Épervier à points rouges

Cirrhitichthys oxycephalus | (Bleeker, 1855)

N° 1167

Océan Indien, océan Pacifique, mer Rouge

Clé d'identification

Taches brun rougeâtre sur le corps, plus grandes vers l'avant
Taches sur la joue ne formant pas de lignes continues
Taches sur la nageoire dorsale et la queue
Nageoire dorsale en deux parties, petites touffes de cirres à l'extrémité des épines de la première partie
Petite touffe de cirres à l'arrière de chaque narine

Noms

Autres noms communs français
Poisson-épervier taché, épervier-lutin, poisson-faucon à tête pointue
Noms communs internationaux
Coral hawkfish, pixy hawkfish, spotted hawkfish (GB), Pesce falco folletto (I), Halcòn de coral (E), Gefleckter Büschelbarsch (D), Gevlekte koraalklimmer (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cirrhites oxycephalus (Bleeker, 1855)
Cirrhites grandimaculatus (Liénard, 1891)
Cirrhites murrayi
(Regan, 1909)
Cirrhitichthys corallicola
(Tee-Van, 1940)

Distribution géographique

Océan Indien, océan Pacifique, mer Rouge

Zones DORIS : Indo-Pacifique

On le rencontre dans tout l'Indo-Pacifique, depuis la côte est de l'Afrique (de la mer Rouge à l'Afrique du Sud), jusqu'à la côte occidentale de l'Amérique tropicale et dans la zone intertropicale. Plus précisément, concernant les côtes françaises d'outre-mer, il a été observé à Mayotte, à l'île de Clipperton et en Nouvelle-Calédonie.

Biotope

L'épervier à points rouges se rencontre dans les récifs coralliens, lagons et récifs externes, à une profondeur qui va de 1 à 40 m. On le voit souvent perché sur, ou à côté d'un massif de corail, mais aussi sur une éponge ou sur substrat rocheux.

Description

Ce poisson est souvent observé posé sur un corail dur, ou sur une éponge, ou même sur le fond. Il repose alors sur ses nageoires pectorales et sur sa nageoire caudale. Il peut mesurer jusqu'à 10 cm.
Son tégument de couleur blanchâtre (parfois rougeâtre) est parsemé de grosses taches dont la couleur varie du brun foncé au brun clair en passant par le rouge. Cette coloration, taches rougeâtres sur fond blanc, concerne l'ensemble du corps, y compris le pourtour des yeux, les nageoires dorsale et caudale ainsi que les lèvres. Les taches sont assez grosses dans la moitié antérieure du corps en arrière des opercules et s'amenuisent à mesure qu'on va vers l'arrière du poisson. Elles sont alignées selon quatre rangées horizontales et une ligne de petites taches est visible sur la ligne latérale. Sur les ouïes, le dessus de la tête, les nageoires, les taches sont de petite taille. Sous l'œil, elles sont parfois disposées selon une rangée verticale, mais ne forment jamais de ligne continue.
La nageoire dorsale est constituée de deux parties : les 10 premiers rayons sont surmontés à leur extrémité par une petite touffe de cirres, de couleur claire.Juste en arrière de chaque narine, se trouve également une petite touffe de cirres.
Les rayons inférieurs de la nageoire pectorale, sur lesquels le poisson prend appui, sont renforcés et ne sont pas reliés.
Sur l'opercule, au-dessus de la nageoire pectorale, peut se trouver une tache jaune ou brunâtre. La bordure qui se trouve à l'avant de l'opercule est denticulée.
Ses yeux sont mobiles, ce qui lui permet de surveiller son territoire et de chasser à l'affût.

Espèces ressemblantes

Cirrhitichthys aprinus a une livrée assez semblable à celle de C. oxycephalus, mais sa nageoire caudale n'a pas de taches. Sous l'œil, on voit des lignes obliques et l'ocelle sur l'opercule est plus visible. Son aire de répartition (du Japon à l'Australie) est plus réduite que celle de C. oxycephalus.

