Clathria veinée

Clathria (Microciona) strepsitoxa | (Hope, 1889)

N° 3625

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Forme revêtante
Couleur rouge orangé
Canaux exhalants apparents
Oscules grands et surélevés

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Microciona strepsitoxa Hope, 1889
Clathria strepsitoxa (Hope, 1889)

Distribution géographique

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce est présente autour des îles Britanniques, en mer du Nord, en Manche ainsi qu’en Atlantique Nord-Est. On la rencontre également dans les archipels de Macaronésie (Açores, Canaries, Cap Vert) en Atlantique Est tropical et dans la partie occidentale de la Méditerranée.

Biotope

Cette éponge vit sur les parois rocheuses verticales, sur les pierres, les coquilles de bivalves (peignes) des premiers mètres jusqu'à l'étage circalittoral*. Elle préfère les zones à fort courant.

Description

Cette éponge revêtante, de couleur rouge orangé à rouge écarlate, forme de fines croûtes de quelques millimètres d'épaisseur sur des étendues de 10 à 20 cm². On observe à sa surface de nombreux canaux translucides qui convergent vers de grands oscules* aux bords légèrement surélevés. Les pores* inhalants sont minuscules et répartis sur la totalité de la surface.
Douce au toucher, elle est de consistance très friable.

Voir la description microscopique dans la rubrique "Divers biologie".

Espèces ressemblantes

De nombreuses éponges rouges revêtantes peuvent ressembler à Clathria (Microciona) strepsitoxa : Clathria (Microciona) atrasanguinea, Antho (Antho) inconstans, Crambe crambe ou Spirastrella cunctatrix. Une identification visuelle devient par conséquent très difficile et seule une observation des spicules* au microscope permettra de différencier ces espèces.

A ce propos, les photos que nous présentons ont été identifiées grâce à l'aide de spécialistes des spongiaires et, lorsque cela était possible, par l'examen des spicules au microscope.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* suspensivores* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas 3 micromètres en général. Le courant d’eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées* spécifiques des éponges : les choanocytes*. Celles-ci captent et digèrent les particules organiques microscopiques et les produits de la digestion sont distribués aux autres cellules de l’organisme. Les déchets non métabolisables sont évacués par des orifices exhalants : les oscules.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.

- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes*, aboutissant à la naissance d’une larve* ciliée* nageuse qui, après une courte vie pélagique*, se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. L’émission des gamètes* mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observée. Cette espèce est vivipare*.
- Asexuée : par bourgeonnement* ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu’existante, cette reproduction est relativement secondaire.

Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Divers biologie

Description microscopique : les spicules mégasclères sont des acanthostyles* légèrement courbés à tête lisse ou parfois faiblement épineuse (350-700 x 5-7 µm), des acanthostyles totalement épineux, droits ou légèrement courbés (70-200 x 4-6 µm) et des subtylostyles* longues aiguilles à tête rêche ou très légèrement épineuse (150-500 x 2-5 µm).
Les spicules microsclères sont des isochèles* palmés (12-20 µm) et des toxes* très fins de deux types : à grande courbure centrale (40-140 µm) et à petite flexion centrale (200-460 µm).
On notera que chez les éponges du sous-ordre Microcionina, les cellules dermiques peuvent, en contact avec le substrat ou divers corps étrangers, sécréter une substance muqueuse sous forme d’une membrane très fine ou cuticule protectrice.

Origine des noms

Origine du nom français

Clathria : le nom vernaculaire est directement dérivé du nom scientifique.
veinée : les canaux translucides visibles font penser à des veines.

Le site DORIS propose le nom de "clathria veinée" pour cette éponge.

Origine du nom scientifique

Clathria : du grec [clêtr] = grillage, à l'image du squelette de fibres de spongine et de spicules mégasclères formant un réseau.
strepsitoxa : du grec [strepsis] = tordu et [toxa] = toxes, nom des spicules microsclères* à un seul axe de symétrie (monaxone) en forme d'arc.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Poecilosclerida Poécilosclérides « Eponges à spicules variés ». Charpente de spicules siliceux (styles ou acanthostyles) renforcée de spongine. Plusieurs types de mégasclères et de microsclères (chèles, sigmas...).
Famille Microcionidae Microcionidés
Genre Clathria (Microciona)
Espèce strepsitoxa

Nos partenaires