Ascidie rectangulaire

Ascidia virginea | Müller, 1776

N° 1185

Atlantique Nord (Est et centre), Manche et Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Ascidie solitaire, allongée ou dressée
Forme rectangulaire
Siphons très proches l’un de l’autre
Taille de 8 centimètres maximum
Tunique propre, lisse et translucide
Couleur blanc laiteux à rosâtre

Noms

Noms communs internationaux
Rectangular sea-squirt (GB), Ascidia rectangular (E, P), Rechteckige Seescheide (D), Rechthoekige zakpijp (NL), Rektangulærsjøpung (Norvège)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Ascidia venosa Mueller, 1776
Ascidiella virginea (Mueller, 1776)
Phallusia venosa (Mueller, 1776)
Ascidia patoni Herdman, 1881

Distribution géographique

Atlantique Nord (Est et centre), Manche et Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Relativement abondante sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique. On la rencontre également en mer Baltique et dans la mer du Nord, exception faite des côtes Françaises, Belges, Néerlandaises et Allemandes. Beaucoup plus rare sur les côtes de la Méditerranée nord et occidentale (observations fiables à Naples, Sète, Banyuls), jusqu’à l’Adriatique. Présente également en mer Noire, sur les côtes sud-est de l'Islande et aux Açores.

Biotope

Cette ascidie plutôt sciaphile* affectionne les substrats rocheux ou de gros graviers, de préférence assez abrités. On pourra ainsi la trouver dans de petites anfractuosités, sur une coque d’épave, mais aussi sur des fonds meubles fixée sur un galet ou une coquille. Sa présence est exceptionnelle sous les surplombs. Sur les parois verticales elle est fixée par toute sa face gauche, sur les parois horizontales ou obliques par sa partie postérieure. On la trouve généralement à partir de 10 mètres et jusqu’à de plus grandes profondeurs (400 mètres).

Description

Ascidia virginea est une ascidie solitaire de forme allongée, quasi rectangulaire. Elle peut atteindre 6 à 8 cm de long pour 2 à 3 cm de large, sa taille moyenne est de 45 x 25 mm.
L'axe général du corps est rectiligne contrairement à beaucoup d'espèces proches, Ascidia mentula par exemple, qui présente une courbure générale du corps.
La tunique est lisse et ferme, cartilagineuse et de couleur rosée ou blanc laiteux. Cette ascidie est toujours exempte d'épibionte* ou de dépôts vaseux, ce qui lui confère un aspect propre, « vierge ». La tunique, translucide, peut parfois être tachetée de blanc et/ou veinée de rouge. Elle laisse voir le manteau, lui aussi transparent.
Le bord des siphons est bordé de rose, parfois très pâle. Les siphons buccal terminal (inhalant) et cloacal latéral (exhalant), sont très proches l’un de l’autre, situés du même côté du corps. Ces siphons sont toujours dressés. Le siphon anal se rétracte très rapidement. Cette ascidie est fixée au substrat soit par sa face postérieure, soit par toute ou une grande partie de son côté gauche (voir aussi Biotope). On peut ainsi la voir plutôt dressée ou allongée.

Espèces ressemblantes

Ascidia mentula, a une tunique translucide rose pouvant varier du blanc au rouge. Sa forme est allongée mais plus courbée que Ascidia virginea ; elle peut également être beaucoup plus grande (jusqu’à 15 cm). Le signe distinctif majeur sera la présence d’organismes épibiontes ou de salissures. La confusion peut être ainsi assez facile avec des petits spécimens blancs ou rose pâle (forme d’Ascidia mentula la plus fréquente en Méditerranée) et non colonisés, propres de tout sédiment ou épibionte.

Ciona intestinalis, également de forme allongée, mais toujours dressée, plus fine. Les siphons sont également plus marqués et souvent bordés de jaune, contrairement à Ascidia virginea.

Corella parallelogramma a également une forme rectangulaire, mais comporte une tunique nettement plus fine et transparente.

Les petits spécimens d’Ascidia virginea peuvent parfois être confondus avec Rhopalaea neapolitana, cependant beaucoup plus ronde.

Alimentation

Ascidia virginea, comme tous les tuniciers, a un régime omnivore microphage, filtrant les particules en suspension.

Reproduction - Multiplication

Comme toutes les ascidies, Ascidia virginea est hermaphrodite et ovipare, avec une reproduction sexuée.

Vie associée

Plusieurs petits copépodes parasitent la tunique (ectoparasites) de Ascidia virginea : Doropygella normani (Brady, 1878), Notodelphys caerulea Thorell, 1859, Lichomolgus marginatus Thorell, 1859, ...

Le petit gastéropode prosobranche (escargot de mer) Velutina velutina se nourrit du fluide de son hôte et pond ses œufs dans la tunique de cette ascidie. Pour ce faire, il perce un petit trou rond qui blesse la tunique de l'ascidie. La coquille blanchâtre de ce gastéropode est bien visible par transparence sur les ascidies parasitées.

Divers biologie

Caractères anatomiques spécifiques nécessitant une dissection : 
Le raphé* dorsal est finement denté et haut placé, le sac branchial n'est pas plissé et montre de petites papilles principales trifurquées. Le tube digestif forme un "Z".
Les 60 tentacules du siphon buccal sont disposés en trois ordres.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie rectangulaire, en raison de sa forme caractéristique.

Origine du nom scientifique

Ascidia : du grec [ascid] = petite outre
virginea : du latin [virginea] = vierge, virginale, … faisant référence à la couleur généralement blanche de l’animal.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Phlebobranchia Phlébobranches Le sac branchial* a des sinus longitudinaux qui portent ou non des papilles internes mais qui ne sont jamais plissés. Ascidies essentiellement solitaires. Gonades* situées sur l’anse du tube digestif ou à proximité.
Famille Ascidiidae Ascidiidés Espèces solitaires et très répandues.
Genre Ascidia
Espèce virginea

Nos partenaires