Eponge-coussin épineuse

Biemna variantia | (Bowerbank, 1858)

N° 4204

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest, Méditerranée (rare)

Clé d'identification

Forme de petits coussinets
Aspect hérissé
Couleur beige à marron clair
Nombreux oscules exhalants

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Halichondria varantia Bowerbank, 1858
Desmacella variantia (Bowerbank, 1858)
Hymeniacidon variantia (Bowerbank, 1858)
Desmacidon peachii Bowerbank, 1866
Biemna peachii (Bowerbank, 1866)
Desmacidon korenii Schmidt, 1875
Gellius capillifer Levinsen, 1887
Biemna capillifera (Levinsen, 1887)
Biemna groenlandica (Fristedt, 1887)
Raphiodesma aculeatum Topsent, 1888
Biemna hamifera (Lundbeck, 1902)
Gellius gemmuliferus Breitfuss, 1912

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest, Méditerranée (rare)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Cette espèce est présente dans l'océan Arctique de l'est du Groenland à la mer de Barents, en mer du Nord, en Manche, en Atlantique Nord-Est de l'Irlande au nord jusqu'au sud du Portugal.
Elle a également été signalée aux îles Canaries et en mer d'Alboran à l'ouest de la Méditerranée.
En Atlantique Nord-Ouest on l'observe sur les côtes sud du Groenland ainsi que dans le détroit du Saint-Laurent au Canada.

Biotope

Biemna variantia préfère les parois rocheuses verticales dans des sites aux courants modérés. On peut la rencontrer également sous les pierres ou sur des éboulis rocheux. Sa présence dans les estuaires n'est pas rare car elle supporte bien les eaux saumâtres.
On peut l'observer de la zone intertidale* jusqu'à 1600 m de profondeur.

Description

Cette éponge revêtante, forme de petits coussinets couverts de petits conules* fins et rapprochés donnant à l'ensemble un aspect hérissé dû à la présence de spicules* qui dépassent de la surface. Certains individus (adultes ?) peuvent prendre une forme d'éventail ou de coupe.
Sa couleur est beige, marron clair, parfois jaunâtre. Sa taille est modeste puisqu'elle ne dépasse guère 7 à 8 cm de diamètre pour une épaisseur de 1 à 2 cm. Douce au toucher elle est fragile et friable.
De nombreux oscules* sont disposés sans ordre défini à la surface de l'éponge. De microscopiques pores* inhalants sont visibles entre les conules.

Voir la description microscopique dans la rubrique "Divers biologie".

Espèces ressemblantes

Dysidea fragilis : si l’aspect général peut prêter à confusion, la couleur blanche de l’éponge mie de pain mouillée ôtera tout doute. Un examen microscopique confirmera l’identification puisque Dysidea fragilis est dépourvue de spicules propres alors que Biemna varantia possède de nombreux spicules mégasclères* et microsclères*.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* suspensivores* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas en général 3 micromètres.
Le courant d’eau nécessaire est créé par le mouvement des flagelles* des cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*. L'ensemble pénètre avec le courant d'eau via de tout petits trous, les ostioles*, puis est capté par les choanocytes.
La digestion est intracellulaire, les déchets non métabolisables sont évacués par des orifices exhalants : les oscules*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.

  • Sexuée : cette éponge est hermaphrodite* comme le sont la plupart des éponges. Les gamètes* mâles et femelles d'une même éponge ne sont pas expulsés au même moment. Cette éponge est vivipare* et donne naissance à une larve* de type « parenchymella*», dernier stade embryonnaire, qui, libérée par l'oscule, se fixera sur son support après quelques jours de vie pélagique*.
  • Asexuée : par bourgeonnement* ou bouturage de fragments qui se détachent de l'éponge mère pour se fixer un peu plus loin.

On notera que les éponges ont une forte capacité de régénération.

Divers biologie

Description microscopique :
Les spicules mégasclères sont des styles* droits ou légèrement courbes de 360-700 µm de longueur. Les microsclères très nombreux sont de trois catégories : des sigmas* de 2 tailles 10-20 µm et 50-70 µm, des raphides* de 165 µm rassemblés les uns à côté des autres et des commas* fusiformes de 63 µm.

Origine des noms

Origine du nom français

Éponge-coussin : forme de cette espèce.
épineuse : aspect donné par les conules fins et hérissés.

Éponge-coussin épineuse est une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Biemna : du latin [bi] = deux et [mni] = doux, mou, à l'aspect de mousse.
variantia : mot latin = variété, faisant référence à la diversité de ses spicules.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Biemnida Biemnides
Famille Biemnidae Biemnidés
Genre Biemna
Espèce variantia

Nos partenaires