le groupe des éponges calcaires sur le site DORIS, dessiné par Dagmar Daugy, représente 3 individus de Sycon raphanus ou Sycon elegans.

Origine des noms

Origine du nom français

Sycon = traduction directe du nom scientifique,
petit, par opposition aux autres espèces du genre Sycon, qui ont une taille plus importante (jusqu'à 10 cm).

Origine du nom scientifique

Sycon : du grec [sycon] = figue, pour sa forme globuleuse.
raphanus: du grec [raph] = couture, soudure, par extension aiguille. La surface de cette éponge et sa collerette présentent de nombreux et longs spicules*, semblables à des aiguilles.
Ou: de [raphanos] = petite rave, petit radis (à cause de sa forme et de sa taille).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Calcarea / Calcispongia Eponges calcaires / Calcisponges

Eponges exclusivement marines. Squelette de spicules calcaires à 1 à 4 axes. Eau peu profonde, substrat dur. Vivipares, larve typique : coeloblastula ou amphiblastula.

Sous-classe Calcaronea / Calcaronia Calcaronea / Calcaronia Spicules à quatre rayons. Le noyau des choanocytes* a une position apicale. Larve de type amphiblastula.
Ordre Leucosolenida Leucosolénides
Famille Sycettidae Sycettidés
Genre Sycon
Espèce raphanus

Nos partenaires