Murex bruni

Chicoreus brunneus | (Link, 1807)

N° 4843

Indo-Pacifique

Clé d'identification

Forme plus ou moins losangique
3 varices axiales sur chaque tour
Épines branchues et foliacées
6 à 7 cm de hauteur en moyenne
Couleur brun chocolat
Lignes en spirales plus foncées
Labre dentelé
Ouverture blanche soulignée de rose

Noms

Autres noms communs français

Murex brûlé, murex ardant, murex noir

Noms communs internationaux

Adusta murex, burnt murex (GB), Gebrannte Stachelschnecke, Purpurschnecke (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Purpura brunneus Link, 1807
Chicoreus (Triplex) brunneus
(Link, 1807)
Murex brunneus
(Link, 1807)
Triplex flavicunda
Perry, 1810
Triplex rubicunda
Perry, 1810
Chicoreus adustus
Lamarck, 1822
Murex
adustus Lamarck, 1822
Murex erithrostomus
Dufo, 1840
Murex australiensis
A. Adams, 1854
Murex despectus
A. Adams, 1854
Murex huttoniae
Wright, 1878
Murex oligocanthus
Euthyme, 1889

Distribution géographique

Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Chicoreus brunneus est largement répandu dans tout l'Indo-Pacifique : des côtes orientales de l'Afrique à l'est, à la Polynésie à l’ouest ; du Japon au nord jusqu'en Nouvelle-Galles du Sud en Australie au sud.

Biotope

Cette espèce benthique* vit en eau peu profonde entre 0 et 20 m de profondeur. Elle occupe des substrats* très variables : fonds de roche, récifs de corail, fonds meubles de sable corallien ou vaseux.

Description

La coquille de ce murex est de forme plus ou moins losangique. Elle est solide, lourde et épaisse. La spire* conique se termine par un apex* pointu. On observe sur chaque tour 3 varices* axiales* proéminentes disposées presque parallèlement à l'axe autour duquel s'enroulent les spires de la coquille. Elles supportent en moyenne 6 épines de taille différente, branchues et foliacées et reliées entre elles par de nombreuses côtes spiralées. La taille moyenne de la coquille est d'une soixantaine de millimètres mais elle peut atteindre 110 mm chez de rares individus.

La couleur extérieure de la coquille est brun chocolat avec des lignes en spirales plus foncées. Une forme orange existe sous l’appellation Chicoreus brunneus f. huttoniae Whright, 1878 ; elle est rencontrée en Nouvelle-Calédonie et aux Philippines.

L’ouverture est de forme ovale, elle est fermée par un opercule* corné onguiforme*. Sa surface est lisse et sa couleur blanche, son bord parfois souligné de rose ou d’orange. Sa partie supérieure présente une entaille profonde et étroite, le canal postérieur.

La lèvre interne, ou bord columellaire*, est plissée, l’externe, ou labre*, est dentelée. Le canal siphonal est large, relativement court et étroitement ouvert. Il est légèrement recourbé dans sa partie distale*.

Comme tous les Muricidés, Chicoreus brunneus ne possède pas de périostracum* mais sa coquille est souvent recouverte d’autres organismes comme des éponges ou des algues encroûtantes.

L'anatomie de ce murex est en rapport avec son genre de vie et son régime alimentaire. Il possède un pied* large, plat et musculeux très puissant pour sa locomotion. Les tentacules* sont courts et portent des yeux à leur base du côté externe. La trompe* est longue. La tête et le pied peuvent se rétracter entièrement dans la coquille obstruée alors par l’opercule situé sur la queue du pied.

Espèces ressemblantes

Chicoreus torrefactus : sa coquille est plus élancée et plus pointue aux 2 extrémités. Son ouverture est blanche avec des lèvres jaunes ou orange.

Chicoreus ramosus : ce murex est beaucoup plus grand, il peut atteindre 30 cm de hauteur, et sa couleur est blanc grisâtre.

Alimentation

Les murex sont nécrophages* et sont des prédateurs carnivores et perceurs. Leur radula*, qui présente des rangées de trois dents, est adaptée pour perforer la coquille d'autres mollusques (le plus souvent des bivalves) en formant un trou circulaire évasé vers l'extérieur. Une glande localisée dans le pied, se dévagine et injecte une sécrétion d'enzymes probablement acide. Ces enzymes éliminent le substrat organique autour duquel sont assemblés les cristaux de carbonate de calcium. Le murex se nourrit de la chair de sa proie en introduisant sa trompe* tout en s'aidant de sa radula.

Reproduction - Multiplication

Comme tous les Muricidés, les sexes sont séparés chez le murex bruni (espèce gonochorique*) et la fécondation est interne. Les œufs, de cette espèce vivipare*, sont contenus dans une enveloppe cornée dite capsule ovigère*. Ils sont en forme de tubes blancs fixés les uns sur les autres. Ils sont déposés par l’individu femelle et accrochés à la paroi rocheuse sous de grands rochers. Les embryons se développent en larves* trochophores* pélagiques* puis en larves véligères*. Après une dernière métamorphose*, elles tombent sur le fond et deviennent en tous points identiques aux adultes.

Vie associée

La coquille vide de ce murex est souvent occupée par un petit bernard-l'ermite de la famille des Diogénidés : Clibanarius zebra (Dana, 1852).

Divers biologie

Comme la plupart des gastéropodes de la famille des Muricidés, cette espèce produit de la pourpre. Ce liquide rouge violacé sécrété par la glande hypobranchiale du mollusque est connu depuis l’Antiquité ; il servait à teindre les vêtements des cardinaux ou des hauts dignitaires phéniciens, grecs ou romains. Il fut jusqu’à la fin du Moyen-Age symbole de puissance, de pouvoir et de beauté.

Informations complémentaires

Ce murex est récolté fréquemment par les populations côtières qui l’utilisent comme nourriture.

Origine des noms

Origine du nom français

Murex : mot latin désignant dans l'antiquité un coquillage dont on tirait la pourpre.

bruni : aspect de la coquille dont la couleur fait pensé à un objet qui a subi l'action du feu.

Origine du nom scientifique

Chicoreus : du grec [kikhora], puis du latin [cichoreum] = chicorée. Le genre Chicoreus a été créé par Montfort en 1810 en relation avec la forme frisée des feuilles de chicorée.

brunneus : mot germanique puis latin scientifique = brun.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Neogastropoda Néogastéropodes Coquille avec canal siphonal bien développé. Un repli du manteau forme un tube extensible : le siphon. La plupart sont des prédateurs ou nécrophages. Tous marins sauf le genre Clea.
Famille Muricidae Muricidés

Coquille spiralée, de forme et de taille variables (13 mm à 300 mm environ), souvent ventrue avec un apex court ; en général de fortes varices qui, selon la forme du bord du manteau ont l'aspect de bourrelets, bosses, plis, épines et peuvent être ramifiées, écailleuses ou tuberculées. La croissance est périodique. La disposition et le nombre de ces varices est caractéristique de chaque espèce. Le canal siphonal est court ou très long, ouvert ou partiellement fermé. D'après Lindner 2011:97.

Sous-famille Muricinae Muricinés
Genre Chicoreus
Espèce brunneus

Nos partenaires