Grand bernard-l'ermite jaune poilu

Aniculus maximus | Edmondson, 1952

N° 3770

Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Bernard-l'ermite de grande taille pouvant atteindre 12 cm
Corps et appendices jaune orangé portant de très nombreux poils longs, raides et clairs
Pinces et pattes striées de gris
Pédoncules oculaires fins et longs parcourus dorsalement et ventralement par une ligne bordeaux

Noms

Autres noms communs français

Bernard-l'ermite à écailles, bernard-l'ermite jaune chevelu, pagure géant

Noms communs internationaux

Hairy yellow hermit crab, large hairy hermit crab, hairy orange hermit crab, left-banded hermit crab (GB), Grosso granchio peloso eremita (I), Peludo amarillo cangrejo ermitaño (E), Großer Oranger Schuppeneinsiedler (D)

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Le grand bernard-l'ermite jaune poilu se rencontre dans l'océan Indien et le Pacifique tropical jusqu'à Hawaï. Du nord au sud il est présent du sud du Japon à la mer de Corail.

Dans la zone DORIS, il a été observé à Mayotte, à La Réunion et en Polynésie française. Il semble absent de Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Ce pagure fréquente les récifs externes ou profonds, entre 10 et 190 m de profondeur.

Description

Aniculus maximus est un bernard-l'ermite de grande taille pouvant atteindre 12 cm du rostre* au telson*.
Le corps est jaune orangé, que ce soit au niveau des pattes, du céphalothorax* ou de l'abdomen* et porte de très nombreuses longues et raides soies claires. Les pinces et les pattes sont striées de gris. Si l'on regarde de plus près, ces stries sont en fait des rangées de petits poils densément serrés. Ces motifs font penser à des écailles, ce qui lui a valu également le nom de bernard-l'ermite à écailles. Ses deux pinces sont de même grosseur.
Les pédoncules* oculaires sont fins et longs, blanchâtres à verdâtres et parcourus dorsalement et ventralement par une ligne bordeaux. Les yeux sont de la même couleur que le pédoncule et barrés d'une ligne horizontale également bordeaux.
Les antennes* et antennules* sont peu développées et de couleur verdâtre.

Espèces ressemblantes

Le pagure ours (Aniculus ursus) est très ressemblant. Lui aussi très poilu, il se différencie principalement de A. maximus par les stries de ses membres constituées de fines soies rouges. La couleur de fond du corps est plus orangée, voire brune. C'est une espèce indo-pacifique.

Le pagure petite vieille (Aniculus aniculus) se distingue principalement par sa couleur de fond rouge. C'est également une espèce indo-pacifique

Les 6 autres espèces du genre Aniculus, toutes indo-pacifiques, diffèrent également d'A. maximus par la coloration de leur corps et des stries.

Les espèces de genre Aniculus se distinguent des autres bernard-l'ermite de grande taille, comme ceux du genre Dardanus, notamment par des "poils" plus longs et abondants, des pattes et pinces striées, des pinces de même taille et des yeux barrés d'une bande médiane. Contrairement au genre Dardanus, les Aniculus ne portent pas d'anémones sur leur coquille.

Enfin, les espèces du genre Ciliopagurus, comme le pagure à chaussettes annelées Ciliopagurus strigatus, sont plus petites, orangées avec des stries mais ne possèdent pas de longs poils sur le corps et les appendices.

Alimentation

Omnivore* et vorace, il se nourrit d'algues filamenteuses, de mollusques, de vers, de petits poissons mais également de cadavres.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce gonochorique*. Les œufs sont retenus par les pléopodes* des femelles sur l'abdomen*, à l'abri de la coquille. Après éclosion, les larves*, de type zoé*, ont une vie planctonique* jusqu'à la métamorphose* en petit bernard-l'ermite qui commencera alors une vie benthique* et cherchera sa première coquille pour se protéger.

Vie associée

Aniculus maximus, du fait de sa grande taille, a besoin d'une coquille spacieuse. C'est pour cela qu'il occupe souvent celle du grand triton (Charonia tritonis) mais également de grands murex (Muricidés), de tonne-perdrix (Tonna perdrix) ou de fasciolaire (Pleuroploca trapezium).

Divers biologie

Comme les autres crustacés, ce bernard-l'ermite grandit par paliers, au moment de sa mue. En effet, sa cuticule* externe étant rigide, elle n'est pas extensible. A l'intérieur de cette cuticule, ses tissus continuent eux de grandir et c'est au moment de la mue, quand l'animal se débarrasse de sa vieille cuticule, que le corps se distend et gagne quelques millimètres ou centimètres, avant que sa nouvelle cuticule ne se solidifie au contact de l'eau. Puis le phénomène recommence jusqu'à la prochaine mue. Les mues sont de plus en plus espacées au cours de la vie.

En grandissant, ce bernard-l'ermite a besoin de coquilles de plus en plus grandes, qui deviennent rares. Il est fréquent de voir des combats au sein de cette espèce pour l'appropriation de ces grandes demeures.

Les quatrième et cinquième paires de pattes sont très réduites et le plus souvent à l'intérieur de la coquille. A l'extrémité de l'abdomen*, ce sont les uropodes* en forme de crochet qui agrippent la coquille.

Informations complémentaires

C'est une espèce solitaire plutôt nocturne.
Malgré sa grande taille et son aire de distribution assez étendue, cette espèce, peu commune, et rarement observée par les plongeurs. Elle serait plus abondante à des profondeurs non accessibles en plongée. Par contre étant très photogénique, lorsqu'elle est observée, elle est très photographiée.

Origine des noms

Origine du nom français

Bernard-l'ermite dérive de l'occitan languedocien "Bernat l'ermito" utilisé dès le XVIe siècle. Bernat provient du nom propre Bernard et était utilisé comme sobriquet pour désigner certains animaux. L'adjectif bernat signifiait autrefois sot, niais, nigaud. Ermito signifie qui s'introduit dans un logis vide, pour y vivre comme un ermite.

Grand, jaune et poilu sont des caractéristiques de cette espèce.

Origine du nom scientifique

Aniculus: du latin [aniculus] = petit vieux, probablement du fait de son corps tout poilu, pouvant rappeler celui d'un ancien.

maximus : du latin [maximus] = le plus grand, en référence à sa grande taille.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Super classe Multicrustacea
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Pleocyemata Pléocyémates

Incubation des œufs sous l'abdomen.

Famille Diogenidae Diogénidés Dissymétrie générale, une pince plus grosse que l'autre. L’abdomen n’est pas protégé par l’exosquelette.
Genre Aniculus
Espèce maximus

Nos partenaires