Baliste-clown

Balistoides conspicillum | (Bloch & Schneider, 1801)

N° 1335

Océan indien, Pacifique tropical

Clé d'identification

Poisson ovale, noir avec de nombreuses taches blanches sur le ventre
Bande orange en avant des yeux
Nageoire anale et seconde dorsale symétriques
Ces deux nageoires sont situées en arrière du corps
Petite bouche avec des lèvres orange
Nageoire caudale jaunâtre bordée de noir
Motif léopard sur le dos

Noms

Autres noms communs français
Baliste léopard
Noms communs internationaux
Clown triggerfish (GB), Leoparden Drückerfisch (D), Pesce balestra pagliaccio (I), Pez ballesta payaso (E), Luipaard trekkervis (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Balistes conspicillum Bloch & Schneider, 1801
Balistoides niger (non Bonaterre, 1788)

Distribution géographique

Océan indien, Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Balistoides conspicillum est présent de l'Afrique de l'Est (du Kenya au nord de l'Afrique du Sud) à la côte ouest américaine (de la Basse-Californie aux Galápagos)  et du sud du Japon à l'île Lord Howe (est de l’Australie).

Biotope

Le baliste clown se rencontre sur les pentes externes de 1 à 75 m de profondeur, où il nage généralement en pleine eau, à une certaine distance du récif. Les juvéniles préfèrent les petites grottes et les surplombs des tombants, généralement à plus de 20 m de profondeur.

Description

Ce baliste peut atteindre 50 cm. Le corps de forme ovale est comprimé latéralement. Sa coloration est noire, avec de grosses taches blanches plus ou moins rondes sur la moitié inférieure du corps. Chez certains individus, le centre de ces taches blanches est noir. Les lèvres sont orange, de même qu'une bande en avant des yeux. La partie centrale de la nageoire caudale est jaunâtre. On trouve enfin une série de petites taches noires bordées de jaune-vert, rappelant la robe du léopard, sous la première nageoire dorsale. Les yeux sont situés très haut sur la tête.
La première nageoire dorsale est constituée d'une forte épine et de deux plus petites. Cette nageoire peut se replier dans une gouttière dorsale pour disparaître complètement. La deuxième nageoire dorsale et la nageoire anale sont de taille identique et placées de façon symétrique en arrière du corps. Les nageoires pelviennes sont fusionnées et réduites à une épine sur le ventre. La bouche, très petite par rapport au corps, ressemble vaguement à un bec d'oiseau et possède de grandes dents robustes. Le corps est couvert de larges écailles bien visibles. Sur le pédoncule caudal, les écailles ornées de petites épines, forment trois rangées longitudinales.

Les juvéniles sont noirs avec des taches circulaires blanches sur tout le corps. Les lèvres et le sommet du dos sont orange.

Espèces ressemblantes

Les balistes ont une forme caractéristique qui permet de les identifier rapidement. La coloration unique du baliste-clown empêche toute confusion avec une autre espèce.
La seule autre espèce du genre Balistoides, le baliste olivâtre (B. viridescens), est beaucoup plus gros et de coloration verte avec la queue blanche et une moustache sombre.

Alimentation

Balistoides conspicillum se nourrit d’éponges, d’hydrozoaires, de bryozoaires et d'algues calcaires.

Reproduction - Multiplication

Balistoides conspicillum présenterait selon certains auteurs un dimorphisme sexuel.
Les femelles pondent leurs œufs dans un nid formé de sable et de restes de coraux morts, qu’elles défendent farouchement contre les intrus.

Divers biologie

Les balistes-clowns sont plutôt rares et solitaires mais territoriaux, défendant de vastes zones de tombants. Leur robe bigarrée permettrait d’estomper les contours de leur silhouette, et pourrait également jouer un rôle dans la reconnaissance des sexes.

La première épine dorsale peut se verrouiller en position verticale, la base de la deuxième épine venant bloquer la première. Il est alors impossible de la débloquer et la rabattre, sauf en appuyant sur la troisième épine, la plus petite, ce qui débloque le système. Semblable à la gâchette d'une arme à feu, ce système a donné son nom anglais aux balistes : triggerfish = poissons-gâchettes. La nuit, les balistes dorment dans des anfractuosités et s’y bloquent en relevant leur "gâchette", ce qui empêche de les en déloger. Les individus plus petits utilisent également cette stratégie durant la journée en cas de danger. Les balistes redressent également leur première épine dorsale pour impressionner un adversaire et lors de la parade nuptiale.

Les yeux des balistes peuvent s'orienter de façon indépendante l'un de l'autre. Pour se déplacer, les balistes utilisent la deuxième nageoire dorsale et la nageoire anale, la caudale n’étant utilisée que pour de brèves accélérations.

Informations complémentaires

Le baliste-clown peut vivre plus de 10 ans, et transmettre la ciguatera*.

Très recherché par les aquariophiles, le baliste clown est cependant extrêmement aggressif avec tout autre poisson, et nécessite des volumes d'eau considérables étant donnée la taille qu’il peut atteindre.

Origine des noms

Origine du nom français

Baliste-clown : du fait de sa coloration.

Origine du nom scientifique

Balistoides : du latin [balista] et [oides] = qui a la forme d’une baliste (machine de guerre antique projetant des pierres ou des traits -grandes flèches-), en référence à la première épine dorsale qui se redresse rapidement quand l'animal est menacé.

conspicillum : du latin [conspicillum] = observatoire, et par extension : longue-vue, lunette, monocle, probablement en référence aux taches blanches circulaires qui couvrent son ventre.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet".
Famille Balistidae Balistidés La première épine de la première nageoire dorsale peut se bloquer en position verticale.
Genre Balistoides
Espèce conspicillum

Nos partenaires