Ceramium de Shuttleworth

Ceramium shuttleworthianum | (Kützing) Rabenhorst 1847

N° 5560

De l'Islande au Portugal

Clé d'identification

Thalle rouge sombre, généralement de quelques centimètres de long, formant des coussinets denses à marée basse
Thalle constitué de rameaux fins, souples, de diamètre constant, ramifiés de manière dichotome
Apex fortement enroulé en forme de tenailles
Articulations cortiquées à chaque nœud, donnant une apparence régulièrement rayée
Présence d’épines tricellulaires et pigmentées sur le bord externe des rameaux

Noms

Noms communs internationaux

Pigget rekeklo (Norvège)

Synonymes du nom scientifique actuel

Ceramium ciliatum var. acanthonotum Carmichael, 1833
Acanthoceras shuttleworthianum Kützing, 1842
Ceramium acanthonotum (Carmichael) J.Agardh, 1844
Ceramium acanthonotum var. coronatum Kleen, 1874
Ceramium acanthonotum f. coronatum (Kleen) Kjelman, 1880

Distribution géographique

De l'Islande au Portugal

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

Cette espèce est présente sur les côtes européennes du Portugal à la Scandinavie ainsi que sur les côtes islandaises.

Biotope

L’espèce se rencontre couramment sur les côtes rocheuses exposées à la houle, dans la zone à Fucus vesiculosus, où elle peut être particulièrement abondante sur les moules. Elle vit fixée sur la roche ou en épibionte* d’animaux ou d’autres algues. Elle est rencontrée exceptionnellement dans des flaques. Elle n’est, en revanche, jamais rencontrée dans l’étage infralittoral*.

Ceramium shuttleworthianum est une espèce caractéristique de l’habitat EUNIS* A1.111 (Mytilus edulis et balanes sur roche médiolittorale* très exposée).

Description

Le thalle* est souple et constitué de rameaux cylindriques fins (moins d’un millimètre de diamètre), rouge vif à rouge-brun, pouvant constituer des touffes denses sur la roche ou les moules. Les rameaux sont ramifiés de manière dichotomique*. Leur apex* est fortement recourbé pour former une sorte de tenaille. Les rameaux font habituellement quelques centimètres de longueur, mais le thalle peut, lorsque les conditions sont favorables, atteindre jusqu’à 15 cm de long.

Une observation de près permet de distinguer des bandes alternées claires (articles) et sombres (nœuds).
Les bandes sombres correspondent aux nœuds couverts de cellules corticales*. Les entre-nœuds n’ont pas de cellules corticales et apparaissent donc clairs. La longueur des entre-nœuds est plus importante à la base du thalle qu’à l’extrémité des rameaux.

Une observation à la loupe permet de distinguer des épines pigmentées tricellulaires claires sur la partie externe des rameaux. Ces épines comportent deux cellules nues du côté distal (près de l'extrémité) et une cortiquée à la base.

Espèces ressemblantes

La plupart des espèces de Ceramium se ressemblent au niveau macroscopique. Un examen à la loupe binoculaire est donc indispensable pour être certain de la détermination.

Trois espèces de Ceramium possèdent des épines :
  • Ceramium echionotum a des épines très fines, constituées d’une seule cellule.
  • Ceramium ciliatum a des épines plus épaisses et pluricellulaires, la cellule basale étant nettement allongée et non cortiquée. Ces épines sont par ailleurs disposées tout autour de l’axe (disposition verticillée*).

Alimentation

Comme toutes les algues, Ceramium shuttleworthianum est autotrophe* photosynthétique*. L'algue tire son énergie de la lumière solaire, et grâce à l'absorption d'eau, de dioxyde de carbone et des sels minéraux dissous dans l’eau, elle fabrique (photosynthèse*) les matières organiques nécessaires à son développement.

Reproduction - Multiplication

Le cycle de vie est le cycle trigénétique* classique des Floridéophycées, avec une succession de gamétophytes*, de carposporophytes et de tétrasporophytes*.

Les gamétophytes sont gonochoriques*. Dans les eaux britanniques, les tétrasporanges* sont généralement produits de mai à octobre. Les carpogones* sont produits de mai à juillet et les carposporophytes sont visibles de juin à décembre.

Les tétrasporocystes* sont situés à la partie supérieure des nœuds. Les spermatanges* forment des zones claires sur les nœuds.

Dans le nord de sa zone de répartition, Ceramium shuttleworthianum ne produit plus que des tétrasporophytes, les phases de reproduction sexuée étant inhibées.

Vie associée

L’algue peut être contaminée par le champignon Eurychasmidium tumefaciens. Cette infection touche principalement la cellule apicale des axes. Après contamination, la cellule apicale perd son rôle dans la croissance de l’algue et des rameaux adventices se développent. Les cellules corticales* des nœuds peuvent également être infectées, mais ceci ne conduit pas à l’apparition de rameaux adventices.

Informations complémentaires

L’espèce a initialement été décrite en 1833 par le botaniste écossais Dugald Carmichael (1772-1827) sous le nom de Ceramium ciliatum var. acanthonotum, dans un manuscrit (Algae Appinensis) jamais publié. En 1842, lors de ses travaux de révision du genre Ceramium, le botaniste prussien Friedrich Traugott Kützing (1807-1892) a décrit cette espèce sous le nom de Acanthoceras shuttleworthianum. En 1847, le botaniste allemand Gottlob Ludwig Rabenhorst (1806-1881) a finalement replacé cette espèce dans le genre Ceramium.

Origine des noms

Origine du nom français

Céramium de Shuttleworth est la francisation du nom scientifique

Origine du nom scientifique

Ceramium : bien que le botaniste allemand Albrecht Wilhelm Roth (1757-1834) n’ait pas spécifié l’origine du nom du genre Ceramium dans sa description originale, il est probable que celui-ci dérive du grec ancien [Ceramion]= cruche. Ce nom ferait référence à la forme des cystocarpes* d’une espèce que Roth avait rattachée au genre Ceramium qu’il créait, aujourd’hui rattachée au genre Gracilaria.

shuttleworthianum : selon Peter Dixon (1960b) ce nom d’espèce est dédié à un lieu-dit de la côte irlandaise, d’où proviendrait l’échantillon utilisé par Kützing lors de ses travaux sur le genre Ceramium. Apparemment il n'y aurait pas de "Shuttleworth" connu en Irlande, donc le lieu précis de récolte du spécimen examiné par Kützing reste inconnu…

Très probablement : l'espèce a été dédiée par Kützing au botaniste anglais Robert James Shuttleworth (1810-1874), médecin britannique, malacologue et botaniste qui a récolté l'algue en Irlande.

Classification

Numéro d'entrée WoRMS : 144563

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Rhodobionta / Rhodophyta Rhodobiontes Algues rouges, pour la plupart marines.
Sous-embranchement Eurhodophytina
Classe Florideophyceae Floridéophycées

Thalle élaboré formé de fins filaments branchés ou en lames.

Sous-classe Rhodymeniophycidae Rhodyméniophycidées
Ordre Ceramiales Céramiales Structure toujours uniaxiale.
Famille Ceramiaceae Céramiacées
Genre Ceramium
Espèce shuttleworthianum

Nos partenaires