Axinelle-entonnoir

Axinella infundibuliformis | (Linnaeus, 1759)

N° 218

Manche

Clé d'identification

Forme de coupe
Couleur jaune-crème

Noms

Autres noms communs français

Eponge-girolle

Noms communs internationaux

Cup-like Sponge (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Tragosia infundibuliformis (Linnaeus, 1759)

Distribution géographique

Manche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Mer de la Manche. Des îles Féroé au nord jusqu'aux côtes françaises du nord-ouest en passant par l'Irlande et la côte ouest de la Grande Bretagne.

Biotope

Ce spongiaire vit sur les fonds rocheux, habituellement sur des surfaces horizontales ou des crevasses de l’infralittoral* et du circalittoral* jusqu’à 630 m de profondeur. Cette espèce est assez tolérante quant à la présence de sédiments.

Description

Cette éponge en forme de coupe ou d’entonnoir, parfois d’éventail, est de couleur jaune-crème et de consistance assez ferme. Elle est fixée au substrat par un petit pédoncule. La paroi, généralement mince, est d’épaisseur égale. Le bord externe est arrondi. La surface est lisse. Les oscules, de petite taille, s’étendent uniformément sur toute la surface de l’éponge. Le diamètre peut atteindre 25 cm, mais dans la plupart des cas il est plus petit.

Espèces ressemblantes

Phakellia ventilabrum (Linnaeus, 1767) : espèce plus grande, plus fragile et dont la coupe possède une bordure nette.

Alimentation

Comme la majorité des éponges, c’est un animal filtreur planctonophage suspensivore actif qui peut inhaler de grandes quantités d’eau par des myriades de pores. On retrouve donc cette éponge plus volontiers dans les endroits riches en plancton et en bactéries.
Des cellules cilliées spécifiques des éponges, les choanocytes*, se mettent en mouvement pour créer le courant d’eau nécessaire à cette forme d’alimentation. Le système de filtre permet la sélection de très fines particules, très abondantes, où la concurrence alimentaire est rare.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes, aboutissant à la naissance d’une larve ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont généralement hermaphrodites, l’émission des gamètes mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observé.
- Asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu’existante, cette reproduction est relativement secondaire. Les éponges ont une énorme capacité de régénération.

Divers biologie

Spicules : les mégasclères* sont des styles (260/360 µm) et des oxes (210/280 µm), présence occasionnelle de strongyles*. Les microsclères* sont des trichodragmates* assez longs.

Origine des noms

Origine du nom français

Axinelle : traduction littérale du nom scientifique.
Entonnoir : en rapport à sa forme.

Origine du nom scientifique

Axinella : du latin = petite hache, lui-même d’origine grecque [Axine] = hache en grec.
infundibulum : mot latin = entonnoir.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Axinellida Axinellides
Famille Axinellidae Axinellidés Squelette axial formé de grands spicules monaxones : oxes, strongyles ou styles.
Genre Axinella
Espèce infundibuliformis

Nos partenaires