Baliste bleu

Odonus niger | (Rüppell, 1836)

N° 2276

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Poisson ovale bleu, avec une zone plus claire sur les joues
Petite bouche avec de grosses dents souvent visibles
2 lignes plus foncées entre les yeux et la bouche et une entre les pectorales et la bouche
Première nageoire dorsale en forme de gâchette
Nageoires pelviennes réduites à une pointe sur le ventre
Nageoire anale et 2ème dorsale symétriques, situées en arrière du corps
Nageoire caudale en forme de lyre très effilée

Noms

Autres noms communs français

Baliste dents rouges, bourse manène

Noms communs internationaux

Red-toothed triggerfish, blue triggerfish, redfang triggerfish (GB), Pejepuerco dentirojo (E), Rotzahn-Drückerfish (D), Roodtand trekkervis (NL), Porco dentes vermelhos (P)

Synonymes du nom scientifique actuel

Xenodon niger Rüppell, 1836
Balistes erythrodon Günther, 1870
Odonus erythrodon (Günther, 1870)

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : ● Indo-Pacifique, ○ [Mer Rouge]

Le baliste bleu se rencontre en mer Rouge, dans l'océan Indien, de l'Afrique de l'Est à l'Afrique du Sud, et jusqu'en Polynésie française dans le Pacifique central. Du nord au sud, il est présent du sud du Japon à l'Australie et la Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Odonus niger vit en bancs importants à proximité des pentes externes récifales et des passes, soumis aux forts courants, entre 5 et 40 m de profondeur. En cas de danger, ces bancs se rapprochent du récif. La nuit, le baliste bleu se réfugie dans des failles ou des trous. Les juvéniles fréquentent les récifs offrant de nombreuses cachettes.

Description

Le baliste bleu a un corps de forme ovale comprimé latéralement pouvant atteindre 50 cm, queue incluse, mais dépassant rarement 30 cm. Il arbore une coloration bleu sombre, y compris pour les nageoires, avec une zone claire, grise à jaunâtre, sur les joues. Deux lignes bleues plus foncées partent des yeux vers la bouche et une autre, pas toujours présente, relie les pectorales à la bouche.
Les yeux sont situés très haut sur la tête. La bouche, très petite par rapport au corps, se situe en position terminale et s'oriente vers le haut. Elle possède de grandes dents incisiformes* robustes, plus ou moins rouges et généralement bien visibles.
La première nageoire dorsale est constituée d'une forte épine et de deux plus petites. Cette nageoire peut se replier dans une gouttière dorsale pour disparaître complètement. La deuxième nageoire dorsale (30-36 rayons mous) et l'anale (28-31 rayons mous) ont une taille identique et se positionnent de façon symétrique en arrière du corps. Elles présentent une marge bleue plus claire. Les nageoires pelviennes sont fusionnées et réduites à une épine sur le ventre. La nageoire dorsale a une forme de lyre avec ses deux lobes assez allongés. Enfin, de larges écailles apparentes recouvrent le corps.

Espèces ressemblantes

Il existe un autre baliste de couleur bleue, Pseudobalistes fuscus. Mais ce dernier est de taille plus importante, jusqu'à 55 cm, au corps plus rond et ne vit jamais en banc. Il a de nombreux points jaunes, plus ou moins visibles, sur le corps mais n'a pas de zone pâle sur les joues. Il ne présente jamais de ligne foncée partant des yeux et des pectorales et allant jusqu'à la bouche. Enfin, il a une bouche terminale ne s'orientant pas vers le haut et possède de grosses lèvres.

Alimentation

Le baliste bleu est principalement plactonophage*. Il lui arrive également de se nourrir d'éponges sur le récif.

Reproduction - Multiplication

Odonus niger est une espèce dont les sexes sont séparés (gonochorique*) et ovulipare*. Les mâles creusent des nids en forme de cratère, dans lesquels les femelles déposent les œufs. Les parents se relayent pour ventiler la ponte et défendre le nid contre toute intrusion, y compris contre les plongeurs.



Cette espèce effectuerait des migrations entre zones de ponte et de nourrissage.

Vie associée

Le baliste bleu peut être infecté par des crustacés parasites copépodes appartenant au genre Caligus.

Divers biologie

Odonus niger, contrairement aux autres balistes, est plutôt sociable. Il forme de grands bancs à proximité des récifs.



La première épine dorsale peut se verrouiller en position verticale, la base de la deuxième épine venant bloquer la première. Il est alors impossible de la dégager et la rabattre, sauf en appuyant sur la troisième épine, la plus petite, ce qui débloque le système. Semblable à la gâchette d'une arme à feu, ce système a donné son nom anglais aux balistes : triggerfish = poissons-gâchettes. La nuit, les balistes dorment dans des anfractuosités et s’y bloquent en relevant leur "gâchette" ce qui empêche de les déloger. Les individus plus petits utilisent également cette stratégie durant la journée en cas de danger. Les balistes redressent également leur première épine dorsale pour impressionner un adversaire et lors de la parade nuptiale.



Les yeux des balistes peuvent s'orienter de façon indépendante l'un de l'autre.



Pour se déplacer, les balistes utilisent la deuxième nageoire dorsale et la nageoire anale, la caudale n’étant utilisée que pour de brèves accélérations. Lorsqu'ils nagent rapidement, pour s'enfuir ou pour attaquer, les balistes s'inclinent sur le côté.

Informations complémentaires

Odonus niger est le seul représentant de ce genre.



Ce petit baliste à la belle robe bleue est très apprécié des aquariophiles.

Origine des noms

Origine du nom français

Ces poissons portent le nom d'une antique machine de guerre, la baliste, destinée à lancer des projectiles et ce en référence à la première épine dorsale qui se redresse rapidement quand l'animal est menacé.



Baliste bleu : du fait de la couleur de son corps.

Origine du nom scientifique

Odonus : du grec [odous] = dent



niger : du latin [niger] = noir. Ce nom a été donné par Rüppell lors de la description de cette espèce, probablement à partir de l'observation d'un individu hors de l'eau. En effet, le baliste bleu devient noir lorsqu'il est pêché.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet".
Famille Balistidae Balistidés La première épine de la première nageoire dorsale peut se bloquer en position verticale.
Genre Odonus
Espèce niger

Nos partenaires