Ver aux fils rouges

Cirriformia tentaculata | (Montagu, 1808)

N° 4362

Cosmopolite

Clé d'identification

De fins filaments rouges émergeant du sédiment
Nombreux filaments rouges à l'avant du corps mais aussi présence de filaments sur presque toute la longueur du corps
Tous les filaments tendent à être enroulés en spirale
Corps cylindrique jaune, orange ou brun rougeâtre, parfois vert bronze

Noms

Autres noms communs français

Ver spaghetti, ver miracle

Noms communs internationaux

Red-threads worm, vermicelli worm (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Terebella tentaculata Montagu, 1808
Audouinia tentaculata (Montagu, 1808)
Cirratulus tentaculata (Montagu, 1808)
Timarete tentaculata (Montagu, 1808)
Cirratulus lamarckii Audouin & Milne Edwards, 1834
Cirrhatulus lamarckii Audouin & Milne Edwards, 1834
Audouinia crassa Quatrefages, 1865
Audouinia lamarckii Quatrefages, 1866
Audouinia norwegica Quatrefages, 1866
Cirratulus atrocollaris Grube, 1877
Cirratulus comosus Marenzeller, 1879
Cirratulus pallidus Treadwell, 1931

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce est présente au sud de la Norvège, en mer du Nord, autour des îles Britanniques et sur la côte atlantique française. Elle serait présente, également, dans de nombreux endroits dans le monde.

Biotope

Cette espèce vit dans des eaux peu profondes, dans la vase noire, le sable vaseux dont celui des herbiers de zostères, le sable et sous les pierres. On la trouve également dans des zones polluées riches en matières organiques et dans un milieu riche en hydrogène sulfuré et très pauvre en oxygène mais aussi dans du sable propre et oxygéné.

Description

En général on n'observe que les filaments rouges très nombreux qui émergent du sédiment. L'animal mesure 10 à 20 cm de longueur sur 4 à 5 mm de largeur. Le corps cylindrique est jaune orange ou brun rougeâtre, parfois vert bronze et est constitué de nombreux (300) métamères* (ou anneaux) courts. On note aussi la présence de deux groupes de plus de 8 filaments tentaculaires filiformes rouges insérés, en arrière de la tête, seulement sur la face dorsale des segments 6-7.

Des branchies simples filiformes rouges (semblables aux filaments tentaculaires) sont disposées sur toute la longueur du corps sauf sur le pygidium* (dernier segment postérieur). Tous les filaments ont tendance à s'enrouler en spirale. Les branchies et les filaments tentaculaires peuvent être également bruns, brun-verdâtre, jaunes voire incolores chez les juvéniles.

Espèces ressemblantes

De nombreuses espèces proches ressemblent à Cirriformia tentaculata.

  • Timarete ou Cirriformia filigera (delle Chiaje, 1828). Espèce très proche car longtemps confondue avec C. tentaculata. Cette annélide polychète possède également deux groupes distincts de filaments tentaculaires insérés sur les segments 4-5. Son corps de couleur jaune orange ou rouge brique, avec branchies et tentacules rouge sang, parfois annelés de blanc peut mesurer jusqu'à 20-25 cm de longueur, sur 5-6 mm de largeur. On la trouve à marée basse et au voisinage de la côte dans la vase, le sable vaseux, les herbiers de zostères et de posidonies et sous les pierres. Elle est présente en Méditerranée, des deux côtés de l'Atlantique Nord et dans le sud du Brésil et aux Falklands (= les Malouines), dans le Pacifique et dans le golfe Persique.
  • Cirratulus cirratus (O.F. Müller, 1776). Cette annélide polychète possède, à partir du 3ème segment, de longues branchies rouges (parfois jaunes). A ce niveau il y a deux groupes de 2 à 8 filaments tentaculaires canaliculés un peu plus longs que les branchies. Son corps de couleur jaune, orange, rouge garance ou brunâtre peut mesurer 3 à 12 cm de long. Les branchies peuvent être présentes sur presque toute la longueur du corps mais en général elles sont plus nombreuses dans le premier tiers et sont peu enroulées en spirale. Cette espèce est enfouie dans la vase, le sable vaseux ou le sable, sous les blocs de rochers, dans les fissures et dans les crampons de laminaires, à partir de la basse mer. Elle est présente en mer du Nord, dans la Manche, en Atlantique, dans les mers arctiques, en Atlantique Sud (Magellan, Falklands ou Malouines), îles Kerguelen. Cette espèce est souvent en agrégation d'environ 200 individus, chaque femelle frayant une fois par an pour une longévité de 4 ou 5 ans. Les ovules et le sperme sont déposés dans des masses muqueuses attachées au sédiment ou dans les fissures rocheuses. La ponte de couleur jaune est vite recouverte de particules vaseuses, les larves* en sortent une semaine après.

