Anémone striée des posidonies

Paractinia striata | (Risso, 1826)

N° 1518

Méditerranée, mer Noire

Clé d'identification

Fixée aux plantes marines
Colonne plate et évasée, brune et lisse
Cuticule transparente, rayée de blanc, de bleu ciel ou de brun
Tentacules courts, nombreux et bruns
Bouche bordée de rose, de mauve ou de bleu ciel

Noms

Autres noms communs français

Anémone rayée

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Actinia striata Risso, 1826 (homonymie avec cette autre anémone striée)
Parastephanauge paxi Dufaure, 1959

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce, parfois abondante mais localisée, est essentiellement présente en Méditerranée occidentale. On la retrouve également en mer Noire.

Biotope

Cette anémone vit, à faible profondeur, fixée sur les feuilles de posidonie, de zostère ou de Cymodocea nodosa.

Description

Cette anémone est petite et s'installe dans le creux des feuilles de posidonie ou d'autres plantes marines. Sa colonne, plate et évasée, est brune et lisse. Elle est recouverte d'une fine cuticule* transparente, rayée de bandes blanches ou bleu ciel, brun clair ou brun foncé. 6 à 12 cinclides* (pores) sont positionnés aux 2/3 des bandes bleues, sur une surépaisseur blanche, parfois lilas. La colonne n'excède pas 8 mm de haut.
Le disque pédieux peut s'allonger sur 25 mm. Le disque basal est bien fixé au support puisqu'il en épouse la forme. Cette forme aplatie permet à l'animal de suivre le balancement des feuilles dans le courant.
Les tentacules sont courts, bruns et nombreux (jusqu'à 96). Ils sont marqués d'une bande centrale translucide. Ceux du cinquième et dernier cercle sont blancs. Ils peuvent se rétracter complètement.
Le disque oral, d'un diamètre jusqu'à 16 mm, est transparent. La bouche est bordée de rose, de mauve ou de bleu ciel.
En cas d'agression, l'anémone striée des posidonies peut expulser des aconties* mauves par les cinclides. Ce sont des filaments gluants et urticants, visibles à l'œil nu.

Espèces ressemblantes

De taille similaire, avec les mêmes supports de fixation, elle peut éventuellement être confondue avec Paranemonia cinerea, l'anémone des posidonies, même si elles sont d'allure assez différente.



Actinia striata est aussi une espèce à la colonne striée longitudinalement, mais de plus grande taille, à l'origine de l'homonymie temporaire entre les 2 espèces. Elle ne vit pas sur les feuilles de plantes marines mais sur des substrats durs.



Bunodeopsis strumosa, au pied verruqueux, est de taille similaire. Elle fréquente, en partie, les mêmes biotopes.



Sagartiogeton undatus n'est pas présente sur les feuilles de posidonies.

Alimentation

Paractinia striata est carnivore : elle se nourrit de petits crustacés, d'invertébrés et de débris organiques qu'elle attrape grâce aux cnidocytes* de ses tentacules. Elle se referme et les proies sont amenées à la bouche pour y être digérées.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu de juin à septembre.
Cette espèce est hermaphrodite* et ovovivipare* : les gamêtes mâles sont captés dans le milieu ; les œufs sont fécondés dans la tunique et conservés dans une enveloppe de mucus jusqu'à libération des larves.

Vie associée

Elle vit fixée, pratiquement exclusivement, sur les posidonies ou les cymodocées.

Informations complémentaires

L'anémone striée des posidonies, même fixée à sa feuille, est capable de se déplacer.
On l'annonce plus facilement visible en été.

Origine des noms

Origine du nom français

Anémone : du latin [anemonia] = fleur,
striée : en lien direct avec son nom scientifique,
des posidonies, des herbiers : là où on la trouve, en général.

Origine du nom scientifique

Paractinia : du grec [aktis, aktinos] = rayon : animal à tentacules disposés de façon rayonnante, associé au préfixe grec [para] = « qui ressemble à »,
striata : du latin [striatus] = cannelé, strié.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Famille Hormathiidae Hormathiidés Sphincter fort, mésogléal. Aconties présentes. Septes non divisibles en macro ou microcnèmes, seulement 6-12 paires (de mésentères). Colonne résistante tuberculée. Souvent sur des substrats « détachés », carapaces, coquilles, gorgones… 
Genre Paractinia
Espèce striata

Nos partenaires