Eulalie

Eulalia clavigera | (Audouin & Milne Edwards, 1833)

N° 215

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique nord-est

Clé d'identification

5 à 15 cm de long, 1 à 3 mm de large, nombreux segments identiques
Couleur vert foncé
Parapodes étroits et pointus, de couleur vert clair
4 paires de cirres tentaculaires en arrière de la tête

Noms

Noms communs internationaux

Green-leaf worm (GB), Groene bladkieuwworm (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Phyllodoce clavigera Audouin & Milne Edwards, 1833

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique nord-est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On peut trouver l'eulalie sur les côtes françaises et anglaises, et probablement sur les côtes atlantiques de l'Espagne et du Portugal.

Biotope

Ces vers sont parfois rencontrés en grand nombre sur et sous les rochers émergés. Ils sont parfois cachés dans des anfractuosités, dans des coquilles vides de mollusques ou des cônes de balanes mortes, et parmi les crampons de varech et les byssus des moules.

Description

L'eulalie est une annélide polychète libre qui mesure entre 5 et 15 cm de long pour 1 à 3 mm de large. Son corps est composé de 60 à 200 segments identiques. Sa couleur est vert foncé avec parfois des marques noires sur la face dorsale. Les parapodes* latéraux sont vert plus clair, longs, étroits et pointus. Le plongeur (ou le promeneur) équipé d'une bonne loupe pourra apercevoir sa trompe recouverte de nombreuses petites papilles, ainsi que, toujours au niveau de la tête, quatre paires de tentacules latéraux, ainsi qu'un tentacule inséré entre les yeux. La tête porte en outre deux yeux sombres et 4 petites antennes antérieures.

Espèces ressemblantes

Il existe de nombreuses espèces de phyllodocidae sur les côtes atlantiques françaises, mais la couleur caractéristique de cette espèce, ainsi que son biotope, permettent en principe d'éviter toute confusion.

Jusqu'à récemment cette espèce était répertoriée sous le nom de Eulalia viridis, mais des études génétiques récentes (années 1993 et 1996) ont permis de scinder deux espèces : Eulalia viridis est plutôt arctico-boréale (plus nordique), alors que Eulalia clavigera est plutôt boréo-lusitanienne.

Alimentation

L'eulalie est une espèce carnassière et prédatrice qui se nourrit de petites proies (crustacés, vers, mollusques...) qu'elle capture à l'aide de son pharynx dévaginable équipé de mâchoires.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée, et les sexes sont séparés. Femelle et mâles libèrent leurs gamètes*, et la fécondation est externe. Ces oeufs forment de petites capsules verdâtres accrochées aux galets ou aux algues. La larve* est typiquement de type trochophore. Après une période pélagique*, la larve tombe sur le substrat, subit une métamorphose pour donner un jeune ver. Sur les milliers d'oeufs fécondés, seuls quelques-uns donneront un ver adulte.

Informations complémentaires

Observation personnelle : ces vers sont parfois utilisés comme appât pour la pêche, et sont apparemment appréciés des poissons.

Origine des noms

Origine du nom français

Eulalie est la traduction directe du nom de genre scientifique Eulalia.

Origine du nom scientifique

Eulalia = qui parle bien,
clavigera = qui porte une massue, de [clavus] = massue, club et de [gero] = porter.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Phyllodocida Phyllodocides

Tous les segments sont identiques, les parapodes sont saillants, bien développés, les soies longues (souvent composées). La région céphalique et les organes sensoriels sont bien développés, la trompe est souvent armée de mâchoires.

Sous-ordre Phyllodociformia Phyllodociformes
Famille Phyllodocidae Phyllodocidés

Corps long et fin avec souvent une centaine de segments. la partie dorsale du parapode est grand et aplatie. a l'avant deux ou trois antennes et deux palpes semblables. une simple paire d'yeux s'ils sont présents. Cirres tentaculaires sur le premier segment. deux à quatre paires de cirres tentaculaires présents sur trois segments maximum. Plusieurs espèces produisent du mucus si elles sont dérangées.

Genre Eulalia
Espèce clavigera

Nos partenaires