DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°395)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°395)  
Eurhamphaea vexilligera Gegenbaur, 1856
Cosmopolite de la zone subtropicale des trois océans, Méditerranée
Cténophore à points rouges
 
Cténophores (ou Cténaires)
 
 
 Critères de reconnaissance
Cténaire de 10 cm de long maximum
Extrémité antérieure bombée portant 2 lobes
Sur chaque lobe, deux rangées de points rouges
Extrémité postérieure effilée, terminée en double pointe
Deux filaments terminaux dans le sillage de l'animal
 Distribution
Eurhamphaea vexilligera est une espèce cosmopolite de la zone subtropicale des trois océans et de la Méditerranée.
 Biotope
Ce cténaire affectionne les eaux chaudes depuis la surface jusqu'à une centaine de mètres.
 Description
Eurhamphaea vexilligera est un cténophore délicat difficile à repérer tant il est transparent. Comme pour de nombreuses autres espèces, c'est grâce aux battements des rangées de cils que l'on pourra l'observer. De forme allongée, il ne mesure pas plus d'une dizaine de centimètres. Deux lobes en forme d'ailes permettent à l'animal de se déplacer. Ils sont situés à l'extrémité antérieure du corps et enserrent la bouche terminale. Huit rangées de fines palettes ciliées courent le long de l'animal. A l'extrémité postérieure, quatre de ces rangées de peignes, plus longues, se rejoignent deux à deux et forment deux pointes effilées. Sur chacune de ces pointes s'enracine un filament. Chacun d'eux est traîné par l'animal dans son sillage. Sous l'ectoderme enfin, on observe des rangées de points rouges situés le long des rangées de peignes et qui courent jusqu'à l'extrémité des lobes. Selon la profondeur d'observation, la couleur de ces points varie. Plus on s'enfonce, plus la couleur s'assombrit, jusqu'au bleu-noir.
 Espèces ressemblantes
Leucothea multicornis, qui est plus volumineux (il peut atteindre 20 cm de longueur). Il possède 2 paires de tentacules, qui sont plus longs et de plus gros diamètre. Il possède aussi deux lobes antérieurs, mais plus volumineux et de plus parcourus de rainures sinueuses. Le corps de Leucothea, est de plus recouvert de papilles. L'extrémité postérieure n'est pas terminée en double pointe.

Mnemiopsis leidyi, qui est plus globuleux, de la forme d'une noix plus ou moins allongée. Cette espèce n'a pas de tentacules, pas de pointes effilées.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Mnemia elegans M. Sars, 1856
 
   
  En Méditerranée  
   
  Des rangées de petits points rouges  
   
  Anatomie générale  
   
  Rangées de peignes ciliés  
   
  Squatter  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Frédéric ZIEMSKI Détail
Vérificateur  
Vincent MARAN Détail
Vérificateur  
Anne PROUZET Détail
Responsable régional  
Frédéric ZIEMSKI Détail
 
     
Création le : 06/12/2007
Dernière modification le 31/12/2012 16:07:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Ctenophora Cténophores / Cténaires  Organismes carnivores planctoniques (parfois benthiques) transparents à symétrie radiaire se déplaçant grâce à huit rangées de peignes ciliés et munis le plus souvent de tentacules armés de cellules adhésives particulières, les colloblastes. 
Classe Tentaculata Tentaculés  Cténophores possédant des tentacules, qui peuvent secondairement se résorber. 
Ordre Lobata Lobiférides  Cténophores pélagiques les plus communs, caractérisés par la présence de deux lobes oraux musculaires de part et d'autre de la bouche. Nombreuses formes, curieuses et énigmatiques, de surface ou abyssales. 
Famille Eurhamphaeidae Eurhamphaeidés   
Genre Eurhamphaea     
 
Espèce vexilligera     
 
 
 Origine du nom français
Cténophore à points rouges : à cause des rangées de points rouges le long des deux lobes.
 Origine du nom scientifique
Eurhamphaea : du grec [eu] = vrai, du grec [rhampho] = bec d'oiseau : la double pointe effilée postérieure et terminale évoque un bec d'oiseau.
vexilligera = qui porte des vexilles. En zoologie, une vexille est l'ensemble des barbes d’une plume d’oiseau situées d’un même côté du rachis. Ce cténaire a été nommé ainsi vraisemblablement à cause de l'analogie entre ces barbes de plume d'oiseau et les rangées de peignes ciliés.
Cet animal a donc un nom scientifique à rapprocher doublement des oiseaux !
 Alimentation
Il s'agit d'une espèce vorace qui se nourrit de copépodes, d'ostracodes, de siphonophores, et de petits ptéropodes qu'elle capture grâce à ses filaments pêcheurs terminaux. Ceux-ci sont garnis de cellules collantes particulières propres aux cténaires : les colloblastes*. La surface des lobes est de plus recouverte de mucus qui piège de petites proies du zooplancton*. Ce mucus est ensuite acheminé vers la bouche, située entre les lobes.
 Reproduction - Multiplication
Eurhamphaea vexilligera est hermaphrodite* et produit à la fois ovules et spermatozoïdes. Après émission de ces gamètes* en pleine eau, la fécondation donne une larve pélagique caractéristique des cténophores tentaculés, la larve cydippide. Celle-ci se développe rapidement en un adulte miniature.
 Divers biologie
Les taches rouges situées le long des lobes antérieurs sont en fait de petites poches d'encre d'aspect huileux, qui débouchent sur l'extérieur grâce à de minuscules pores situés sous les rangées de peignes. Cette encre rouge, qui paraît bleue et lumineuse en profondeur, servirait à dissuader et dérouter les éventuels prédateurs. Eurhamphaea vexilligera est la seule espèce de cténophore à libérer une encre lumineuse !
 Informations complémentaires
Il s'agit d'un animal excessivement fragile, qui se brise à la moindre manipulation.

Les individus de cette espèce sont solitaires et ne forment pas de bancs.

Observer ces organismes nager au moyen d'un phare est un spectacle féerique, qui a inspiré au réalisateur James Cameron certaines des créatures du film Abyss.
 Références bibliographiques
Humann P., Deloach N., 1992, REEF CREATURES IDENTIFICATION - FLORIDA CARIBBEAN BAHAMAS, New World Publications, 320p.
Wrobel D., Mills C., 1998, PACIFIC COAST PELAGIC INVERTEBRATES, A GUIDE TO THE COMMON GELATINOUS ANIMALS, Sea Challengers, Monterey Bay, aquarium Monterey, USA California, 108p.
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  ZIEMSKI Frédéric, MARAN Vincent, PROUZET Anne,  in : DORIS, 31/12/2012 : Eurhamphaea vexilligera Gegenbaur, 1856, http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=395