Mitre brune

Mitra cornea | (Lamarck, 1811)

N° 1225

Atlantique Nord-Est, Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Coquille lisse fusiforme
Coloration brune
Pied blanc à marge jaune

Noms

Autres noms communs français

Mitre cornée

Noms communs internationaux

Spindle miter, brown miter (GB), Mitra café (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Mitra melaniana Lamarck, 1811
Mitra fusca Reeve, 1844 (attention : Mitra fusca Swainson, 1831 est le nom valide d'une espèce de l'Indo-Pacifique)
Mitra loricea Drouet 1858
Mitra aquitanica Locard, 1890
Mitra fusca Pallary 1900
Mitra nigra (Gmelin 1791)

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

C'est une espèce qui se rencontre en Méditerranée occidentale, ainsi que dans l'Atlantique, du Maroc à l'Angola, y compris les Açores, Madère, les Canaries et le Cap Vert.

Biotope

Mitra cornea fréquente les milieux rocheux ou le coralligène* de 5 à 50 m de profondeur.

Description

La coquille de la mitre brune a une forme fusiforme atteignant 4 cm de longueur. Elle est lisse, de couleur brune à gris foncé, mais très souvent recouverte d'épibiontes*. La spire est constituée d'environ 7 tours, le premier étant le plus large. L'ouverture est blanche, étroite et on note 4 plis sur le bord collumellaire*. Il n'y a pas d'opercule.
Le pied est blanc avec une marge jaune vif. Les tentacules sont jaunes.

Espèces ressemblantes

Mitra cornea fait partie du complexe des "mitres brun foncé" (dark brown Mitridae) d'Europe. Les études de Rolan et al, (1997) ont permis de différencier 3 espèces :
- Mitra cornicula (Linnaeus, 1758) : endémique de Méditerranée, 2,5 cm maximun, pied entièrement blanc.
- Mitra nigra (Gmelin, 1791) : présente du Cap Vert à l'Angola, jusqu'à 7 cm, pied brun noir.
- Mitra cornea Lamarck, 1811 : présente sur ces deux zones.

Dans la même zone géographique que M. cornea on note aussi :
Pusia ebenus (Lamarck, 1811) : plus petite, 3 cm maximum et de couleur noire,
Mitra zonata Marryata, 1818 : atteignant 10 cm, et coloration bicolore, par alternance de bandes noires et brunes.

D'autres espèces appartenant à d'autres genres pouvent être confondues avec Mitra cornea mais son pied blanc avec une marge jaune est caractéristique :
Columbella rustica (Linnaeus, 1758) : coquille lisse mais plus haute, coloration chinée, pied noir.
Conus mediterraneus : coquille en forme de cône, pied brun.
Euthria cornea (Linnaeus, 1758) : canal siphonal marqué et recourbé vers le haut, pied jaune à petits points blancs.

Alimentation

La famille des Mitridés, y compris Mitra cornea, est la famille chez les gastéropodes la plus spécialisée en ce qui concerne son alimentation. En effet, ces espèces se nourrissent uniquement de siponcles.
Une fois la proie capturée, elle est aspirée par la trompe extensible (ou proboscis*) prolongeant la tête de l'animal. A l'intérieur, la radula*, sorte de râpe garnie de petites dents, s'attaque aux tissus du siponcle. La radula est spécifique à chaque espèce et permet une identification certaine. Chez la mitre brune, elle mesure 20 mm de long et 0,5 mm de large avec 45 à 57 rangées de dents.

Reproduction - Multiplication

Comme tous les gastéropodes prosobranches, c'est une espèce gonochorique*, c'est à dire que les sexes sont séparés. Il existe un dimorphisme* sexuel assez marqué : en effet les mâles sont plus trapus et plus petits comparés aux femelles plus fines et allongées. Le pénis est situé en arrière du tentacule céphalique droit.
Après fécondation, la femelle pond ses œufs enfermés dans des capsules muqueuses, fixées sous des pierres. Les larves qui éclosent ont une vie planctonique avant de se fixer sur le fond.

Vie associée

De nombreux épibiontes* peuvent se développer sur la coquille de Mitra cornea : algues calcaires, hydraires, bryozoaires.

Divers biologie

Le siphon oral est un organe sensoriel qui permet de détecter la présence de proies.



La trompe extensible (ou proboscis) possède un organe particulier propre aux Mitridés, l’épiproboscis qui la prolonge. Cet épiproboscis est une longue tige musculeuse (vermiforme) qui participe à la localisation de la proie, à son maintien et à son ingestion. Cet organe sécrète des subtances venimeuses ou toxiques.

Informations complémentaires

Cette espèce rare est en voie de disparition en Méditerranée occidentale.
C’est une espèce relique du Tyrrhénien (Quaternaire réçent : - 300 000 à - 30 000 ans).

Origine des noms

Origine du nom français

Mitre brune est une proposition du site DORIS pour différencier cette mitre des autres espèces existantes.

Origine du nom scientifique

Mitra : du latin [mitra] = mitre, coiffure d'un évêque. La forme de la coquille rappelle cette coiffure.

cornea : du latin [corneus] = cornée, en rapport avec l'aspect de la coquille.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Ordre Neogastropoda Néogastéropodes Coquille avec canal siphonal bien développé. Un repli du manteau forme un tube extensible : le siphon. La plupart sont des prédateurs ou nécrophages. Tous marins sauf le genre Clea.
Famille Mitridae Mitridés

Coquille atteignant 70 mm, fusiforme, à spire plus ou moins haute; ouverture étroite, formant un angle aigu à son extrémité supérieure, munie d'une faible échancrure canaliculée à la base. Columelle à 3 ou 4 plis obliques, le plus épais en bas. Pas d'opercule. Se nourrissent principalement de Sipunculiens. Lindner 2011:109-110.

Genre Mitra
Espèce cornea

Nos partenaires