Doigts de feu

Alcyonidium spp. | J.V.F. Lamouroux, 1813 (Métropole)

N° 297

Manche, Atlantique et Méditerranée

Clé d'identification

Consistance gélatineuse, souple et caoutchouteuse
Forme boudinée et /ou ramifiée
Couleur brune, vert brun ou blanc sale
Aspect velu blanchâtre pour certaines espèces
(Voir informations complémentaires)

Noms

Autres noms communs français

Bryozoaire gélatineux, algue pain d'épice, doigts de feu

Noms communs internationaux

Jelly bryozoan (GB), Briozoo gelatinoso (E), Gallert-Moostierchen (D), Zeevinger (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Il y a un problème de dénomination des espèces de part et d'autre de la Manche :
en France : A. gelatinosum = en Grande Bretagne : A. diaphanum
en France : A. polyoum (non cité ici)= en Grande Bretagne : A gelatinosum
et pour faciliter le tout A. hirsutum serait un complexe de plusieurs espèces (selon JL D'Hondt).

Distribution géographique

Manche, Atlantique et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Manche, Atlantique et Méditerranée
Ces animaux sont plus rares en Méditerranée et de taille plus réduite.

Biotope

Les doigts de feu sont le plus souvent présents en épifaune sur les algues du genre Fucus pour certaines espèces, ou fixés sur substrats durs : roches, cailloux, galets... mais aussi parfois libres.

Description

Les colonies sont parfois encroûtantes, parfois érigées, d'aspect gélatineux, d'une taille de 5 à 30 cm.
La colonie envahit toute forme de substrat algue, rocher, cailloux, coquillage.
La consistance est souple et caoutchouteuse, la couleur translucide, vert, brun ou blanc sale.
Les zoïdes sont très peu visibles. Ils sont constitués d'une cystide* ou logette : partie fixe et
d'un polypide* : partie mobile. Ils sont hexagonaux ou de forme polygonale de 0,5 mm maximum.
Le polypide comporte un lophophore* qui mesure environ 0,3 mm et possède un certain nombre de tentacules suivant les espèces.
L'espèce A. diaphanum est ramifiée et arbustive.

Espèces ressemblantes

Cette fiche regroupe les espèces les plus courantes sur nos côtes du genre Alcyonidium Lamouroux, 1813, très proches, qui ont assez de caractères en commun et souvent trop difficiles à distinguer pour faire l'objet de fiches séparées.
A. gelatinosum (Linnaeus, 1767): colonies dressées charnues et lisses fixées aux rochers et épaves
A. topsenti Roehrich, 1910: colonies dressées, ramifiées de couleur blanche
A. hirsutum (Flemming, 1828) : colonies hérissées de papilles (aspect velouté)
A. parasiticum (Flemming, 1828) : en forme de croûte fine
A. condylocinereum Porter, 2004 : encroûtant et gris sur les rochers
A. diaphanum (Hudson, 1762) : ramifié à la forme d'un arbuste.

Alimentation

Ces espèces sont microphages* et suspensivores*.
Elles contribuent en partie à filtrer les zones infra-littorales* riches en activités conchylicoles.

Reproduction - Multiplication

Les larves lécithotrophiques* restent plus ou moins longtemps dans le plancton. Elles ont des réserves suffisantes pour être indépendantes de ce dernier.
Chez Alcyonidium hirsutum (Fleming), les sacs embryonnaires commencent à se développer en septembre et les larves sont libérées entre octobre et janvier.

Vie associée

Les mollusques Goniodoris nodosa et Acanthodoris pilosa sont cités comme prédateurs.

Divers biologie

Les Alcyonidium sont faciles à reconnaître par leur aspect caractéristique de masse charnue, mais la détermination des espèces est une affaire de spécialistes. Pour certaines, ce sont les larves qui permettent de donner un nom d'espèce.

Informations complémentaires

Les filets des pêcheurs ramassent parfois ces organismes en grande quantité.
Le contact avec les mains nues peut provoquer des allergies cutanées fortes allant jusqu'à l'eczéma. Une substance sécrétée sous forme de trace par les deux espèces A. gelatinosum et A. hirsutum est la cause de cet eczéma qui a donné le nom vernaculaire à ces animaux.
Cet eczéma peut être reconnu comme maladie professionnelle chez les pêcheurs par la Sécurité Sociale via la procédure de reconnaissance complémentaire.

Origine des noms

Origine du nom français

Ces bryozoaires ressemblent à une algue de couleur brun vert kaki d'où le nom d'algue pain d'épice.
Doigts de feu du fait de l'eczéma provoqué.
Bryozoaire gélatineux pour l'aspect gélatineux.

Origine du nom scientifique

Alcyonidium : par comparaison au genre de Coralliaire Alcyonium (sa consistance gélatineuse)
gelatinosum : du latin [gelatio] = gelée, ayant une consistance gélatineuse ;
hirsutum : du latin [hirsutus] = qui a des piquants pour son aspect hirsute, poilu, velouté ;
parasiticum : du latin [parasiticus] = de parasite;
topsenti : dédié à Emile Topsent, spongiologue Français, (1862-1951).
condylocinereum : du grec [condyl-] = jointure, articulation et du latin [cinereus] = semblable à de la cendre.
diaphanum : mot latinisé du grec [diaphanes] = transparent .

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Ctenostomata Cténostomes Colonies compactes ou en stolons. Zoécies membraneuses non calcifiées. Loges ovoïdes. Orifices habituellement terminaux et fermés par une collerette de la gaine tentaculaire. Pas d’opercule, ni aviculaire, ni ovicelle.
Sous-ordre Carnosa Charnus Les colonies peuvent être compactes ou non. Les zoïdes* sont aplatis et bourgeonnent à partir d’autres zoïdes et non pas à partir de stolons.
Famille Alcyonidiidae Alcyonidiidés Colonies encroûtantes formant des lames fines translucides ou légèrement opaques et formant alors des lobes charnus. Les autozoïdes* sont typiquement contigus en plusieurs rangées alignées chez les espèces érigées. Des kénozoïdes* simples sont souvent présents, et forment des structures en forme de boite, conique ou papillaire. Kénozoïdes* épineux absents. Orifices circulaires fermés par un sphincter musculeux et d'apparence plissée.
Genre Alcyonidium
Espèce spp.

Nos partenaires