Clathria veinée à points blancs

Clathria (Thalysias) jolicoeuri | (Topsent, 1892)

N° 3950

Méditerranée, côtes occidentales de l'Afrique centrale

Clé d'identification

Éponge revêtante épaisse
Orange foncé à marron
Ponctuations blanches caractéristiques soulignant les canaux aquifères
Espèce des petits fonds durs semi-éclairés

Noms

Autres noms communs français

Clathria de Jolicoeur

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Clathria jolicoeuri (Topsent, 1892), alternative valide
Rhaphidophlus jolicoeuri
Topsent, 1892
Tenacia jolicoeuri
(Topsent, 1892)
Clathria (Microciona) jolicoeuri
(Topsent, 1892)
Thalysias jolicoeuri
(Topsent, 1892)

Distribution géographique

Méditerranée, côtes occidentales de l'Afrique centrale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce est présente avec certitude en Méditerranée depuis les côtes catalanes espagnoles jusqu'au sud de l'Italie ainsi qu'en mer Égée. On peut la rencontrer également sur les côtes occidentales de l'Afrique, de la Mauritanie au golfe de Guinée.

Biotope

Cette éponge vit sur des substrats* durs dans des biotopes* semi-ombragés de l'infralittoral* entre 2 et 15 m de profondeur. On la trouve sur les parois verticales ou sous les surplombs de la roche, sur les algues du genre Cystoseira, ou encore sur les coquilles de mollusques vivants comme les arches de Noé. De rares observations l'ont signalée jusqu'à 100 m de profondeur (mer Égée).

Description

Clathria (Thalysias) jolicoeuri est une éponge revêtante (c'est-à-dire couvrant largement les supports autour d'elle), de couleur orange foncé à marron, tendant parfois vers le rouge orangé. Elle est parsemée de nombreux points blancs soulignant un réseau aquifère* convergeant vers des oscules* ronds et légèrement surélevés. Elle forme des plaques épaisses de plusieurs cm². Elle peut prendre parfois une forme massive avec de nombreux lobes disparates et atteignant chacun 3 à 10 mm de diamètre. Sa consistance est molle.

Espèces ressemblantes

Spirastrella cunctatrix : de couleur orange terne, elle encroûte de larges surfaces sous les surplombs à l'abri d'un éclairement direct. Sa surface est plus rugueuse au toucher que Clathria jolicoeuri et ne présente pas de points blancs.

Crambe crambe : de couleur plus rouge-orangé vif, elle encroûte également les petits fonds éclairés. Elle peut aussi se présenter sous une forme lobée et recouvrir certaines coquilles de mollusques vivants (arches de Noé, spondyles…). Elle ne présente pas de points blancs.

Il est aussi possible de confondre cette éponge avec une ascidie coloniale, confusion facilitée par les points blancs qui simulent l'emplacement des zoïdes*.

Alimentation

Comme tous les spongiaires, Clathria (Thalysias) jolicoeuri est un animal filtreur* microphage* : les cils des choanocytes* créent des mouvements d'eau dans la cavité gastrique. L'eau entre par les nombreux petits trous (pores inhalants) et sort par les grands trous ou oscules (pores exhalants). Puis les cellules ciliées* captent et digèrent les particules organiques microscopiques et les produits de la digestion sont distribués aux autres cellules de l'organisme.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée (bourgeonnement), sans plus de détails pour cette espèce peu étudiée.

Vie associée

Cette éponge, comme Crambe crambe, peut recouvrir certaines coquilles de bivalves présents sur la roche et vivants (arches de Noé,…).

Clathria (Thalysias) jolicoeuri comme plusieurs autres éponges molles utilise parfois les scyphopolypes de Nausithoe punctata, un scyphozoaire, comme substitut aux fibres squelettiques, réduisant vraisemblablement ses dépenses métaboliques associées à la construction squelettique.

Divers biologie

Description microscopique :
Les spicules* mégasclères* sont des styles* lisses et robustes de 315-330 x 13-15 µm, des subtylostyles* droits et lisses de 335-360 x 4 µm disposés en touffes compactes dans l'ectoderme et, en petit nombre, de minuscules acanthostyles* épineux de 45 x 0,003 µm. Les microsclères* sont des toxes* de toutes tailles (30 à 330 µm) particulièrement nombreux.

Origine des noms

Origine du nom français

Clathria veinée à points blancs est une proposition des auteurs de DORIS.

Origine du nom scientifique

Clathria : du latin [clathri-] lui-même venant du grec [clathr-] = grillage, treillis, grille, à l'image du squelette de fibres de spongine* et de spicules mégasclères* formant un réseau.

jolicoeuri : en l'honneur du Docteur Henri Jolicoeur (1839-1895), collègue très apprécié d'Émile Topsent, biologiste marin spécialiste des éponges.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Poecilosclerida Poécilosclérides « Eponges à spicules variés ». Charpente de spicules siliceux (styles ou acanthostyles) renforcée de spongine. Plusieurs types de mégasclères et de microsclères (chèles, sigmas...).
Famille Microcionidae Microcionidés
Genre Clathria (Thalysias)
Espèce jolicoeuri

Nos partenaires