Ver rouge à collier

Leodice torquata | (Quatrefages, 1866)

N° 1494

Atlantique Est tempéré, Méditerranée, mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical Ouest

Clé d'identification

Ver annelé jusqu'à 30 cm de long
Coloration rouge irisée
5 antennes sur la tête
1 anneau blanc sur le 4e sétigère
Parapodes avec filaments branchiaux

Noms

Noms communs internationaux

Ring palolo worm (GB), Kieferwurm (D)

Synonymes du nom scientifique actuel

Eunice torquata Quatrefages, 1866
Eunice claparedii Quatrefages, 1866

Distribution géographique

Atlantique Est tempéré, Méditerranée, mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical Ouest

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française], ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises], ● Indo-Pacifique, ○ [Mer Rouge]

Le ver rouge à collier est présent en Atlantique de la Manche à la Namibie, en Méditerranée mais il serait également présent en mer Rouge, dans l'océan Indien et le Pacifique tropical ouest.

Biotope

Leodice torquata se rencontre généralement à l'abri de la lumière, dans le coralligène*, sous les pierres et dans les failles, de la surface à 100 m de profondeur.

Description

Le ver rouge à collier est un ver annelé pouvant atteindre 30 cm de long. La face supérieure est arrondie, de couleur brun-rouge, avec des reflets iridescents, alors que la face inférieure est aplatie et de couleur pâle. Il y a un collier blanc au quatrième segment (sétigère*) et parfois un second, plus fin, sur le premier. La tête porte cinq antennes blanches annelées de brun, deux palpes et deux yeux, et, du premier segment, partent deux cirres tentaculaires, plus courtes. Tous les autres segments, au nombre de 100 à 200 et excepté le dernier, sont munis d'une paire d'appendices latéraux à rôle locomoteur (parapodes*). A partir du cinquième segment, ces parapodes sont surmontés d'une touffe branchiale rouge. Ces filaments branchiaux sont beaucoup plus développés dans la partie antérieure du corps et se réduisent en allant vers les derniers segments, où ils sont pratiquement absents.

Espèces ressemblantes

Il existe de très nombreux vers qui peuvent être confondus avec Leodice torquata, dans les genres Nereis, Marphysa, Eulalia etc ... L'observation de la forme et du nombre des antennes, des palpes, des cirres tentaculaires et des parapodes permet de différencier ces espèces. Rien qu'en Méditerranée, dans le coralligène, au moins 191 espèces d'annélides ont pu être identifiées.

Dans les genres Eunice et Leodice, il existe également plusieurs espèces comparables.
En Méditerranée, et notamment en Adriatique, il existe une autre espèce très proche : Eunice roussaei, appelée à tort E. aphroditois (qui elle est présente dans les mers tropicales et peu atteindre 3 m de long). Cette espèce appelée ver de Rimini est utilisée comme appât pour la pêche. Elle se distingue de Leodice torquata par sa couleur plus sombre, l'absence de l'anneau blanc chez l'adulte (mais il peut être présent chez les juvéniles) et surtout par sa taille qui peut atteindre 2 m ! Sur nos côtes, il existe aussi Leodice harassii, qui atteint 25-30 cm, présente la même couleur que L. torquata mais n'a pas d'anneau blanc.

Alimentation

Le mode d'alimentation de Leodice torquata est mal connu. Comme la plupart des Leodice, elle serait omnivore et se nourrirait également de détritus.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de Leodice torquata n'a pas été décrite.
Les modes de reproduction des Eunicidés sont assez variés : certaines espèces déposent des pontes en masses gélatineuses et les abandonnent, d'autres pratiquent une forme d'incubation, d'autres, appelées palolo sous les tropiques, se regroupent par milliers en pleine eau et dispersent leurs œufs au cours de danses nuptiales, synchronisées avec les phases de la lune.

Divers biologie

Comme la plupart des annélides et plus particulièrement des polychètes, Leodice torquata a la faculté de se régénérer après autotomie*, en cas d'attaque par un prédateur par exemple. La partie perdue repoussera, souvent avec un diamètre légèrement inférieur.
Selon des expériences faites en laboratoire, la partie postérieure abandonnée serait également capable de régénérer un segment céphalique, à condition d'être protégée des prédateurs.

Informations complémentaires

Il existe plus de 60 espèces dans le genre Leodice.

Le ver rouge à collier se tient généralement la journée à l'abri de la lumière. S'il se retrouve exposé à cette lumière, il est capable de se déplacer rapidement, en prenant appui sur ses parapodes, pour se réfugier dans une faille, un trou ou se mettre à l'abri.

Origine des noms

Origine du nom français

Ver rouge à collier : du fait de sa couleur et de la présence d'un anneau blanc sur le quatrième sétigère.

Origine du nom scientifique

Leodice : probablement de [Laodike], un prénom grec.

torquata : du latin [torquatus] = qui porte un collier.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides

Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués de segments identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.

Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chaque segment porte des excroissances locomotrices (les parapodes) plus ou moins développées, munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres à errer dans la colonne d'eau ou sur les sédiments mais aussi galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Eunicida Eunicides

Polychètes carnassiers qui possèdent: trois antennes souvent entourées par deux palpes, des branchies bien développées sur les parapodes, une métamérie bien conservée, pas de véritable trompe exsertile mais des mâchoires exsertiles constituées d'au moins une paire de pièces calcifiées.

Famille Eunicidae Eunicidés

Polychètes libres et carnassiers possédant 1, 3 ou 5 antennes céphaliques, animaux avec de nombreux segments. dans les sables et graviers.

Genre Leodice
Espèce torquata

Nos partenaires