Madracis

Madracis pharensis | (Heller, 1868)

N° 278

Méditerranée, Atlantique tropical Est et Ouest, Caraïbes

Clé d'identification

Colonies encroûtantes ou semi-sphériques
10 septes rejoignent la columelle

Noms

Autres noms communs français

Madrace étoile

Noms communs internationaux

Madracis, cave star coral, star coral, encrusting star coral, hidden orange coral (GB), Madracis (I)

Synonymes du nom scientifique actuel

Astrocoenia pharensis Heller, 1868

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique tropical Est et Ouest, Caraïbes

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française], ● Caraïbes

Cette espèce est présente en Méditerranée et en Atlantique Est de Gibraltar au Cap Vert. On la trouve aussi dans la partie nord de l'Atlantique tropical Ouest jusqu'au sud de la Floride. Sa présence a été récemment attestée en Martinique.

Biotope

Espèce sciaphile*, Madracis pharensis se rencontre à l'entrée des grottes et sous les surplombs, à partir de quelques mètres. Cependant, elle existe aussi en profondeur hors des zones plongeables.

Description

Les colonies sont encroûtantes ou bien forment des colonies massives semi sphériques avec au maximum 50 polypes* en Méditerranée.
10 septes* primaires rejoignent la columelle* (cas unique chez les coraux durs). Les septes d'ordre 2 sont plus courts mais bien développés. Les calices polygonaux mesurent de 2 à 3 mm.

Espèces ressemblantes

Aucune en Méditerranée.

Alimentation

Cette espèce est essentiellement carnivore. Les polypes captent des proies planctoniques* grâce aux cellules urticantes (cnidocytes*) de leurs tentacules.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée ou asexuée par scissiparité* (bourgeonnement).

Vie associée

En Méditerranée, la plupart des individus ne comportent pas de zooxanthelles*, contrairement aux individus rencontrés en Amérique.

Informations complémentaires

Cette espèce serait parvenue en Méditerranée par le canal de Suez.
M. pharensis est maintenant classé dans la famille des Astrocoeniidés.

Réglementation

Cette espèce est sur la liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) depuis novembre 2012 sous le statut LC (Least Concern, soit peu préoccupante).

Elle est citée dans les annexes I, II et III de la CITES, mais ne fait pas l'objet d'une restriction commerciale.

Comme tous les autres scléractiniaires, elle est aussi soumise à réglementation par son inscription à l'Annexe 3 du Protocole relatif aux zones et à la vie sauvage spécialement protégées à la Convention pour la protection et la mise en valeur du milieu marin de la région des Caraïbes (dit Protocole SPAW ou de Kingston).

Origine des noms

Origine du nom français

Madrace est la francisation du nom de genre. Etoile fait référence à la forme des polypiérites.

Origine du nom scientifique

Madracis : H. Milne Edwards a rapporté ce nouveau nom de genre au milieu d'une série dont la plupart des noms finissent par le suffixe –acis. Cette publication originale ne signale pas l'origine du nom. Au vu du contexte, nous supposons que ce nom de genre est bâti à partir du mot madrépore + suffixe acis, pour donner Madracis.
pharensis : originaire de Pharos. Pharos est le nom d'une ville fondée au 4e siècle avant JC sur l'île de Hvar, qui correspond aujourd'hui au site de la ville de Stari Grad en Croatie.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Scleractinia Scléractiniaires / Madréporaires Hexacoralliaires coloniaux (quelques espèces solitaires) produisant un exosquelette calcaire abritant de petits polypes.
Sous-ordre Astrocoeniina Astrocoéniinés
Famille Astrocoeniidae Astrocoéniidés Il s'agit de la classification récente (1980, Zibrowius, Véron). Auparavant, la famille était dénommée Pocilloporidae (référence ITIS).
Genre Madracis
Espèce pharensis

Nos partenaires