Larves de Trichoptères

Trichoptera (ordre, larves) | Kirby, 1813

N° 2965

Cosmopolite

Clé d'identification

Fourreau pour la plupart des larves
Filet de soie pour d'autres
Tube de soie commun à toutes les larves
En forme de chenille ou d'un campode (insecte sans ailes et sans pattes)
Trachéobranchies filiformes
Crochets anaux

Noms

Autres noms communs français

Larves de phryganes, porte-bois, porte-faix

Noms communs internationaux

Caddisflies (GB), Tricotteri (I), Tricópteros, frigáneas (E), Köcherfliegen (D), Schietmotten (NL)

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Eau douce d'Europe, Indo-Pacifique, Atlantique Nord-Ouest

La distribution est mondiale.

Biotope

On rencontre les larves de Trichoptères dans tous les types de milieu dulcicole. On les trouve en altitude jusqu'à environ 2600 m. Elles vivent souvent à de petites profondeurs, mais on en a trouvé jusqu'à 40 m, rarement plus profond.
Si un très grand nombre de Trichoptères vit dans le milieu dulcicole, quelques espèces vivent dans l'eau salée.

Description

Cette fiche ne traite que du stade larvaire des Trichoptères.
Les larves de Trichoptères sont reconnaissables au fourreau dans lequel elles vivent, même si certaines n'en possèdent pas et vivent libres ou dans un filet de soie. Cependant, les espèces à fourreau sont les plus fréquentes.
Les nombreux types de fourreau sont une adaptation au milieu dans lequel elles vivent. Ils ne constituent pas un critère fiable d'identification car les larves peuvent changer de matériaux en grandissant. La détermination des larves de Trichoptères n'est pas aisée et nécessite l'emploi d'un microscope. On se bornera ici à établir une description générale.



La tête, le thorax et l'abdomen sont bien distincts. L'abdomen est mou. Les deux premiers sont protégés par une carapace : on dit qu'ils sont sclérifiés. Le degré de sclérification est un critère utile à l'identification.
- la tête : elle porte de solides mandibules pour déchirer des morceaux de végétation ou de petits animaux.
- le thorax : il porte trois paires de pattes assez longues. Les pattes antérieures servent à marcher, à attraper la nourriture et à confectionner le fourreau.
- l'abdomen : des trachéobranchies* filiformes ou digitiformes se situent selon les espèces sur les bords latéraux, le bas ou le haut de l'abdomen ; elles sont soit isolées, soit regroupées par deux ou trois, soit en petites touffes. Elles se situent sur les 8 premiers segments seulement. La respiration se fait par ces trachéobranchies et la peau. Ces branchies peuvent être absentes et la respiration se fait alors seulement par la peau. La larve ondule sans cesse dans son fourreau pour provoquer le courant d'eau nécessaire à la respiration. Deux crochets avec une griffe situés à l'extrémité de l'abdomen lui servent à se maintenir dans son fourreau.



On les répartit en deux groupes selon leur forme :
- larves éruciformes ou larves à fourreau : qui ont la forme d'une chenille. Ces larves vivent en permanence dans leur fourreau d'où ne dépassent que la tête et le thorax et qui protège l'abdomen mou. On les appelle les porte-bois. La couleur de ces larves est en général claire, du blanc au beige crème. Le fourreau est constitué de matériaux divers, collés les uns aux autres avec de la soie : feuilles, bois, sable, coquillages, etc. Il est propre à chaque famille. L'intérieur est cylindrique, s'agrandissant par l'extrémité antérieure au fur et à mesure de la croissance. La larve marche toujours avec son fourreau et se cache dedans au moindre danger.
- larves campodéiformes ou larves libres : qui ont la forme d'un campode (insecte sans ailes et presque sans pattes). Une minorité de larves de ce groupe a un fourreau incomplet et fixé, mais la majorité se fabrique un nid ou filet de soie qui se détruit lors de la collecte de la nourriture ; il est reconstitué par la suite. Le filet est placé sur la végétation ou des cailloux, et sert à la fois d'abri pour la larve et de piège pour la nourriture. La couleur de ces larves varie du beige au gris, ou vert. Elles n'ont pas d'antennes et possèdent une paire de crochets (velus ou non) à l'extrémité de l'abdomen.



Le tube de soie est commun à toutes les larves de Trichoptère alors que les matériaux du fourreau sont propres à chaque famille. Mais attention, ces matériaux changent en fonction de l'âge de la larve, et surtout du lieu et de la saison ! Par conséquent, le fourreau ne peut malheureusement être utilisé pour la détermination que comme critère complémentaire. C'est d'ailleurs plutôt la façon dont il est construit qui aidera à l'identification, comme par exemple une pose longitudinale et jamais transversale.

Espèces ressemblantes

On compte au moins 200 espèces en France, plus de 900 en Europe et environ 6000 dans le monde. Les chiffres varient selon les sources.
Il serait difficile de vouloir être exhaustif tellement la variété est grande mais voici les principales super-familles et familles :



Super famille des Phryganidés :
- Famille des Phryganidés : ce sont les plus grandes larves, elles vivent dans les eaux stagnantes. Les larves sont vertes et construisent des fourreaux cylindriques très longs en spirale. Ceux-ci sont constitués de brindilles de bois rangées dans le sens de la longueur. Ex : la grande phrygane Phryganea grandis.



