Geitodoris étoilé

Geitodoris planata | (Alder & Hancock, 1846)

N° 1313

Atlantique Nord-Est et Méditerranée.

Clé d'identification

Taille voisine de 6 à 10 cm
Teinte générale souvent brune
Manteau marqué par un certain nombre de taches de teinte pâle, en étoile
Manteau recouvert de tubercules spiculeux* assez petits
Allure très aplatie
Tentacules buccaux en forme de doigts

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Discodoris planata (Alder & Hancock, 1846)
Doris planata Alder & Hancock, 1846
Doris complanata Verrill, 1886

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est et Méditerranée.

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Geitodoris planata se rencontre depuis le sud de la Norvège jusqu'en Méditerranée.

Biotope

Geitodoris planata est une espèce réputée caractéristique des eaux peu profondes en Atlantique mais elle peut être rencontrée en Méditerranée entre 10 et 40 m.

Description

Dans la littérature scientifique on peut lire que Geitodoris planata atteint la taille de 6,5 cm et pourtant des individus atteignant 12 cm sont parfois observés (Zélande). Son allure générale est très aplatie. Sa teinte générale est le plus souvent brune, parfois pourpre. Son manteau est marqué par un certain nombre de taches de teinte pâle, en étoile, (jusqu'à 12) qui matérialisent la présence de glandes épithéliales à acide. Ces structures en étoile rayonnent autour d'une papille* blanchâtre (un plus grand tubercule).
Le manteau est recouvert de tubercules spiculeux* assez petits
. Au niveau de la tête on peut observer, mais par dessous, des tentacules buccaux en forme de doigts. Les rhinophores* sont lamellés (12 lamelles chez un individu de 3 cm).
Autour de l'anus s'étendent 7 à 8 branchies très ramifiées.
Les juvéniles sont en général de teinte plus pâle que les adultes et sont plus aplatis.

Espèces ressemblantes

Geitodoris planata a longtemps été confondu avec Doris pseudoargus.
Il s'en distingue toutefois par les caractéristiques suivantes :
- sa robe est souvent brune, moins variée en couleur que Doris pseudoargus et possède le plus fréquemment des motifs étoilés : autour d'un plus gros tubercule très clair s'étendent d'autres tubercules clairs eux aussi.
- sous le manteau il possède des taches brun foncé.
- il ne dépasse pas 6,5 cm de long le plus souvent (mais certains font près du double !) alors que Doris pseudoargus peut atteindre 12 cm.
- son allure générale est encore plus aplatie que celle de Doris pseudoargus.
- il possède des tentacules buccaux (visibles par dessous uniquement hélas !).
- ses tubercules dorsaux sont plus petits.
- son manteau possède une texture qui semble plus rigide et qualifiée de "croquante".
Si on peut voir la ponte à côté de l'animal, celle de Geitodoris planata se présente avec le bord supérieur assez ondulé, ce qui est peu ou pas le cas chez Doris pseudoargus.



Discodoris stellifera est une espèce très semblable, avec une robe étoilée également, et seul un examen de la radula* semble permettre de distinguer les deux espèces. Chez Discodoris stellifera, présent en Méditerranée et dans la région Atlantique proche, la radula est plus finement denticulée. Il semblerait aussi néanmoins que la robe présente des étoiles plus étendues et des taches de différentes tailles, visibles notamment sur le pourtour du manteau.
Toutefois, pour certains auteurs (Thompson & Brown, 1976)) il ne s'agirait que d'une variation de forme de Geitodoris planata...
Pour CLEMAM et Sea Slug Forum, références pour DORIS, il s'agit bien de deux espèces distinctes.

Alimentation

Le geitodoris étoilé se nourrit d'éponges, parmi lesquelles Hemimycale columella (Bowerbank) et Mycale micracanthoxea Buizer & Van Soest, 1977.

Reproduction - Multiplication

Ces mollusques sont hermaphrodites, les individus s'échangeant simultanément leurs gamètes pendant un accouplement croisé.
Le doris étoilé possède une période de reproduction qui s'étend au moins du printemps jusqu'à l'automne.
La ponte, en forme de ruban spiralé dont la partie supérieure apparaît ondulée, peut contenir 480 000 œufs.
Le volume important de la ponte de ces organismes, par rapport à la taille des animaux qui les déposent, s'explique par un gonflement, grâce à l'eau de mer, de la matrice protéinique qui entoure les capsules d'œufs.

Divers biologie

Le doris étoilé possède un système défensif reposant sur de puissantes glandes à acide.



Les populations de cette espèce peuvent connaître en certaines localités des explosions quantitatives impressionnantes (Zélande 2001). Elles peuvent être corrélées à l'introduction dans cette région d'un spongiaire dont se nourrit ce doris : Mycale micracanthoxea. Leurs répartitions bathymétriques* sont d'ailleurs identiques.

Origine des noms

Origine du nom français

Il a été nommé doris étoilé en raison des motifs étoilés caractéristiques qu'il arbore le plus souvent sur le manteau.

Origine du nom scientifique

Geitodoris : du grec [geit-] = voisin et du nom mythologique "Doris", une Océanide, fille d'Océan et de Téthys, épouse de Nérée et mère des 50 Néréides. Donc ce terme signifie : voisin, proche des Doris.



planata : directement repris du latin, et qui veut dire aplati. Cette espèce a un corps aplati (comme la plupart des Discodorididae).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Discodorididae Discodorididés Forme aplatie ovale ou un peu rectangulaire. Pied plus petit que le manteau granuleux. Possibilité d’autotomie du bord du manteau. Présence de glandes à acide. Tentacules buccaux coniques ou digitiformes.
Genre Geitodoris
Espèce planata

Nos partenaires