Eponge beige à excroissances

Hymeniacidon kitchingi | (Burton, 1935)

N° 4230

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Eponge encroûtante polymorphe
Oscules rarement visibles
Couleur beige, grisâtre, rosée
Nombreuses excroissances irrégulières, courtes et fines
Très compressible et friable

Noms

Autres noms communs français

Éponge de Kitching

Noms communs internationaux

Kitching's sponge (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Rhaphidostyla kitchingi Burton, 1935

Distribution géographique

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Hymeniacidon kitchingi est présente en Atlantique Nord-Est de l’Écosse au nord jusqu'au sud du Finistère ainsi qu'en Manche occidentale. Elle a été signalée dans le bassin oriental de la Méditerranée (mer Levantine).

Biotope

Cette espèce sessile* vit sur les fonds rocheux du bas de l'étage médiolittoral* et de l'étage infralittoral*. Elle se fixe directement sur la roche mais également en épiphyte* de grandes algues brunes (stipes* ou crampons de Saccharina latissima notamment) ou en épibionte* de bryozoaires des genres Cellaria ou Pentapora.
Elle préfère les sites de mode battu bien exposés aux effets des vagues.

Description

Cette éponge encroûtante est très polymorphe*. Elle forme des masses plus ou moins lobées avec de nombreuses excroissances irrégulières, courtes et fines. De petite taille, son volume n’excède pas les 15 cm³. Les oscules*, aux bords translucides, sont légèrement surélevés avec quelques canaux exhalants convergeants. Très discrets, ils sont rarement visibles in-situ.

Sa couleur est beige, grisâtre avec parfois des nuances de rose ou de mauve. Sa consistance est douce au toucher ou légèrement rugueuse ; elle est facilement compressible et friable. Son aspect général est poreux.

Voir la description microscopique dans la rubrique "Divers biologie".

Espèces ressemblantes

Halichondria (Halichondria) bowerbanki : les projections sont plus longues et plus fines, l'observation microscopique montre des oxes* et non des styles*.

Haliclona (Rhizoniera) viscosa : les oscules sont bien visibles à l'extrémité de cheminées coniques.

Alimentation

Comme toutes les éponges, il s'agit d'un organisme filtreur* microphage* suspensivore*. L'eau et les particules alimentaires en suspension sont aspirées par pompage à l'intérieur de l'organisme grâce aux pores inhalants ou ostioles* qui parsèment la surface de l'éponge. Les particules sont phagocitées* ensuite par les choanocytes*, cellules endodermiques caractéristiques des éponges, munies d'un flagelle*. Ces cellules tapissent la cavité intérieure (ou atrium*) et génèrent ce phénomène de pompage. Au passage les choanocytes retiennent l'oxygène et les particules nutritives (bactéries, algues unicellulaires, débris organiques divers) inférieures à 2 µm contenues dans l'eau.
La digestion intracellulaire se fait dans les vacuoles* digestives des amibocytes*. Les déchets de la digestion et les particules trop grosses sont expulsés par les pores exhalants ou oscules.

Les éponges ont un énorme pouvoir de filtration puisqu'on estime qu'une colonie de 10 cm³ peut filtrer 22,5 litres d'eau par jour.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée* ou asexuée*.
- Sexuée : la reproduction a lieu en général l'été quand la température de l'eau est la plus chaude. Les gamètes* de cette éponge vivipare* fusionnent et donnent naissance à un œuf qui se divisera pour donner à son tour une larve* ciliée* nageuse de type "parenchymella"*. Cette dernière, après une durée de vie très courte (quelques heures), se fixe sur le fond pour se métamorphoser* et donner une nouvelle éponge.
- Asexuée : par bourgeonnement*, des amas de cellules se forment et se détachent de l'éponge mère pour coloniser d'autres sites.

Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Divers biologie

Description microscopique :
Les spicules* mégasclères* sont des styles disposés le plus souvent en paquets perpendiculaires à la surface de l'éponge. Minces et légèrement courbes, ils mesurent 220 µm de longueur pour 3,6 µm d'épaisseur. Ils sont caractérisés par un net rétrécissement à la pointe.

Origine des noms

Origine du nom français

Éponge beige à excroissances est une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Hymeniacidon : du grec [hymèn] = membrane et [acid] = épineux, faisant référence aux faisceaux de spicules qui affleurent la surface de l'éponge.

kitchingi : en l'honneur de James Kitching (1922-2003), paléontologue sud-africain.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Suberitida Subéritides
Famille Halichondriidae Halichondriidés
Genre Hymeniacidon
Espèce kitchingi

Nos partenaires