Zoanthaire-éponge en chaînette

Parazoanthus catenularis | (Duchassaing & Michelotti, 1860)

N° 2559

Atlantique tropical Ouest

Clé d'identification

Colonies en chaînettes
Toujours associées aux éponges Xestospongia
Couleur jaune brun
Polypes reliés par une base commune blanc grisâtre

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Bergia catenularis Duchassaing de Fonbressin et Michelotti, 1860 (combinaison originale)
Bergia via lactea Duchassaing et Michelotti, 1861
Parazoanthus monostichus Duerden, 1900

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Le zoanthaire en chaînette a été signalé à la Jamaïque, à Puerto-Rico, aux Barbades, et se trouve probablement réparti dans tout l'arc antillais, partout où se trouvent ses éponges hôtes spécifiques.

Biotope

Comme tous les zoanthaires, Parazoanthus catenularis apprécie les eaux claires et non stagnantes : il lui faut un courant de renouvellement léger et constant. L'activité de filtration de l'éponge-hôte lui procure ce mouvement d'eau permanent. On le trouve le plus souvent sur les éponges-barriques Xestospongia muta.

Description

Ce Parazoanthus forme des colonies en chaînettes d'une dizaine d'individus courant à la surface de son éponge-hôte. Les polypes minuscules (environ 1 mm de diamètre) forment une légère saillie au-dessus du coenenchyme*, la base charnue qui les relie à la manière d'un stolon. Ils ne peuvent pas se rétracter à l'intérieur de celui-ci.
Le coenenchyme est blanchâtre ou grisâtre, les polypes et leurs tentacules plutôt jaune-brun. Les tentacules sont au nombre d'une vingtaine et répartis en deux couronnes alternées, comme chez tous les Parazoanthidés.

Espèces ressemblantes

Parazoanthus catenularis ne pourrait être confondu qu'avec un autre Parazoanthidé : Epizoanthus cutressi West, 1979 associé spécifiquement à Xestospongia sp. et qui se développe également en chaînettes d'une dizaine de polypes.
Mais ce dernier est beaucoup plus petit, d'une taille inférieure au millimètre avec seulement 12 tentacules en deux rangées alternes. Sa couleur est plutôt jaunâtre et le coenenchyme* est enfoncé dans l'éponge hôte, seul le disque oral est visible à la surface.

Parazoanthus catenularis ressemble aussi à Parazoanthus parasiticus à cause de sa couleur grisâtre, mais le mode de croissance de celui-ci est différent et aboutit à des colonies où les polypes sont dispersés à la surface de l'hôte.

Alimentation

Les Parazoanthus des zones tropicales ont dans leurs tissus des algues unicellulaires appelées zooxanthelles*, qui leur apportent une partie de leur alimentation par photosynthèse. L'autre partie leur est apportée par les petites proies qu'ils capturent dans le courant grâce à leurs tentacules munis de cnidocytes*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de cette espèce n'est pas connue. On peut supposer que comme les autres espèces de Parazoanthus, celle-ci est ovipare.
Les ovocytes et spermatozoïdes sont libérés en pleine eau, où a lieu la fécondation. La petite larve formée ira s'installer sur une éponge où elle fondera une nouvelle colonie.



Multiplication asexuée : la colonie s'agrandit par croissance horizontale, sur sa bordure où de nouveaux polypes bourgeonnent.

Vie associée

On a constaté une forte affinité entre l'espèce du zoanthaire et celle de la ou des éponges hôtes. Parazoanthus catenularis n'a été trouvé que sur des éponges du genre Xestospongia, celles-ci par contre peuvent héberger simultanément plusieurs espèces de Parazoanthus.

Origine des noms

Origine du nom français

Parazoanthus catenularis n'a pas encore de nom vernaculaire. "Zoanthaire-éponge en chaînette" est une proposition du site DORIS (traduction de son nom scientifique).

Origine du nom scientifique

Parazoanthus : composé du grec [para-] = à côté de, et [zo-anth -] (comme dans zoanthaires = animaux-fleurs) : signifie "proche de Zoanthus".



catenularis : du latin [catenula] diminutif de [catena] = petite chaîne, chaînette.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Zoanthidea Zoanthides Hexacoralliaires coloniaux pour la plupart tropicaux. Polypes de 1 mm à 2 cm de diamètre, souvent reliés par des stolons. Ce sont les anémones encroûtantes, qui peuvent coloniser de grandes surfaces.
Famille Parazoanthidae Parazoanthidés
Genre Parazoanthus
Espèce catenularis

Nos partenaires