Luidia de Sars

Luidia sarsii | Düben & Koren in Düben, 1844

N° 4899

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique Nord-Est, Méditerranée, Amérique centrale (Atlantique), sud de l'Afrique

Clé d'identification

Ressemble à Luidia ciliaris, mais toujours 5 bras, effilés
Face dorsale aplatie, lisse, de couleur orangée à rouge brun
Une ligne plus sombre au milieu de chaque bras, dorsalement
Rangées d'épines blanches sur les bords des bras
Jusqu'à 18 cm d'envergure, très rarement plus

Noms

Autres noms communs français

Luidia à cinq bras. Ce nom vernaculaire est bien adapté à la métropole, où seules 2 espèces du genre Luidia sont répertoriées. Mais ce nom peut prêter à confusion si l'on se place à une échelle plus vaste, de nombreuses autres espèces du genre Luidia possédant 5 bras.

Noms communs internationaux

Femarmsjøstjerne (N), Femarmad sprödstjärna (S)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Luidia sarsi Düben & Koren in Düben, 1844
Astrella simplex Perrier in Milne-Edwards, 1882
Luidia paucispina von Marenzeller, 1893

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique Nord-Est, Méditerranée, Amérique centrale (Atlantique), sud de l'Afrique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes

Trois sous-espèces sont actuellement référencées :

-Luidia sarsii sarsii Duben & Koren in Duben, 1844 : sa distribution s'étend depuis les côtes norvégiennes jusqu'aux Açores, aux îles du Cap Vert et la Mauritanie, ainsi qu'en Méditerranée occidentale jusqu'en Crête. En mer du Nord et en Manche, elle est très rare.

-Luidia sarsii elegans Perrier, 1875 : golfe du Mexique et mer des Caraïbes (du sud des Etats-Unis au Vénézuela, y compris les Antilles françaises).

-Luidia sarsii africana Sladen, 1889 : de l'Angola à l'Afrique du Sud.

Biotope

Cette espèce affectionne les fonds sablo-vaseux subtidaux* (zone infralittorale et au-delà), jusqu'à 600 mètres de profondeur. Il s'agit d'une espèce en général profonde, qui sera visible surtout à partir de 50 mètres de profondeur. L'observer en deçà est bien plus rare.

Description

Luidia sarsii présente 5 bras de taille identique, doucement effilés. Il n’est pas impossible que le nombre de bras puisse varier légèrement, du fait de la prédation et de la régénération, parfois trop généreuse. La face dorsale, brun-rouge à orangée, est aplatie. Elle est recouverte de très nombreuses paxilles* minuscules et très serrées qui lui confèrent une texture lisse et veloutée au toucher. Une ligne carinale plus sombre parcourt chaque bras, médiodorsalement. Des rangées de piquants articulés forts et blancs sont bien visibles sur toute la marge du corps. Chacune des plaques marginales en présente 3, beaucoup plus rarement 4 chez les plus grands individus. La face orale est plus claire et plus pâle. Chacun des sillons ambulacraires* accueille deux rangées de podia* translucides, longs et pointus, et dépourvus de disque terminal. L'envergure de cette espèce ne dépasse pas en général les 18 centimètres, mais certains individus atteignant 34-35 centimètres ont été mentionnés dans la littérature.

Espèces ressemblantes

Cette espèce évoque fortement sa cousine Luidia ciliaris, mais cette dernière présente une teinte plus claire (jaune orangé), possède presque toujours 7 bras, et sa taille peut être bien plus importante (jusqu'à 60 cm d'envergure).

Par son mode de vie, on peut aussi confondre Luidia sarsii avec l'étoile-peigne, Astropecten irregularis, sur la façade atlantique, voire d'autres espèces du genre Astropecten si elle est observée en Méditerranée. Luidia sarsii est bien plus fragile, présente des bras plus allongés et moins larges (elle forme une étoile moins géométrique), et ne présente pas les rangées de plaques supramarginales en relief sur le bord des bras.

Alimentation

Luidia sarsii est carnivore. Peu d'informations sont disponibles sur son régime alimentaire, mais elle trouve sans doute ses proies dans le sable.

Reproduction - Multiplication

Comme de nombreuses autres espèces d'étoiles, Luidia sarsii est gonochorique*. La reproduction est sexuée et a lieu en hiver et au printemps. Les gamètes* sont émis au niveau de l’aisselle des bras et éjectés en pleine eau de manière synchrone pour tous les individus d’un même site, sur signal chimique. La fécondation a lieu en pleine eau et donne après trois à quatre jours une larve* pélagique* d'aspect très différent d'une étoile de mer, la bipinnaria. Il s'agit d'une larve transparente, plissée et ciliée. Elle évolue vers le stade brachiolaria*, à l'intérieur duquel on peut distinguer la future jeune étoile. Celle-ci finit par tomber sur le fond et donne, après quelques temps, une jeune étoile benthique*. Alors que d'ordinaire le reste de la larve est absorbé par la jeune étoile, celle de Luidia sarsii peut subsister dans le plancton pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Vie associée

Le copépode Artotrogus (Asterocheres) lilljeborgii est un ectoparasite* de Luidia sarsii, qui se nourrit de sa peau.

Divers biologie

A l'instar d'autres espèces d'étoiles fouisseuses, Luidia sarsii vit enfouie le jour et est plus active la nuit.

Informations complémentaires

Cette espèce est extrêmement fragile et se brise facilement si elle est manipulée : son mode de défense consiste à abandonner un bras au prédateur pour mieux s’enfuir (autotomie*). Celui-ci repousse ensuite assez rapidement, à la manière de la queue des lézards.

Origine des noms

Origine du nom français

Luidia de Sars est la reprise du nom scientifique ;

à 5 bras : contrairement à sa cousine Luidia ciliaris, Luidia sarsii possède toujours 5 bras.

Origine du nom scientifique

Luidia : en hommage à Edward Lhwyd (ou Lloyd ou Llhuid ou encore Luidius), naturaliste britannique (1660-1709) ;

sarsii : espèce dédiée à Michael Sars, zoologiste norvégien (1805-1869).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Asterozoa Astérozoaires Echinodermes de forme étoilée. Les bras, simples et parfois absents, sont en nombre variable, et contiennent des organes.
Classe Asteroidea Astérides Organismes en forme d’étoile, libres. 5 à 50 bras, squelette réduit, estomac dévaginable. Ce sont les étoiles de mer.
Super ordre Valvatacea Valvatacés
Ordre Paxillosida Paxillosides Face dorsale recouverte de paxilles*.
Famille Luidiidae Luidiidés
Genre Luidia
Espèce sarsii

Nos partenaires