Super famille des Limnophilidés :
- Famille des Limnéphilidés : en France, 25 genres dont celui des Limnéphilés répartis en plus de 60 espèces. Elles vivent dans les eaux stagnantes à courantes. Les matériaux utilisés sont de différentes tailles et la conception est très variée : en longueur ou en travers, débris de végétaux ou grains irréguliers, coquilles de planorbes. La construction n'est pas en spirale, elle est droite. Ex : genres Limnephilus et Halesus.



Super famille des Séricostomatidés :
- Famille des Séricostomatidés : les fourreaux sont en sable, lisses et linéaires, coniques. Ex : Sericostoma personatum.



Super famille des Leptocéridés :
- Famille des Leptocéridés : les fourreaux sont en sable fin et régulier, lisses et linéaires, arqués non obturés. Les pattes postérieures sont trois fois plus longues que les autres pattes. Ce sont de petites phryganes ne mesurant pas plus de 12 mm. Ex : Mystacides longicornis.



Super famille des Hydropsychidés :
- Famille des Hydropsychidés : elles vivent dans les eaux à courant rapide. Sans fourreau, elles construisent des toiles de fils de soie. D'autres fabriquent des poches de soie ou des tubes. Certaines ont une respiration cutanée, d'autres des trachéobranchies en bouquet. Elles mesurent jusqu'à 2 cm de long. Ex : Hydropsyche contubernalis.



Super famille des Rhyacophilidés :
- Famille des Rhyacophilidés : sans fourreau, elles vivent libres dans les eaux rapides et sont carnivores. Certaines espèces, comme Rhyacophila dorsalis, mesurent jusqu'à 20 mm. Exception avec le genre Glossoma et Agapetus qui construisent un fourreau elliptique à base de petits cailloux.



Super famille des Philopotamidés :
- Famille des Philopotamidés : les larves sont libres, la tête et le thorax sont jaunes.



Super famille des Hydroptilidés :
- Famille des Glossosomatidés : les larves vivent dans un fourreau fixé en forme de dôme.



Les familles des Philopotamidés et Hydroptilidés tissent aussi des filets de soie.
Les familles des Leptocéridés, Séricostomatidés et Hydroptilidés construisent aussi des fourreaux.

Alimentation

Les larves de Trichoptères éruciformes se nourrissent d'algues et de plantes, fraîches ou pourries. Les larves campodéiformes sont principalement carnivores, se nourrissant de petits animaux. Les larves qui fabriquent leur filet de soie se nourrissent de plancton et de matières organiques.
La forme du filet de soie des larves campodéiformes varie selon les espèces : plat, en U, en nasse, en entonnoir. Il sert à retenir les petits organismes. Elles sont souvent cachées à l'intérieur. Ces filets ne sont pas faciles à distinguer car ils sont souvent recouverts de débris divers ; il faut les chercher accrochés entre des plantes ou entre des cailloux.

Reproduction - Multiplication

La larve connaît 5 à 6 stades avant de se transformer en nymphe. Durant les premiers stades, la larve ne possède pas de trachéobranchies.
La métamorphose en une nymphe s'effectue dans un abri sous l'eau. Pour cela, les larves campodéiformes vont se construire un cocon alors que les larves éruciformes vont boucher les deux extrémités de leur fourreau, avec des fils de soie ou des petites pierres, suffisamment pour être à l'abri tout en laissant l'eau nécessaire à la respiration circuler. Cette nymphose dure entre deux et trois semaines. La nymphe continue à onduler dans son cocon afin d'assurer la respiration. Elle ressemble à un imago* mais avec des trachéobranchies. Elle possède de longues mandibules pour désobstruer l'extrémité antérieure alors qu'elle se sert de soies raides pour l'extrémité postérieure.
Puis la nymphe perce son abri grâce à ses mandibules. Elle possède antennes, pattes et ailes. Elle gagne la surface en nageant le dos tourné vers le bas ou en grimpant sur les éléments environnants. Les pattes intermédiaires ciliées servent de rame. Une fois en surface, elle cherche un support pour s'extraire de l'eau ou bien elle reste en surface. La nymphe quitte alors sa dépouille et l'insecte ailé naît. Il s'envole très rapidement. L'éclosion a souvent lieu la nuit.



Les imagos* ressemblent beaucoup aux Lépidoptères (papillons) au premier coup d'œil (voir chapitre Informations complémentaires). Ils restent cachés le jour, à proximité des eaux où ils ont vécu leur stade larvaire. Leurs cachettes sont diverses : dans les fentes de rochers, dans les buissons, sous les feuilles des arbres, sur les tiges des plantes de rivage. La nuit, ils se mettent à voler maladroitement. Beaucoup d'imagos ne se nourrissent pas, sauf peut-être d'un peu d'eau et du pollen de fleur facilement accessible à leur appareil buccal primitivement broyeur et sans trompe aspirante. Les yeux composés sont petits, mais plus gros pour les mâles que pour les femelles. L'adulte ne vit qu'une semaine et se destine à la reproduction.
L'accouplement se fait en vol ou posé au sol entre juin et août. Les deux partenaires se tournent le dos.

