Pied de pélican de Méditerranée

Aporrhais serresiana | (Michaud, 1828)

N° 4494

Océan Atlantique Nord-Est, mer du Nord et Méditerranée

Clé d'identification

Coquille d'environ 4 cm de longueur sans les digitations et présentant 9 à 10 tours tuberculés
Dernier tour très large avec 2 rangées de tubercules
4 longues digitations palmées en plus d'un long canal siphonal
Coloration pâle, blanchâtre, jaunâtre, orangée ou saumon
Opercule petit, ellipsoïdal et corné

Noms

Noms communs internationaux

Mediterranean pelican's foot, De Serre’s pelican’s foot (GB), Mittelmeer-Pelikanfuß, Nadel-Pelikanfuß (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Rostellaria serresiana Michaud, 1828
Aporrhais macandreae Jeffreys, 1867
Aporrhais serresianus var. crassa Locard, 1891
Aporrhais serresianus var. minor Locard, 1891
Aporrhais serresianus var. ventricosa Locard, 1891
Aporrhais michaudi Locard, 1891
Aporrhais sarsii Kobelt, 1908
Aporrhais serreseanus hexapodus F. Nordsieck, 1968

Les noms suivants sont également rencontrés dans la littérature : Aporrhais serreseanus, Aporrhais serrezianus, Chenopus serresianus. Ces orthographes ne sont pas valides et ne doivent plus être utilisées.

Distribution géographique

Océan Atlantique Nord-Est, mer du Nord et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Aporrhais serresiana vit en Atlantique Nord-Est, depuis le nord de la Norvège jusqu'au nord du Maroc. On le rencontre également en Islande, mer du Nord, le long des côtes nord du Royaume-Uni et en Méditerranée.

Biotope

Le pied de pélican de Méditerranée est une espèce du circalittoral* du large. Il vit sur les fonds vaseux et détritiques* à partir de 80 mètres jusqu'à 600 mètres de profondeur et probablement plus. Semi-enfoui dans le sédiment, il est à même d'y creuser une galerie avec ses canaux inhalant et exhalant.

Description

La coquille présente quatre longues digitations palmées fragiles et parcourues par un sillon. Le canal siphonal* peut être confondu avec une cinquième digitation car souvent allongé. Pointue, la spire* comporte 9 à 10 tours convexes portant chacun une rangée de tubercules allongés, sauf sur le dernier qui en compte deux dans le prolongement de l’axe des digitations. La surface de la coquille est recouverte de fines stries spirales se superposant à une ligne de légers plis s'allongeant transversalement aux tours. L'ouverture est très allongée et élargie aux bords. La columelle* est sensiblement rectiligne et très oblique. Le bord columellaire est recouvert par une callosité qui va de l’extrémité de la digitation antérieure à l’extrémité de la digitation postérieure. Une indentation discrète est présente entre le canal siphonal et la première digitation.

Le pied de pélican de Méditerranée mesure 4 cm de long pour 2,5 à 2,8 cm de large, sans les digitations. Avec les digitations du labre*, l'individu peut atteindre 6,6 cm de long maximum pour 4,5 cm de large. La coloration de la coquille est blanchâtre, jaunâtre, orangée ou saumon avec l'intérieur blanc. L'opercule* est petit, corné et ellipsoïdal, à bord lisse.

Espèces ressemblantes

Aporrhais pespelecani a une taille légèrement supérieure. Le labre palmé, moins développé, a trois digitations se terminant brutalement au lieu de quatre plus longues. La digitation terminale est moins longue et plus large, et a la forme d'une lame au lieu d'être droite et pointue. Enfin, Aporrhais serresiana vit à des profondeurs plus importantes que A. pespelicani.

Pour les jeunes coquilles qui n’ont pas encore de digitations palmées, on fera la différence entre les deux espèces sur les premiers tours de téléoconque*. A. serresiana a des côtes axiales en forme d'arc de cercle (prosocline) traversées par de fins cordons. A. pespelecani possède déjà de petits nodules.

Alimentation

Le pied de pélican de Méditerranée est un fouisseur qui étend sa trompe dans le sédiment à la recherche de débris organiques (animal ou végétal). Suspensivore* endobionte (qui vit à l’intérieur d’un substrat*), il se nourrit de cette matière organique en la remettant en suspension dans une petite chambre située au milieu d'une galerie creusée avec son canal inhalant et exhalant.

Il est également capable de filtrer l'eau grâce à ses branchies.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est gonochorique*, la fécondation est interne. Les embryons se développent en larves* trochophores* planctoniques* puis en véligères* juvéniles et enfin en adultes, acquérant un mode de vie benthique*.

La larve véligère planctonique présente une coquille globuleuse, lisse et transparente avec deux à trois tours de spire. Elle peut atteindre 1,2 mm de diamètre avec une ouverture large.

Vie associée

Cette espèce peut être abondante dans certaines conditions parfois mêlée avec des turritelles.

Divers biologie

Le développement de longues digitations fines et pointues est vraisemblablement en relation avec le mode de vie d'A. serresiana. En augmentant la surface porteuse de la coquille, l'animal s'enfonce moins facilement dans la vase molle. Sur un fond graveleux, il montre de grandes difficultés à s'enfouir. Placé sur un substrat vaseux, A. pespelecani, dont les digitations sont moins longues, semble gêné par l'accumulation de vase dans la cavité du manteau et autour du pied et n'essaye pas de s'enfouir.

La famille des Aporrhaidés est voisine de celle des Strombidés des mers chaudes, dont certaines espèces présentent de très grandes digitations. Malgré leur exubérante coquille, ces espèces sont capables de se déplacer sur le sédiment avec une remarquable agilité. En prenant appui sur leur opercule, ils réalisent des sauts saccadés par une vigoureuse détente de leur pied*.

Informations complémentaires

Cette espèce fait l'objet d'une pêche occasionnelle par dragage et chalut de fond. Elle est rarement présente sur les marchés et peut être consommée fraîche.

Aporrhais serresiana peut être abondant dans certaines conditions et caractérise alors un habitat spécifique : le faciès de vase molle à Funiculina quadrangularis et Aporrhais serresiana. Ce faciès se situe dans l’horizon supérieur de l’étage bathyal* entre 200 et 600 m de profondeur, là où la pente continentale est forte et où le substrat est constitué de vases molles à pellicule superficielle fluide.

Origine des noms

Origine du nom français

Ressemblant fortement à Aporrhais pespelecani, cette espèce en a gardé le nom commun français : "Pied de pélican", qui est la traduction exacte du nom scientifique d'espèce pespelecani : pour la ressemblance de la coquille avec les pattes de l'oiseau.

Les plus anciens fossiles de cette espèce proviennent du Pleistocène ancien (ou Quaternaire) de Méditerranée, vieux d'environ 2,5 millions d'années. C'est son origine géologique qui lui a valu son nom.

Origine du nom scientifique

Aporrhais : du grec [aporràino] = je m’éparpille en éventail. Nom de genre donné par le malacologue anglais Emmanuel Mendes da Costa (1717-1791) en 1778.

serrasiana : en hommage au naturaliste français Pierre Marcel Toussaint de Serres de Mesplès (1780-1862), professeur de géologie et d’histoire naturelle à l’université de Montpellier à partir de 1820. André Louis Gaspard Michaud (1795-1880) était un malacologiste français.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Aporrhaidae Aporrhaidés

Coquille avec des séries de nodosités spiralées, qui se prolongent par des expansions digitiformes au niveau de l'aile du labre. Lindner 2011:77.

Genre Aporrhais
Espèce serresiana

Nos partenaires