Ligie italienne

Ligia italica | Fabricius, 1798

N° 2513

Méditerranée, îles océaniques de l'Atlantique Ouest

Clé d'identification

Corps ovale, aplati, 16 mm de long maximum
12 plaques dorsales, 7 paires de pattes locomotrices
2 longues antennes et 2 gros yeux noirs à facettes
Longs uropodes terminaux effilés et biramés
Couleur variable gris à vert olive avec une zone plus claire sur le dos

Noms

Autres noms communs français

Ligie d'Italie, ligie italique, ligie méditerranéenne

Noms communs internationaux

Sea slater (GB), Porcellino degli scogli (I), Cochinilla marina (E), Klippenassel (D)

Distribution géographique

Méditerranée, îles océaniques de l'Atlantique Ouest

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Ligia italica se rencontre sur tous les rivages de Méditerranée et de mer Noire, mais également dans les îles océaniques de l'Atlantique proche : Canaries, Açores, Madère.

Biotope

La ligie italienne fréquente les étages supralittoral* et médiolittoral*, sans jamais descendre dans l'eau. Il est fréquent de la voir la journée courir sur la roche, les digues ou sur les plages riches en laisses de mer à l'approche du promeneur, mais c'est au crépuscule qu'elle est la plus active. Elle se cache la nuit dans les crevasses et anfractuosités.

Description

Ligia italica est un isopode aplati dorso-ventralement atteignant en moyenne 16 mm de long pour 6 mm de large. Sa couleur varie du gris au vert olive généralement ponctué de petits points noirs et avec une zone plus claire sur le dos, dans le tiers inférieur. La tête, formant le premier segment, porte deux gros yeux globuleux, une première paire d'antennes très réduites, une deuxième paire d'antennes aussi longues que le corps et 5 paires de pièces buccales. Elle est suivie par 7 segments thoraciques (ou péréonites) munis chacun d'une paire de pattes locomotrices (péréiopodes*). Latéralement, chaque segment se termine par une pointe (ou épimère) plus marquée en se rapprochant de l'abdomen. Celui-ci, également appelé pléon, se compose de 5 segments plus étroits (ou pléonites) portant les branchies. Enfin, le corps se termine par un telson* triangulaire portant deux longs uropodes* effilés et biramés.

Espèces ressemblantes

Sur la façade atlantique, la ligie italienne est remplacée par Ligia oceanica, d'une taille un peu plus grande et au telson rectangulaire.

Certains autres cloportes du genre Tylos, Porcellio, Armadillidium, ont un corps plus ovale, un telson et des antennes plus courts et sont moins rapides.

Alimentation

La ligie d'Italie est détritivore*. Elle se nourrit de débris végétaux ou animaux, principalement de nuit.

Reproduction - Multiplication

Ligia italica est une espèce gonochorique* (sexes séparés) et la reproduction est sexuée.

Lors de la copulation, le mâle transfère ses spermatophores* grâce à certains appendices ventraux. La fécondation est interne. La femelle garde les œufs sous son abdomen, dans une poche appelée marsupium. A l'éclosion, les jeunes ligies ne possèdent que six paires de pattes marcheuses imparfaites, et leur région céphalique est proportionnellement plus grosse.
Après plusieurs mues, les jeunes ligies acquièrent leur taille et leur forme adulte.

Vie associée

Les ligies sont les hôtes de Trématodes Digéniens parasites, comme Maritrema linguilla.

Ses prédateurs sont essentiellement les crabes, les oiseaux et les lézards.

Divers biologie

Contrairement à la majorité des crustacés marins, la cuticule* de Ligia italica n'est pas calcaire. En effet, elle est formée de fibres de chitine (protéine), dont seules les couches externes sont plus ou moins calcifiées. De plus, alors que l'espèce atlantique Ligia oceanica peut changer de couleur, L. italica ne possède pas de chromatophores*.

C'est une espèce active le jour. Elle reste principalement hors de l'eau, à quelques mètres du rivage, qu'elle suit en fonction des marées. Il lui arrive parfois de s'immerger dans des flaques littorales, mais rarement plus d'une minute. Elle se déplace à une vitesse pouvant atteindre 1,5 km/h. Elle se réfugie dans des crevasses pour y passer la nuit.

Comme tous les crustacés, sa croissance est continue. Ayant le corps enfermé dans une carapace rigide, elle est obligée de muer régulièrement pour grandir.

Informations complémentaires

La ligie italienne serait à l'origine une espèce de l'Atlantique. Lors de la dernière remontée des eaux, elle aurait été piégée dans les îles océaniques de l'Atlantique (Canaries, Madère, Açores). Elle n'aurait colonisé la Méditerranée que secondairement.

Origine des noms

Origine du nom français

Ligie italienne est la traduction directe du nom de scientifique.

Origine du nom scientifique

Ligia est le prénom d'une sirène dans la mythologie grecque, fille d’Achéloos et de Terpsichore, Melpomène ou Phorcys. Ligia ressemblait à un grand oiseau à tête de femme. Musicienne hors pair, elle attirait les navigateurs pour s'en repaître. Elle fut changée en pierre.

italica
: du latin [italica] = d'Italie.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Super ordre Peracarida Péracarides Les femelles sont dotées d'une cavité d'incubation formée par des expansions lamelleuses des péréiopodes.
Ordre Isopoda Isopodes Corps comprimé dorso-ventralement, première paire d’antennes beaucoup plus petite que la seconde, yeux non pédonculés. 7 paires de pattes de même apparence.
Sous-ordre Oniscidea Oniscides
Famille Ligiidae Ligiidés Famille des ligies.
Genre Ligia
Espèce italica

Nos partenaires