Clione violette

Cliona schmidtii | (Ridley, 1881)

N° 4016

Méditerranée et Atlantique proche

Clé d'identification

Éponge perforante de couleur violette
Papilles inhalantes en forme de tamis très largement ajourés
Oscules ronds et tubulaires
Répartition irrégulière des papilles et des oscules sur le substrat

Noms

Noms communs internationaux
Violet boring sponge (GB), Cliona viola (I), Esponja perforante morada (E), Roter Bohrschwamm (D), Rode boorspons (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Vioa schmidtii Ridley, 1881
Cliona schmidti, avec un seul "i" est une erreur orthographique

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La clione violette est présente dans toute la Méditerranée y compris la mer Adriatique et la mer Égée, et plus particulièrement sur les côtes nord du littoral espagnol, ainsi qu'en Atlantique limitrophe, aux Canaries.
Elle est également mentionnée aux Antilles et au Brésil mais il s'agit d'une erreur d'identification.

Biotope

La clione violette est présente de 0,5 à 180 m de profondeur dans les substrats* calcaires, qu'elle contribue à détruire, et dans lesquels elle forme un réseau de galeries. Son substrat de prédilection est celui des roches calcaires et le coralligène*. Elle peut aussi perforer d'autres substrats calcaires comme les coquilles de mollusques ou les algues calcifiées.

Description

Cliona schmidtii est une éponge perforante dont seules les papilles et les oscules* émergent à la surface du substrat*, leur couleur violette caractérise l'espèce. Les papilles inhalantes, semblables à de petits tamis très largement ajourés, sont de forme circulaire ou irrégulière, parfois fusionnées entres elles et mesurent 2 à 3 mm de diamètre. Les oscules sont ronds, tubulaires et dépassent de quelques mm la surface du substrat. Papilles et oscules sont répartis irrégulièrement à la surface du substrat. Le corps de cette clione, également de couleur violette, est toujours caché à l'intérieur de son support calcaire.

Espèces ressemblantes

Sa couleur violette permet de distinguer Cliona schmidti des nombreuses espèces de cliones présentes sur les mêmes fonds méditerranéens.

Voir "Informations complémentaires" pour comprendre les erreurs fréquentes liées à l'identité des Clionaïdés de Méditerranée.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant généralement pas 3 microns. Le courant d'eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.

  • Sexuée : par œufs et spermatozoïdes*, aboutissant à la naissance d'une larve* ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont hermaphrodites*, les gamètes* mâles et femelles d'une même éponge ne sont pas expulsés au même moment. Cette éponge est ovipare*, comme la plupart des éponges tétractinomorphes.
  • Asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l'éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Les éponges se reproduisent surtout par voie asexuée et ont une énorme capacité de régénération.

Divers biologie

Sa couleur violette à pourpre caractéristique à l'état vivant est due à un pigment emmagasiné dans ses cellules sphéruleuses*. L'éponge devient violet foncé une fois conservée dans le formaldéhyde ou l'alcool.

C'est par un procédé chimique que cette éponge endolithe* perfore le substrat ou les coquilles de mollusques fragilisant ainsi le calcaire dans lequel elle creuse fissures et galeries. Elle participe à la bioérosion du substrat.

Description microscopique :
Les spicules charpentant les tissus de la clione violette sont de deux types : des tylostyles* (130-290 x 1-8 μm) et des spirasters* (8-72 x 2-12 μm) de taille, forme et courbures variables. Les tylostyles forment des palissades organisées en couronne au niveau des papilles et sont rares et épars dans le choanosome*. Certains types de spirasters épineux se concentrent principalement à la base des papilles alors que d'autres ne sont présents que dans le choanosome. Les spiraters, très nombreux, constituent une part importante du squelette de la clione violette.

Informations complémentaires

Cliona carteri, souvent confondue par le passé avec Cliona schmidtii, est une clione perforante rouge vif absente de Méditerranée contrairement à ce qui a pu être indiqué dans d'anciennes publications, elle n'est présente que sur les côtes atlantiques d'Amérique du Sud.

Cliona schmidtii est décrite de couleur brune dans divers ouvrages et sites web, il s'agit d'une erreur ancienne plusieurs fois reprise ! (Entre autres sur DORIS jusqu'en 2015). Les cliones brun foncé des côtes méditerranéennes françaises sont à rapprocher de Cliona viridis, cette espèce prenant une coloration plus foncée par petits fonds bien éclairés. Il existe d'autres espèces de cliones brunes mais essentiellement décrites de Méditerranée orientale.

Origine des noms

Origine du nom français

Clione violette est une proposition des auteurs de DORIS.

Origine du nom scientifique

Cliona : de Clio, nom d'une Néréide, nymphe de la mer dans la mythologie grecque.

schmidtii : en l'honneur de Eduard Oscar Schmidt (1823-1886), naturaliste allemand qui a, entre autre, publié sur les éponges de la mer Adriatique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Clionaida Clionaides
Famille Clionaidae Clionaïdés Eponges perforantes, avec des papilles inhalantes à la surface du substrat. Les spicules caractéristiques sont des tylostyles et des spirasters.
Genre Cliona
Espèce schmidtii

Nos partenaires