Eponge baveuse à languettes

Haliclona mucosa | (Griessinger, 1971)

N° 1634

Méditerranée, Atlantique Est tropical

Clé d'identification

Eponge jaune pâle à beige
Emet des prolongements grêles désordonnés
Abondante production de mucus
Sciaphile

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Reniera mucosa Griessinger, 1971
Haliclona (Soestella) mucosa (Griessinger, 1971) (Soestella est en fait un sous-genre de Haliclona)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est tropical

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Haliclona mucosa est endémique de Méditerranée. On la trouve aussi sur les côtes de Mauritanie et du Sénégal.

Biotope

Cette éponge sciaphile* apprécie les expositions ombragées et protégées : surplombs, crevasses, microcavités du coralligène et grottes semi-obscures.

Description

Haliclona mucosa se présente comme une croûte épaisse, de forme et d'épaisseur irrégulières. En zone calme elle a tendance à émettre des prolongements grêles, faiblement ramifiés, et partant dans tous les sens à partir de la base attachée au substrat.
La couleur est constante : jaune pâle à beige clair, tirant sur le crème à l'extrémité des expansions.
Les oscules (orifices exhalants) sont peu nombreux, dispersés à la surface et parfois au sommet de petites bosses. Les ostioles* (orifices inhalants) sont serrés, donnant un aspect poreux, en "grains de riz" aux zones où ils sont regroupés.
La consistance est très molle et fragile, le contact muqueux voire gluant : une particularité de cette éponge est la production d'un mucus exceptionnellement abondant qui lui a valu son nom.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* fixés. Elles se nourrissent de particules organiques en suspension dans l'eau (microplancton, microalgues, bactéries) et de substances organiques dissoutes ne dépassant en général pas 3 microns. Le courant d'eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

Comme la plupart des éponges, celle-ci est hermaphrodite* et ovipare*.
Les œufs donnent des larves ciliées qui seront emportées par le courant, vont se métamorphoser et finalement se fixer sur le substrat.

Vie associée

Haliclona mucosa est rarement recouverte d'autres épibiontes*. Par contre elle s'installe volontiers sur d'autres organismes des grottes.

Divers biologie

La distribution en Méditerranée et proche Atlantique africain signifierait selon certains auteurs une origine tropicale ou subtropicale.
Cette espèce, ainsi que d'autres considérées comme endémiques de la Méditerranée, (Haliclona mediterranea, Phorbas tenacior, Hexadella racovitzai, Acanthella acuta, …) seraient entrées en Méditerranée au début du Quaternaire, lors de l'ouverture du détroit de Gibraltar et donc après l'épisode d'assèchement il y a 5 millions d'années.

Informations complémentaires

La charpente squelettique est très organisée, formée de fibres de spongine qui s'entrecroisent en formant des arceaux très réguliers.
Les spicules* sont relativement peu abondants, ce sont essentiellement des oxes* (bâtonnets aux extrémités pointues), relativement grands (100 – 200 µ), et irréguliers pour des Chalinidae où ils sont d'habitude plutôt petits et réguliers.

Origine des noms

Origine du nom français

Pas de nom vernaculaire connu.
"Eponge baveuse à languettes" est une proposition du site DORIS, hélas pas très joli, si vous pouvez proposer mieux...

Origine du nom scientifique

Haliclona : du grec [hal-] = sel, marin, et [clôn-] = rameau, jeune pousse. Ce qui signifie approximativement "petit rameau, petite branche marine".
Le sous-genre Soestella est dédié à Van Soest, spongiologue néerlandais.

mucosa (latin) signifie muqueux, mucilagineux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Haplosclerida Haplosclérides « Eponges à spicules simples ». Squelette formé de spicules* qui s’arrangent en formant un réseau de mailles polygonales, parfois renforcé par de la spongine. Mégasclères* de type oxes*, parfois des microsclères* (sigmas*, toxes*).
Sous-ordre Haplosclerina Haplosclérines
Famille Chalinidae Chalinidés
Genre Haliclona
Espèce mucosa

Nos partenaires