Ascidie jaune

Phallusia julinea | Sluiter, 1915

N° 951

Indo-Pacifique

Clé d'identification

Grande ascidie solitaire (10 cm)
Tunique transparente, souvent tachée de jaune soufre
Siphons dentelés
Sur des coraux ou des éponges

Noms

Autres noms communs français
Phallusie jaune d'Indo-Pacifique
Noms communs internationaux
Yellow sea-squirt (GB), Ascidia gialla (I), Gelbe Seescheide (D), Gele zakpijp (NL)

Distribution géographique

Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette belle ascidie jaune a une large distribution Indo-Pacifique : Madagascar, Australie (grande barrière), Indonésie, îles Salomon, Nouvelle-Calédonie, et Micronésie.

Biotope

Rencontrée du littoral à la pente externe, cette ascidie jaune est souvent partiellement enchâssée dans des éponges ou des coraux (principalement le corail cerveau) ne laissant dépasser que ses deux siphons teintés de jaune lumineux. Parfois Phallusia julinea est complètement cachée sous des massifs coralliens ou au fond d'une faille rocheuse.
Draguée à plus de 100 m de fond en Nouvelle-Calédonie, l'ascidie jaune soufre évite les zones trop turbulentes de la barrière de corail et préfère les zones calmes du lagon.

Description

P. julinea est une grande ascidie solitaire de 5-10 cm de long (jusqu’à 20 cm).
Le corps transparent est souvent (pas toujours) parsemé de taches ou veinules jaune soufre (cellules sanguines pigmentées de jaune) se densifiant vers les tubes siphonaux donnant à ces derniers une belle couleur jaune lumineux. Certains individus sont entièrement jaunes.
La tunique peut être couverte de petites aspérités. Elle est relativement épaisse et donne une consistance gélatineuse et ferme à l'animal.
Les propriétés "antifouling" bien développées chez cette ascidie jaune font que sa tunique est toujours exempte d'épibionte.
Le siphon buccal est terminal, le cloacal légèrement plus petit est juste à côté, un petit peu en retrait, tous deux sont crénelés (15-20 lobes environ).
Le corps est souvent fixé au substrat par son côté gauche, plus rarement par sa base. Les individus profonds sont moins colorés que ceux, plus nombreux, des petits fonds.

Espèces ressemblantes

Pour les individus partiellement ou entièrement jaunes, il y a peu de confusion possible, par contre pour les individus très peu tachés de jaune (parfois il n'y a aucune marque jaune ni aspérité, même au niveau des siphons), l'identification est plus difficile avec d'autres grandes espèces (forme jaune) du genre Ascidia (A. ornata, A. sydneiensis). Les siphons crénelés aident à l'identification de Phallusia julinea.

Alimentation

P. julinea se nourrit en filtrant les petits organismes présents dans l'eau de mer.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. Les ovules sont fécondés par les spermatozoïdes. Ils donnent une larve ressemblant à un têtard muni d’un axe : la chorde*, équivalent d’une colonne vertébrale. La larve va rapidement venir se fixer tête la première au substrat afin de se métamorphoser progressivement vers la forme adulte. Au cours de cette modification d’aspect, la queue et la chorde vont régresser.

Vie associée

Un petit crustacé décapode Dactylonia ascidicola (Borradaile, 1898) vit en association avec des ascidies, dont Phallusia julinea.

Divers biologie

Les taches ou veinules jaune soufre sont des cellules sanguines pigmentées de jaune.
La tunique est constituée de cellulose à l'instar des végétaux.
Les siphons peuvent se contracter en réaction à la lumière. Cette propriété peut servir au plongeur (en mettant la main au-dessus de l'ascidie) pour les différencier des éponges.
Selon l'ouverture du siphon et sa position, le plongeur peut entr'apercevoir l'anatomie interne de l'ascidie.

Informations complémentaires

Cette espèce n'accepte pas les épibiontes.
Ses prédateurs sont variés, comme les étoiles de mer, les vers plats et les gastéropodes par exemple.
Les ascidies solitaires vivraient de plusieurs mois à 3 ans, selon les observations d'espèces vivant en captivité.
Le nom de « tunique » évoque les tuniques romaines.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Phallusia : de [phallus] = l'organe sexuel masculin, allusion à la forme et au maintien de cette ascidie.
julinea : du latin [juli] = chaton (botanique ; chaton du bouleau, du noyer, etc.), allusion à la forme des chatons de bouleau qui sont souvent jaunâtres et doubles.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Phlebobranchia Phlébobranches Le sac branchial* a des sinus longitudinaux qui portent ou non des papilles internes mais qui ne sont jamais plissés. Ascidies essentiellement solitaires. Gonades* situées sur l’anse du tube digestif ou à proximité.
Famille Ascidiidae Ascidiidés Espèces solitaires et très répandues.
Genre Phallusia
Espèce julinea

Nos partenaires