Cérianthe strié

Arachnanthus oligopodus | (Cerfontaine, 1891)

N° 1083

Méditerranée (cosmopolite ?)

Clé d'identification

Faible nombre de grands tentacules (moins de 30)
Tentacules externes longs, internes courts
Tentacules blancs striés de brun sur un même plan
Corps blanc translucide
Substrats meubles, observé que de nuit, craintif

Noms

Noms communs internationaux

Banded tube dwelling anemone (GB), Aracnanto (I), Gebänderte Zylinderrose (D), Geringde cilinderroos (NL), Červnatec pavoučí (TC)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cerianthus oligopodus
Pachycerianthus oligopodus

Distribution géographique

Méditerranée (cosmopolite ?)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée, Adriatique pour l'espèce illustrée sur cette fiche.
Il pourrait s'agir d'une espèce cosmopolite (Méditerranée, Caraïbes, Pacifique et mer Rouge), mais trop de confusions et d'incertitudes dans les publications nous font limiter sa distribution au bassin méditerranéen.

Biotope

Présent dans les fonds sablo-vaseux ou détritiques de 10 à 80 m de profondeur, Arachnanthus oligopodus est nocturne et vit la journée enfoui dans le sable, ne laissant rien apparaître.

Description

Arachnanthus oligopodus est un polype* solitaire. Il peut mesurer 40 cm (10-20 cm le plus souvent) de hauteur lorsqu'il est totalement déployé. il ressemble, en plus petit, et avec moins de tentacules*, aux grands cérianthes.
Il passe les heures diurnes totalement enterré dans le sédiment. On ne le découvrira que la nuit, son corps mince, long et gélatineux formant une colonne semi-transparente surmontée d'une couronne de tentacules peu nombreux. Sa base reste plantée dans le sédiment. Une fine gaine muqueuse couvre la colonne dans sa partie enfouie.

La colonne cylindrique porte deux couronnes tentaculaires. La couronne tentaculaire extérieure est régulière, et présente 24 à 28 tentacules urticants (pour les spécimens photographiés en Méditerranée) longs et effilés sur une rangée. La couleur des tentacules est blanche, ils présentent de plus de larges stries brunes. Les tentacules intérieurs urticants (tentacules labiaux) sont plus petits et de couleurs plus foncées. Ils entourent et masquent l'orifice buccal. L'existence d'une seule ligne tentaculaire labiale est le caractère principal pour la détermination d' Arachnanthus oligopodus.

A la moindre alerte (lumière, mouvement) les tentacules forment des vrilles, et si l'animal est importuné plus longuement, il s'enfouit entièrement dans son tube muqueux sous le sédiment.

Compte-tenu du peu d'informations fiables sur ce petit cérianthe, la prudence voudrait que l'on le nomme Arachnanthus sp.

Espèces ressemblantes

Cerianthus membranaceus (Spallanzani, 1784) possède plusieurs rangées de longs tentacules et les couleurs sont beaucoup plus variées. La gaine muqueuse sort plus du sédiment, et recouvre entièrement son tube. Méditerranée et Atlantique.

Pachycerianthus solitarius (Rapp, 1829) possède plus de tentacules sur 3 rangées, sa taille est plus grande, mais sa colonne pareillement glabre. Méditerranée et centre ouest Atlantique.

Arachnanthus sarsi Carlgren, 1912, 20 cm complètement déployé, 30 - 34 tentacules marginaux sur un seul rang. Présent dans le nord de l'Europe (nord Irlande et ouest Ecosse) ce petit cérianthe ressemble beaucoup à notre Arachnanthus oligopodus de Méditerranée.

On connaît encore peu de choses sur les Cérianthes de ce genre et les scientifiques sont partagés sur leur dénomination. De plus, on trouve souvent différents noms pour une même espèce. En dehors des côtes françaises métropolitaines, plusieurs espèces morphologiquement très proches fréquentent les eaux tempérées et chaudes de tous les océans :


  • Isarachnanthus (Arachnanthus) nocturnus, plus petit, plus de tentacules, uniquement aux Caraïbes
  • Arachnanthus australiae, nord Australie, Nouvelle-Calédonie ?
  • Synarachnactis brachiolata (Agassiz, 1863) Atlantique Nord-Ouest
  • Arachnanthus bockii, Pacifique.

Alimentation

Arachnanthus oligopodus se nourrit de petits animaux pélagiques* qu'il capture avec ses tentacules, tout comme les anémones. Il est aussi capable d'ingurgiter des proies plus importantes comme des petits crabes, des crevettes et des petits poissons.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est principalement sexuée (présence de gonades des deux sexes). Il y a une larve* pélagique* qui se fixera ensuite au substrat*.
Il existe aussi une reproduction asexuée par scissiparité* suivie d'un processus actif de régénération tissulaire.

Divers biologie

Animal nocturne surtout visible de nuit. Il disparaît dans le sédiment à la moindre alerte.
C'est la nuit que l'animal est visible : une fois repéré, il ne faut pas l'éclairer constamment, car très vite, il va faire des vrilles avec ses tentacules et finir par s'enfouir dans le sédiment.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Arachnanthus : nom donné par Carlgren en 1912 ; de [arachn] = araignée et [anthus] = fleur, et donc "araignée-fleur" pour rappeler la forme de la couronne de tentacules. Ce nom a aussi été donné pour une espèce d'orchidée.

oligopodus : nom donné par Cerfontaine en 1891 ; [oligo] = peu et [podus] = pied, tentacule donc "peu de tentacules".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Ceriantharia Cérianthaires

Grandes anémones solitaires fouisseuses vivant dans un tube. Deux verticilles de tentacules de tailles et de couleurs différentes.

Ordre Spirularia Spirulaires
Famille Arachnanthidae Arachnanthidés
Genre Arachnanthus
Espèce oligopodus

Nos partenaires