La famille des Cirratulidés comprend plusieurs genres morphologiquement proches. La distinction entre les espèces nécessite une observation approfondie des différentes parties du corps et surtout des soies au microscope. Toutefois d'autres genres portent, à l'avant, une paire de gros palpes en plus des filaments tentaculaires et plus grands que les filaments branchiaux filiformes.
Plusieurs espèces de cette famille vivent sur des fonds à lithothamniées (algues rouges calcaires comme Lithophyllum incrustans)

Une autre famille d'annélides polychètes présente un panache de tentacules filamenteux étalés sur le substrat*. Ce sont les Térébellidés. La tête porte de nombreux tentacules mobiles longs, canaliculés et filiformes qui peuvent se raccourcir mais pas se rétracter. Juste en arrière de la tête, il y a 1 à 3 paires de branchies très ramifiées, plus courtes que les tentacules mais il n'y a pas de filaments sur tout le corps. Les espèces les plus fréquemment rencontrées sont :

  • Eupolymnia nebulosa (Montagu, 1819). Seul est visible un panache d'une centaine de tentacules plus pâles que le corps brun, rose, jaune, rouge ou blanc avec des points blancs irrégulièrement répartis. Les branchies sont rouges. C'est une annélide polychète vivant dans le sédiment ou sous des pierres. Son corps est cylindrique et mou mesurant de 150 à 170 mm de longueur pour une largeur de 3 à 8 mm. Elle vit dans un tube muqueux couvert de grains de sable et de débris de coquilles sous des pierres ou des coquilles, voire des crampons d'algues . On rencontre cette espèce en Europe du Nord-Ouest et autour des îles Britanniques dans les faibles profondeurs et en dessous.
  • Neoamphitrite figulus (Dalyell, 1853). Cette espèce était anciennement connue sous le nom Amphitrite johnstoni Malmgren 1865. L'animal peut mesurer jusqu'à 250 mm de long et possède un panache de longs tentacules orange, brun, jaune, rose et des branchies rouges. Il vit dans un tube en forme de U vertical. On rencontre cette espèce en Europe du Nord-Ouest et autour des îles Britanniques dans la vase, le sable vaseux et le gravier. Comme cette espèce tolère de faibles salinités, on peut également la trouver dans les estuaires.

Alimentation

C. tentaculata vit juste sous la surface du sédiment. Les filaments tentaculaires sortent du sédiment pour capturer les particules alimentaires présentes sur le fond. Celles-ci sont conduites à la bouche par des mouvements ciliaires. Les particules ingérées comprennent des débris d'algues, des foraminifères* et des radiolaires*.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés et peuvent être distingués au moment de la reproduction (printemps et été) par la couleur du corps des mâles (jaune) et des femelles (vert). Les gamètes* sont libérés dans le milieu extérieur où la fécondation a lieu. Les larves* mènent une brève vie planctonique* (environ 10 jours). La durée de vie des individus est d'environ 15 mois.

Dans une même ponte il a été observé la libération à la fois de larves planctoniques et de larves benthiques* morphologiquement semblables. Les larves planctoniques permettent une grande dispersion, alors que les larves benthiques assurent un recrutement immédiat à proximité des parents. Une telle stratégie de reproduction est peu commune et s'appelle la pœcilogonie (pœcilo = varié, gonie= reproduction).

Vie associée

Des organismes unicellulaires comme Opalina lineata Schultze, 1851 et des Grégarines comme Lecudina bogolepovae (Levine, 1971) ont été observés dans l'intestin.

Divers biologie

Dans les milieux riches en hydrogène sulfuré (H2S) et pauvres en oxygène, les branchies étendues à la surface du sédiment permettent les échanges respiratoires.

Informations complémentaires

Cette espèce sécrète à la surface de son corps un mucus qui a un goût vraisemblablement désagréable pour les poissons. Cette sécrétion contient des sulfamates d'alkylpyrrole servant de défense chimique. La couleur rouge des branchies (et souvent du ver) pourrait servir de signal (aposématique) d'avertissement.

Leur sang contient plusieurs types de pigments dont des erythrocruorines ayant une très forte affinité pour le dioxygène ce qui est indispensable pour un organisme qui vit dans des milieux très pauvres en oxygène.

Ces annélides polychètes par leurs mouvements assurent un transport en profondeur des composants du sédiment dans lequel elles vivent (bioturbation).

Il est possible que Cirriformia tenntaculata forme un complexe d'espèces jumelles.

Origine des noms

Origine du nom français

Traduction d'un des noms en anglais. Proposition de l'équipe DORIS.

Origine du nom scientifique

Cirriformia : en forme de cirre du latin [cirrus], nom de genre donné en 1936 par O. Hartman en remplacement du nom de genre Audouinia Quatrefages 1865 utilisé alors par Costa en 1834 et en 1851 pour un genre d'Amphipodes aujourd'hui synonyme de Corophium.
Audouinia Quatrefages 1865 est dédié à Jean-Victor Audouin (1797-1841) professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris.
tentaculata : du latin [tentare] = à tentacules, ce qui sert à tâter (latin médiéval) donc à tentacules.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Sedentaria - Canalipalpata Annélides polychètes sédentaires - Canalipalpata

Annélides polychètes sédentaires vivant dans des tubes ou des terriers semi-permanents, avec une paire de palpes creusés d'un sillon longitudinal cilié.

Ordre Terebellida Térébellides

Métamérie très altérée, présence de tentacules ciliés rétractiles dans la région antérieure servant à la capture des particules alimentaires. Nombreux palpes péristomiaux. Animaux essentiellement tubicoles.

Sous-ordre Cirratuliformia Cirratuliformes
Famille Cirratulidae Cirratulidés

Corps long et mince avec des parapodes peu développés munis de soies émergeant plus ou moins directement de la paroi du corps. Construisent des galeries dans les sédiments mous. Longues branchies filamenteuses rouges émergeant de la vase ou d'un creux de rocher.

Genre Cirriformia
Espèce tentaculata

Nos partenaires