Eponge jaune digitée

Axinyssa digitata | (Cabioch, 1968)

N° 4021

Méditerranée et Atlantique européen

Clé d'identification

Eponge massive jaune citron
Taille d'une vingtaine de cm
Nombreuses protubérances pointues verticales
Protubérances couvertes de petites crêtes longitudinales hispides (= rugueuses à poilues)
Habituellement profonde et sur des roches ensablées

Noms

Noms communs internationaux
Spugna gialla digitata (I)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pseudaxinyssa digita Cabioch, 1968

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique européen

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce se rencontre en Méditerranée, en mer du Nord, Manche et Atlantique Nord-Est tout autour des îles Britanniques. En France sa présence a été observée sur la côte nord de la Bretagne (Roscoff, île de Batz) et en Méditerranée (Provence, Côte d'Azur, Corse). En Méditerranée orientale elle a été recensée en mer Levantine (Liban, Syrie) et en mer Égée (Turquie). On notera sa présence également au sud de l'Espagne près du détroit de Gibraltar.

Biotope

Axinyssa digitata vit sur les fonds rocheux du détritique* côtier principalement entre 30 et plus de 100 m de profondeur. En Méditerranée elle affectionne surtout l'écosystème du coralligène*. Elle préfère les surfaces horizontales légèrement recouvertes de sédiments meubles.

Description

Axinyssa digitata est une éponge massive, d'une vingtaine de centimètres, revêtant une forme buissonnante. Elle se caractérise par la présence de nombreuses protubérances se terminant en pointe et implantées verticalement. Ces digitations, de 1 à 2 cm de hauteur, sont entièrement couvertes de petites crêtes longitudinales espacées de 0,5 à 1,5 mm donnant à l'ensemble cet aspect hispide*. Sa couleur est jaune citron uniforme.

Espèces ressemblantes

Axinyssa aurantiaca : sa surface est entièrement lisse et exempte de digitations. Cette espèce étant absente de Manche-Atlantique la confusion n'est donc pas possible dans cette zone. Mais en Méditerranée où les deux espèces cohabitent, l'observation des spicules* au microscope est nécessaire pour les identifier.

Cliona celata : si la couleur peut prêter à confusion, l'absence de digitations et la présence de ventouses caractéristiques ôteront tout doute.

Ciocalypta penicillus : les digitations sont blanc jaunâtre, toujours transparentes et lisses. On notera la présence d'un axe central caractéristique. La base de l'individu n'est pratiquement jamais visible car cachée par la présence de sédiments meubles.

Alimentation

Comme presque tous les spongiaires, Axinyssa digitata est un animal filtreur* microphage* : les cils des choanocytes* créent des mouvements d'eau dans la cavité gastrique. L'eau entre par les nombreux petits trous (pores inhalants) et sort par les grands trous ou oscules* (pores exhalants). Puis les cellules ciliées captent et digèrent les particules organiques microscopiques et les produits de la digestion sont distribués aux autres cellules de l'organisme.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
Sexuée : comme la plupart des éponges, Axinyssa digitata est hermaphrodite*. Les œufs donnent des larves* ciliées nageuses de type « parenchymella* » qui seront emportées par le courant. Après métamorphose elles se fixeront finalement sur le substrat*.
Asexuée : elle forme des bourgeons qui germent et donnent de nouveaux individus. Ce type de reproduction permet l'extension des colonies d'éponges.
Comme toutes les éponges, Axinyssa digitata possède un grand pouvoir de régénération : un fragment d'éponge peut donner un nouvel individu.

Divers biologie

L'examen du choanosome*, zone qui renferme les corbeilles vibratiles, montre que les spicules*, liés entre eux par des fibres de spongine*, sont disposés de façon confuse et désordonnée à la base de l'éponge et que l'organisation devient plus régulière et plumeuse vers la surface.
Les spicules mégasclères* diactines* sont exclusivement des oxes* (315-890 µm) de forme assez variable. Si la plupart possèdent la forme typique d'une aiguille courbe aux deux extrémités pointues, certaines peuvent présenter une légère boursouflure en leur milieu.
Il n'y a pas de spicules microsclères*.

Origine des noms

Origine du nom français

Éponge jaune digitée est une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Axinyssa : de [axi] = axe, essieu et du grec [nyssa] = but, commencement. Pourrait signifier, conformément à la définition du genre, que les spicules* sont organisés en faisceaux à angles droits près de la surface de l'éponge et soutiennent de fins conules*.

digitata : du latin [digitus] = doigt de la main. Nom donné en rapport avec la forme digitée de cette espèce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Suberitida Subéritides
Famille Halichondriidae Halichondriidés
Genre Axinyssa
Espèce digitata

Nos partenaires