Les œufs
sont allongés, ronds ou ovales, de couleur jaune à verte et de très petite taille : 0,2 mm à 1 mm. Ils sont entourés d'une substance sécrétée par les oviductes* appelée ciment. Il existe deux types de ponte :
- celle qui se gélifie au contact de l'eau : les œufs sont pondus de différentes manières selon les espèces : cela peut être sous forme de lanière de 5 à 12 mm, mais généralement, cela se présente sous forme d'une masse gélatineuse, contenant 50 à 800 œufs selon l'espèce. Cette masse est soit jetée en paquets dans l'eau (dans ce cas, elles se collent au fond sur un support ou restent libres sur le fond), soit collée à la végétation surplombant l'eau (les larves une fois écloses tombent à l'eau ou sont entraînées par la pluie). La boule gonfle au contact de l'eau et son diamètre peut être alors de 3 à 15 mm.
- celle qui ne se modifie pas au contact de l'eau : la femelle pénètre carrément dans l'eau, protégées par une fine couche d'air, pour coller ses œufs sur des pierres ou la végétation. Ces œufs n'ont pas de couche gélatineuse.



Les larves éclosent au bout de 9 à 24 jours, restent encore un peu dans la masse gélatineuse avant d'en sortir définitivement.

Vie associée

Le fourreau des larves de la famille des Géoridés est fréquemment parasité par la larve de la guêpe Agriotypus armatus, un Hyménoptère (groupe des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis). L'organe respiratoire de cette larve sort du fourreau sous la forme d'un filament de 2 à 3 cm.

Divers biologie

Le fourreau :
La soie du tube est sécrétée par des glandes salivaires ; cette sécrétion durcit au contact de l'eau et la larve la tisse au moyen de ses pattes et de ses pièces buccales. La jeune larve construit son fourreau à l'aide de cette soie et de la gelée qui entourait les œufs. Plus tard, elle rajoute les matériaux propres à son espèce : végétaux légers pour les larves des eaux stagnantes ou lentes (petites feuilles vertes ou fanées, morceaux de bois, roseaux), matériaux plus lourds pour celles des eaux courantes à rapides (débris de coquilles de mollusques, grain de sable, petits cailloux).
La construction du fourreau se fait toujours à l'avant et grandit avec la larve. La partie postérieure est donc la plus ancienne, elle n'est plus habitée car trop petite, elle se détache soit naturellement soit par la larve. A l'intérieur de ce fourreau, la larve effectuera 5 à 6 mues sans le quitter.



La métamorphose est dite complète chez les Trichoptères.

Informations complémentaires

Les imagos des Trichoptères ressemblent beaucoup aux Lépidoptères et notamment aux mites. Cependant des différences sont observables :
- ailes des phryganes finement velues et placées l'une contre l'autre en toit au-dessus de l'abdomen et dépourvues d'écailles
- pas de trompe aspirante chez les Trichoptères
- couleurs discrètes chez les Trichoptères : brun, gris, unicolore ou avec des motifs ; couleurs généralement plus chatoyantes chez les Lépidoptères.
- antennes des Trichoptères filiformes et souvent plus longues que le corps et dirigées vers l'avant (attention, cet indice n'est pas fiable, certains Lépidoptères présentent aussi de très longues antennes, comme la famille des Adélidés)
- pattes avec de grands éperons
- appareil buccal broyeur mais sensiblement atrophié.



La totalité des larves de Trichoptères sont aquatiques hormis deux espèces du genre Enoicyla qui vivent dans les mousses et milieux humides sur terre. Ces larves possèdent un système trachéen ouvert et n'ont pas de trachéobranchies.



Les larves de Trichoptères et plus particulièrement la famille des Phryganidés sont très appréciées par les poissons et les oiseaux. L'homme les utilise comme appât pour la pêche à la ligne.

Origine des noms

Origine du nom français

Trichoptère : traduction littérale du nom latin Trichoptera

Origine du nom scientifique

Trichoptera : du latin [trich] = poil, cheveu et [ptere] = aile. Les Trichoptères doivent leur nom au fort développement de la pilosité sur leurs ailes.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Hexapoda Hexapodes Arthropodes à six pattes. Ce sont les insectes au sens large.
Classe Insecta Insectes Hexapodes terrestres et dulcicoles possédant trois paires de pattes et deux paires d’ailes (sauf chez les Diptères).
Sous-classe Pterygota Neoptera Ptérygotes Néoptères Insectes ailés dont les ailes sont rabattues au repos. L'immense majorité des insectes.
Ordre Trichoptera Trichoptères Insectes aux ailes poilues dont le stade larvaire est dulcicole. La larve charrie souvent un étui protecteur, ou se réfugie dans un trou dont l'entrée est marquée par un filet.
Genre Trichoptera
Espèce (ordre, larves)

Nos partenaires