Akera à bulle

Akera bullata | O.F. Muller, 1776

N° 517

Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Limace qui ne peut pas rentrer entièrement dans sa coquille
Coquille ovale 40 mm, marron clair, cornée, très souple
Grands parapodes pour nager
Rampe sur le fond vaseux en chaînes d'individus, en période de reproduction

Noms

Noms communs internationaux

Oliva di mar (I)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Bulla akera Gmelin, 1791
Bulla norwegica Bruguière, 1791
Bulla resiliens Donovan, 1801
Bulla fragilis Lamarck, 1836
Bulla hanleyi Adams A in Sowerby, 1850
Akera flexilis Brown, 1844
Eucampe donovani Leach, 1858
Bulla elastica Sandri & Danilo, 1856
Acera elegans Locard, 1886
Bulla farranii Norman, 1890

Distribution géographique

Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : 1 Europe (côtes françaises), 1.2 [Méditerranée française], 1.1 [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

Côtes atlantiques, Manche et Méditerranée. Très abondantes dans le bassin de Thau.

Biotope

Elle vit sur sable fin vaseux ou boueux et vase, principalement parmi les zostères. On la trouve à l'étage infralittoral et circalittoral.

Description

C'est une « grande » limace avec coquille. Son corps est allongé et muni de grands lobes parapodiaux qui lui permettent de nager. Elle n'a pas de tentacules sur la tête. La coquille, visible à l'arrière de l'animal, est ovale de 40 mm de long, mais trop petite pour contenir le corps de l'animal en entier. Elle comporte un enroulement caractéristique à 6 tours.
Le manteau se termine vers l'arrière par un fin et long appendice qui sort de la coquille.
L'avant du corps de l'animal est prévu pour creuser et cette limace passe une grande partie de sa vie enfouie dans la boue ou la vase. En fait, elle ne sort de la vase que pendant la période de reproduction. C'est un représentant primitif des « lièvres de mer ».

Espèces ressemblantes

Akera ressemble beaucoup, mais avec un corps plus allongé, à Haminoea sp. Cependant la taille et la forme des pontes sont fondamentalement différentes. Toutefois Haminoea se rencontre sur le même substrat et a le même mode de vie. Elle peut aussi se confondre avec Philine mais elle est plus petite et peut se rencontrer sur des végétaux.
Malgré le fait que Haminoea et Philine appartiennent aux Céphalaspidés et Akera aux Anaspidés, la différenciation est parfois difficile. Il existe peu de littérature.



Selon Marina Poddubetskaia, qui a une grande expérience des limaces, quelques caractères permettent de les différencier :
- la position des yeux : Haminoea a les yeux plutôt au centre, alors que Akera a les yeux à la périphérie du corps
- les parapodes : petites, courtes chez Haminoea ; amples chez Akera, lui permettant de nager (contrairement aux Akera, les Haminoea ne nagent pas).
- la coquille : avec 6 tours de spire chez Akera ; très peu de tours chez Haminoea.
- la ponte : spaghettis similaires à celles d'Aplysia chez Akera, rubans plus ou moins enroulés chez les Haminoea.
- les Akera ont un corps très étiré.

Alimentation

Animaux herbivores munis d'une radula, langue râpeuse munie de petites « dents », qui leur permet de lacérer les végétaux.

Reproduction - Multiplication

En période d'accouplement ces limaces forment de longues chaînes d'individus les uns à la suite des autres qui rampent sur le fond.
Pour la Méditerranée, cette période de ponte se situe de mars à avril.
Les pontes sont semblables à des filaments jaunes clairs enchevêtrés comme des spaghettis. Elles ressemblent aux pontes des lièvres de mer mais en plus fines, moins volumineuses et de couleur plus claire.

Divers biologie

Elle nage avec la tête en haut, la coquille en bas et les parapodes formant une « jupe » autour de l'animal.
Akera à bulle passe une grande partie de sa vie enfouie dans la vase, le sable ou la boue.

Informations complémentaires

Sa durée de vie est inférieure à 1 an.

Origine des noms

Origine du nom français

Akera vient du nom latin.
à bulle : à cause de sa coquille en forme de bulle

Origine du nom scientifique

Akera : dieu de la mythologie égyptienne, symbole de la terre et plus particulièrement de la vie du sous-sol. Primitivement représenté par un morceau de terre à tête humaine, il sera représenté par la suite par deux têtes d'hommes opposées ou deux têtes de lions.
Du grec [Ker] = corne et [a] privatif : semble aussi signifier que la coquille ne contient pas de kératine.
bullata : du latin [bullatus, a, um] = gonflée, en forme de bulle.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Anaspidea / Aplysiomorpha / Aplysiida Anaspides / Aplysiomorphes / Aplysides

Coquille petite (ou absente) généralement recouverte par le manteau (parapodes). Présence ou non d’une branchie plissée, tête portant des tentacules et des rhinophores. Cavité palléale située à droite. Mangeurs de végétaux. Tous marins, zones côtières.

Famille Akeridae Akeridés
Genre Akera
Espèce bullata

Nos partenaires