Cirrhitichthys falco est plus petit (7,5 cm) et a un museau plus pointu. Il présente sur le corps des taches plus petites, sur un fond de bandes brunâtres verticales de forme triangulaire situées à l'avant du corps. Il possède deux lignes nettes verticales sous l'œil, de couleur rougeâtre, et parfois une autre ligne nette médiane sur le museau. La coloration de la caudale est assez semblable à celle de C. oxycephalus.

Cirrhitichthys guichenoti a un long museau, des lignes sous l'œil et des taches sur la nageoire caudale. Les adultes présentent une bosse derrière la tête. Son aire de répartition est réduite (Afrique du Sud, îles Mascareignes ...)

Alimentation

Perché sur son support, il chasse à l'affût et bondit sur ses proies avec vivacité. C'est un poisson assez vorace, qui se nourrit de petits poissons et de crustacés.

Reproduction - Multiplication

Cirrhitichthys oxycephalus est une espèce hermaphrodite* protogyne* : tous les individus naissent femelle et peuvent changer de sexe. Le mâle est territorial et possède un harem. Le frai a lieu en couple, dans la colonne d'eau, juste avant ou après le lever du soleil. Les poissons remontent rapidement vers la surface sur une courte distance (de 30 cm à 1 m) et libèrent les gamètes. A ce moment, les cirres sur la nageoire dorsale sont dressés. Les œufs sont dispersés dans l'eau.

Divers biologie

Les piquants sur la nageoire dorsale permettent de dissuader les prédateurs.



Le comportement social et la reproduction des Cirrhitidés ont fait l'objet d'études scientifiques (par exemple Donaldson en 1990, Sadovy et Donaldson en 1995). Le fait que ces poissons soient hermaphrodites protogynes a été observé récemment. En effet, il a été remarqué qu'au sein d'un même groupe, les femelles sont plus petites que les mâles, ce qui suggère un hermaphrodisme protogyne. D'autres études histologiques confirmeraient ce résultat.
L'organisation sociale de ce poisson ainsi que son habitat varient selon les localisations. Le mâle est territorial, et possède un harem. Un groupe est donc constitué d'un seul mâle dominant et d'une ou plusieurs femelles. En certains endroits l'habitat de l'espèce est restreint aux coraux et le harem est composé d'une ou deux femelles seulement. Dans ce dernier cas, l'une des femelles partage le corail avec le mâle et l'autre réside dans un corail voisin. Dans d'autres lieux, où un autre cirrhitidé (Neocirrhites armatus) qui a pour habitat les coraux est présent, Cirrhitichthys oxycephalus vit sous ces mêmes coraux et non dessus. Il a alors été observé que le mâle possède un harem de plus de deux femelles.

Informations complémentaires

L'épervier à points rouges s'enfuit à l'approche du plongeur. Mais si celui-ci reste immobile et patient, il pourra voir revenir le poisson, qui aime se poser sur un perchoir favori, d'où il surveille les environs, à la recherche d'une proie.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-faucon (ou épervier) : pour illustrer que, monté sur un perchoir, il chasse à l'affût, fondant en un éclair sur sa proie, tel le rapace du même nom.
A points rouges : en raison de la présence des taches sur son corps.
Lutin : probablement en raison de sa taille et de ses mouvements qui peuvent être vifs.

Origine du nom scientifique

Cirrhitichthys : du latin [cirrus] = touffe de cheveux et du grec [ichthus] = poisson, en référence aux cirres sur la nageoire dorsale et derrière les narines.
oxycephalus : du grec [oxy-] = aigu, pointu, vif et [kephal-] = tête. Ce terme pourrait faire référence à la tête relativement pointue du poisson.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Cirrhitidae Cirrhitidés
Genre Cirrhitichthys
Espèce oxycephalus

Nos partenaires