Escarre mamelonnée

Escharoides mamillata | (Wood, 1844)

N° 3471

Atlantique Nord-Est et Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Bryozoaire encroûtant de couleur beige
Surface rugueuse
Individus (zoïdes) ventrus, bien séparés les uns des autres
Deux aviculaires symétriques et parallèles, au niveau de l'ouverture
Épines orales longues chez les jeunes individus
Espèce du large

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Lepralia mamillata Wood, 1844
Mucronella coccinea var. mamillata Hincks, 1880
Peristomella coccinea var. mamillata Canu & Bassler, 1928

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est et Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

En Atlantique, E. mamillata a été observée de l’Écosse au Maroc ; en Méditerranée, dans le bassin occidental et en Adriatique.

Biotope

En Méditerranée, Escharoides mamillata est observée relativement profond, entre 35 et 80 mètres, sur divers organismes calcaires comme des coquilles mortes, des algues .... L'espèce proche Escharoides coccinea remonte plus haut vers la surface, et contrairement à E. mamillata, elle est aussi observée sur des algues précoralligènes*.

Description

Escharoides mamillata forme des colonies encroûtantes dont les individus (zoïdes*) ventrus, plutôt de grande taille et de couleur beige, sont bien individualisés les uns des autres. Sa surface rugueuse formée d'une seule couche de zoïdes lui vaut son nom d'escarre marine. En périphérie de la colonie, de fines et longues épines peuvent être observées.

Voir la rubrique "Divers biologie" pour la description microscopique.

Espèces ressemblantes

Escharoides coccinea et Escharoides megarostris forment des colonies encroûtantes beiges ou orangé clair d'apparence similaire, la synonymie avec Escharoides mamillata est suggérée par certains auteurs, néanmoins les exigences écologiques différentes d'une espèce à l'autre et quelques détails microscopiques justifient également la séparation de ces trois espèces très affines.

Escharina dutertrei
peut être aussi confondue, sans examen microscopique, avec Escharoides spp..

Alimentation

Comme chez tous les bryozoaires, la nutrition est assurée par la capture de particules alimentaires (phytoplancton*, en particulier) par les tentacules* du lophophore*, dont la sortie est assurée par une augmentation de la pression du liquide interne, phénomène obtenu grâce à la compression musculaire.
Une fois la gaine du lophophore* dévaginée, un mouvement pendulaire et circulaire des tentacules ciliés* composant le panache de ce lophophore va permettre le brassage de l’eau environnante et favoriser ainsi la capture des micro-organismes composant le régime alimentaire de la colonie.
Ces animaux sont dits filtreurs* actifs c’est-à-dire, des filtreurs suspensivores* microphages*. Les diatomées* (algues unicellulaires) et les bactéries sont la base de l'alimentation de ce type de bryozoaire.

Reproduction - Multiplication

La croissance de la colonie se fait par bourgeonnement* périphérique de nouvelles zoécies* (= zoïdes*). La reproduction est sexuée et la colonie est hermaphrodite*. Les œufs fécondés produits par un zoïde femelle sont incubés dans les ovicelles* suborales.
Après maturation, il va y avoir émission de larves* ciliées, qui vont être dispersées par les courants. Après une courte vie dans la colonne d’eau, la larve va se fixer sur un substrat* adéquat et se métamorphoser* en un zoïde primaire ou ancestrule*. Celui-ci bourgeonnera deux à trois zoïdes, qui bourgeonneront eux-mêmes.
En Méditerranée, les ovicelles ont été observées en mai et juillet, les embryons ou larves en juillet.

Divers biologie

Description microscopique :
Les colonies multisériées sont unilamellaires.
Les zoïdes sont ventrus, polygonaux, plutôt grands. La longueur des zoïdes va de 0,50 à 0,80 mm.
La paroi frontale convexe présente de petits pores marginaux (areolae = aréole ou pore aréolaire), à sa surface de petites granulations calcifiées sont organisées en une série de lignes régulières et convergentes vers une proéminence suborale (fort mucron* suboral).
L'ouverture est très enfoncée, le péristome* est fort, la région aperturale* en nette saillie. Le bord inférieur (proximal) de l’ouverture est denticulé, le bord supérieur (distal) est bordé de 6 longues épines orales effilées chez les individus jeunes.
Les aviculaires* bien développés sont pairs, placés symétriquement et latéralement à l'ouverture, ils sont quasiment parallèles et orientés en distal (vers l’extérieur de la colonie) alors que chez les autres espèces du genre, ils sont plus divergents et de taille supérieure.
Les ovicelles* sont proéminentes, granuleuses et placées au dessus de l'ouverture.

Origine des noms

Origine du nom français

Escarre mamelonnée est une traduction du nom scientifique et une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Escharoides : du latin [eschara] = foyer, escarre = nécrose des tissus cutanés avec ulcération chronique et de [oides] = en forme de, qui ressemble à.

mamillata : du latin [mammilla] = petite mamelle, mamelonnée, par allusion à son aspect granuleux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Neocheilostomatina/Ascophora Ascophores Paroi frontale calcifiée sous laquelle un sac flexible invaginé s'ouvre sur l’extérieur par un pore médian situé derrière le péristome et nommé ascopore.
Famille Exochellidae Exochellidés
Genre Escharoides
Espèce mamillata

Nos partenaires