Papillon de mer

Cymbulia peronii | Blainville, 1818

N° 735

Océan Atlantique Nord et Sud, Méditerranée

Clé d'identification

Gastéropode pélagique possédant 2 "ailes"
Corps translucide, teinte bleutée
Structure cartilagineuse à 5 crêtes dentelées, allure d'un sabot
Bouche munie de deux tentacules ciliés sensoriels
60 à 65 mm de longueur

Noms

Autres noms communs français

Sabot de Vénus (pour la partie cartilagineuse retrouvée dans la laisse de mer)
Cymbulie de Péron (nom cité dans l'

Noms communs internationaux

Sea butterfly (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cymbulia proboscidea Péron & Lesueur, 1810
Cymbulia proboscidea Oken, 1815
Cymbulia peronii Lamarck, 1819
Cymbulia quadridentata Gegenbaur, 1855
Cymbulia borealis Bonnevie, 1913
Cymbulia peronii var. minor Van der Spoel, 1976

Distribution géographique

Océan Atlantique Nord et Sud, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

La présence de Cymbulia peronii a été signalée dans l'océan Atlantique du Brésil au Canada et les eaux européennes jusqu'en Afrique du Sud, ainsi qu'en Méditerranée. Sa présence dans l'est du Pacifique est supposée.

Biotope

On rencontre ce gastéropode en pleine eau, près de la surface et près des côtes au printemps. Il est plus généralement présent sur l'ensemble du domaine pélagique (des spécimens ont été trouvés jusqu'à 2 000 mètres), transporté au gré des courants. Il supporte des températures variant de 13 à 27 °C.

Description

Cymbulia peronii est un gastéropode marin qui fait partie du macroplancton (plancton de taille supérieure à 5 mm), sa taille pouvant atteindre 60 à 65 mm de longueur. Son pied est surmonté de deux extensions en forme d'ailes, lesparapodes*, qui lui permettent de se déplacer, sans pour autant pouvoir lutter contre les courants marins. A l'avant, la bouche proéminente est munie de deux tentacules ciliés à rôle sensoriel. L'animal renferme une petite masse viscérale de couleur orangée. Comme de nombreux autres organismes planctoniques, il est translucide et possède une teinte bleutée.
Au stade larvaire on note la présence d'une coquille qui au cours du développement laisse place à une structure cartilagineuse transparente. Celle-ci présente cinq crêtes dentelées qui lui confèrent l'allure d'un sabot (la pseudoconque). C'est cette partie de l'animal, appelée "sabot de Vénus", qui est la plus connue car on la retrouve assez fréquemment échouée sur les rivages dans la laisse de mer après la mort de l'animal. Elle ressemble alors visuellement à un morceau de glace ou de cristal, à la consistance gélatineuse mais relativement dure…

Espèces ressemblantes

Bien que le risque de confusion avec d'autres espèces soit minime, il y a chez les cténophores des organismes possédant deux extensions aliformes*, en position latérale par exemple chez Leucothea multicornis, qui se distingue essentiellement de Cymbulia peronii par huit palettes de cils vibratiles, caractéristiques des cténaires.

Alimentation

Cymbulia peronii se nourrit de plancton en se déplaçant bouche béante. C'est un mode de prédation passif, par filtrage, malgré la présence des tentacules ciliés sensoriels qui ont un rôle de détecteur, signalant la présence de proies.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu de juin à août. Les ptéropodes sont des organismes hermaphrodites protandres* (les caractères mâles s'expriment en premier). On parle alors d'hermaphrodisme successif où les individus femelles sont les plus âgés. La reproduction se déroule dans le milieu planctonique : émission des gamètes* et développement des larves véligères* (larves de gastéropodes).

Divers biologie

Une observation réalisée en submersible (1992) en Méditerranée occidentale a permis d'évaluer les vitesses de déplacement de Cymbulia peronii :
- en situation normale, la vitesse variait de 2 à 11 cm/s, la vitesse la plus lente correspondant aux déplacements verticaux,
- en situation de fuite, des mesures à 40 cm/s ont été enregistrées,
- une phase de repos, durant laquelle l'animal plane, parapodes déployés, au gré du courant.

En 1976, Van der Spoel distingue deux variétés (ou sous-espèces) :
-Cymbulia peroni morpha peroni, correspondant à la forme décrite sur cette fiche,
-Cymbulia peroni morpha minor, dont la pseudoconque arquée dans le sens longitudinal ne possède plus l'axe de symétrie axial.

Informations complémentaires

Ces gastéropodes appartiennent à l'ordre des thécosomes, du groupe des ptéropodes : du grec [pteros] = aile, et [podos] = pied. Les animaux de cet ordre et de ce groupe possèdent généralement, en arrière des lèvres, une radula*, généralement formée de 3 dents par rangée et qui leur sert à l'alimentation.

Si vous trouvez cet animal dans la laisse de mer, faites l'expérience de la transparence… Aisément visible dans votre main, il disparaît quasi complètement quand il est immergé dans de l'eau claire…

Origine des noms

Origine du nom français

Papillon de mer (sea butterfly en anglais), en raison de sa nage au moyen de ses parapodes aliformes.
Sabot de Vénus : en raison de la forme de la structure cartilagineuse qui rappelle un sabot. Vénus sortie des eaux aurait-elle perdu un sabot ? Déesse ou cendrillon de l'amour ?

Origine du nom scientifique

Cymbulia : du grec [kumbos] = vase, tasse, coupe, objet creux, et le diminutif –ule, donc petite coupe ;
peronii
: en hommage à François Péron (1775-1810), valeureux combattant durant les guerres entre la France et la Prusse, qui a ensuite étudié la médecine et l'histoire naturelle ; ami proche du naturaliste C.A. Lesueur.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Thecosomata Thécosomes De petite taille, pélagiques, pied réduit et transformé en nageoires, coquille réduite ou absente.
Famille Cymbuliidae Cymbuliidés
Genre Cymbulia
Espèce peronii

Nos partenaires